La religion est devenue un bien de consommation

jeudi 30 octobre 2014

Une nouvelle étude sur la spiritualité des Suisses montre que la religion est devenue quasiment un bien de consommation comme un autre. Soutenue par le Fonds national suisse, ces résultats sont consignés dans un livre qui vient de paraître en allemand (1).

Les mots « concurrence », « offres religieuses » ou « marketing ecclésial » figurent dans le communiqué de presse que les chercheurs de cette étude ont sorti lundi 27 octobre. Ils indiquent que la religion est aujourd’hui en concurrence avec toutes sortes d’activités que propose la société et qu’elle répond de plus en plus aux critères d’offres et de demandes, comme n’importe quel bien de consommation. Autrement dit : la population évalue aussi bien ce que propose l’Eglise que les clubs de sport ou les activités culturelles sur la base de la prestation et du prix.
Cette nouvelle donne se serait imposée dès les années 60, quand la société s’est enrichie et individualisée.

Religion à la carte

Selon Mallory Schneuwly Purdie, l’une des co-auteurs de l’étude et affiliée à l’Institut de sciences sociales des religions contemporaines (ISSRC), les communautés chrétiennes – parmi d’autres – se mettent en scène, se développent sur les réseaux sociaux… et piochent dans « ce qui fonctionne » comme par exemple le yoga pour séduire ou re-séduire une partie des fidèles. La chercheuse a cité le cas d’une femme protestante à Zurich qu’elle a interrogée et qui, avant de se rendre à une célébration religieuse, se renseigne systématiquement sur le profil du pasteur, le thème de la prédication, sur  le lieu et l’heure avant de se décider à aller au culte… ou non. La religion est devenue à la carte et chacun décide en quoi il veut croire et comment il entend pratiquer.

Indifférence

Ces considérations économiques mises à part, l’étude met à jour d’autres dynamiques de la spiritualité en Suisse, comme le fait que la montée de la sécularisation ne s’accompagne pas d’un phénomène « anti-religieux », mais plus d’un sentiment d’indifférence. Et d’autre part que le nombre de pratiques alternatives foisonne, de la croyance aux anges à celle du pouvoir des pierres. Plus d’une septantaine de ces pratiques ont été recensées parmi les quelque 1000 personnes sondées.

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Note
    1) Thomas Englberger, Jörg Stolz (et alii), Religion und Spiritualität in der Ich-Gesellschaft. Vier Gestalten des (Un-) Glaubens, Zurich, TVZ/NZN, 2014, 282 p. Une version française devrait sortir de presse en décembre.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !