L’implantation d’Eglises après la chrétienté selon Stuart Murray

jeudi 13 mars 2014

En octobre dernier, Stuart Murray, pasteur baptiste anglais et implanteur d'Eglise, était l'invité de la pastorale mennonite romande dans le Jura bernois. Il a développé différentes perspectives qu'Elisabeth Baecher a relayées dans le journal des mennonites suisses Perspective. Voici le troisième volet de cette série (1). A noter que Stuart Murray sera l'invité de la fête de la FREE le 2 novembre prochain à Yverdon-les-Bains.

L'implantation d'Eglises a été une conséquence naturelle et nécessaire de la mission chrétienne. Partout où l'Evangile a été proclamé, où les gens ont répondu à Jésus-Christ, des Eglises ont été implantées. Car l'Evangile doit être incarné dans la culture et le contexte de chaque région.
Dans la chrétienté, la tension entre l'Evangile et la culture avait largement disparu, puisque les Eglises étaient partout. Mais alors que la chrétienté est en train de mourir, nous sommes confrontés à de nouveaux défis. Comment pouvons-nous raconter et vivre l'histoire de Jésus dans une culture en mutation ? Comment l'Evangile rencontre-t-il cette culture ? De quels types d'Eglises avons-nous besoin ?

Pourquoi implanter des Eglises ?
Il existe de nombreuses raisons :
- remplacer les Eglises qui ont fermé, laissant certaines régions sous-équipées ;
- remplacer les Eglises inefficaces qui ne sont pas engagées dans la mission ;
- déménager et redistribuer les chrétiens de façon plus stratégique dans la société ;
- libérer de l'espace dans des lieux de culte trop pleins ;
- offrir de nouvelles possibilités de service et de leadership ;
- fournir un éventail plus large de styles d'Eglises ;
- permettre que des Eglises ciblées et spécialisées voient le jour...

Quels types d'Eglises ?
L'implantation d'Eglises continue à représenter une réponse essentielle aux défis missionnaires d'aujourd'hui. Elle offre énormément d'avantages dans une culture diversifiée et en évolution rapide. Elle fournit aussi aux dénominations des occasions d'expérimenter de nouvelles formes de mission et d'Eglise. Elle offre un cadre dans lequel on peut prendre des risques, tout en gardant un soutien pastoral suivi.
Mais seules certaines formes d'implantation seront utiles :
- celles qui reflètent profondément le contexte culturel dans lequel elles se trouvent ;
- celles qui sont attentives aux critiques des personnes pour qui les formes habituelles de l'Eglise ne fonctionnent pas ;
- celles qui tentent d'incarner l'Evangile dans des groupes de personnes que les Eglises existantes n'atteignent pas...

Du XVIe siècle...
Une pratique qui distinguait les anabaptistes du XVIe siècle des réformateurs – et qui exaspérait les réformateurs – était l'implantation d'Eglises. Alors que les réformateurs se concentraient sur la réforme des Eglises établies, les anabaptistes étaient convaincus que la Réforme était insuffisante et qu'il était crucial d'établir de nouvelles Eglises.
Ils en ont implanté des centaines en Europe. Certaines étaient communautaires, avaient une bourse commune et soutenaient les missionnaires qui voyageaient dans toute l'Europe pour en implanter de nouvelles. D'autres étaient charismatiques, animées par des visions et pratiquaient un culte plus exubérant. D'autres Eglises encore étaient plus sobres, consacrées à la lecture de la Bible et à l'étude biblique.
Une caractéristique de ces nouvelles Eglises était alors d'être illégales, et donc d'être soumises à la persécution et menacées de fermeture. Ceux qui implantaient des Eglises risquaient particulièrement l'arrestation, l'emprisonnement, la torture et l'exécution.

... à nos jours
Nous qui souscrivons aux valeurs de la tradition née de ce mouvement, comment pouvons-nous évaluer les initiatives d'implantations d'Eglises contemporaines ?
Voici quelques questions que Stuart Murray suggère de poser à ceux qui implantent des Eglises contemporaines :
• Pour votre implantation d'Eglise, comment comprenez-vous la nature et le but de l'Eglise ?
• Quels principes allez-vous intégrer en rapport avec les ministères, la responsabilité et la discipline de l'Eglise ?
• Comment permettrez-vous à l'Esprit Saint de s'exprimer ?
• Comment la nouvelle Eglise peut-elle se développer sans mettre en péril la vie même de sa communauté ? La croissance numérique est-elle toujours un signe de santé ?
• De quelle manière cette nouvelle Eglise sera-t-elle une « bonne nouvelle pour les pauvres » ?
• Quels sont les avantages et les inconvénients de posséder un bâtiment ?
• Comment les questions de paix et de justice pourraient-elles être intégrées dans la fondation de la nouvelle Eglise, plutôt que d'être greffées à un stade ultérieur ?

Pour durer
Y a-t-il des façons de démarrer de nouvelles communautés qui permettront aux Eglises de maintenir sur une longue période une stratégie d'implantation, sans épuiser leur personnel et les finances, comme c'est le cas habituellement dans le modèle Eglise mère/Eglise fille ?
Les anabaptistes ont reconnu les gens ayant des ministères itinérants et les ont libérés, individuellement et en équipe, pour évangéliser et implanter des Eglises. La vie simple et le partage économique ont le potentiel de libérer les ressources nécessaires.
En Grande-Bretagne, le projet Urban Expression (2) illustre une telle démarche d'implantations d'Eglises à travers de petites équipes autofinancées.
Elisabeth Baecher, rédactrice responsable du mensuel mennonite Perspective (3)

Notes
1 D'après les conférences et les notes de Stuart Murray. Orateur de la retraite de la Pastorale mennonite romande à Tramelan, du 17 au 19 octobre 2013, il a publié l'an dernier Radicalement chrétien ! Eléments essentiels de la démarche anabaptiste, Coll. Perspectives anabaptistes, Charols, Excelsis, La Talwogne, 2013, 200 p. Prix : 26.-
Pour découvrir les autres contributions autour de Stuart Murray et de la postchrétienté, cliquer ici.
2 Voir le site de ce mouvement.
3 Lafree.ch remercie Perspective, le journal des Eglises mennonites suisses, de l'autorisation de publier cette contribution.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Jeu 07 avril 2022

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Lun 04 avril 2022

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !