Habiter un monde brisé

vendredi 17 décembre 2021

La Bible nous explique que nous vivons dans un monde marqué par la Chute et ses conséquences ; un monde à bien des égards brisé et souffrant. Dans ce monde, les chrétiens sont appelés par Dieu à espérer, à travailler pour le bien de la société, à être des signes d’espérance.

Je suis né au début des années 1970 ; en Europe, en Suisse, à Genève. Je suis allé à l’école dans les années 80. J’ai suivi ma formation dans les années 90, immédiatement suivie d’une première expérience professionnelle satisfaisante et valorisante à bien des égards. Dans ces années-là (un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, comme disait le poète, mais dont il vaut sans doute la peine de parler), tout était promis à tous et à toutes. Et même bien plus !

D’après mon souvenir, le monde était « à nous ». Tout ne pouvait aller qu’en s’améliorant constamment. Dans tous les domaines, l’être humain allait maîtriser son espace comme jamais, et de mieux en mieux. Il allait accroître ses connaissances, ses ressources, ses capacités et ses responsabilités. Il adviendrait, plus grand et plus fort. Et jamais, ô grand jamais, les erreurs du passé ne se répéteraient.

C’était un mensonge auquel nous avons voulu croire. Il était habilement orchestré, savamment entretenu, mais un mensonge quand même.

Regarder la réalité en face

Le monde est brisé. Profondément brisé. L’empreinte du péché est massive et incontournable ; elle se manifeste sous nos yeux. Mais nos consciences sont presque anesthésiées à force d’y être confrontées de toutes parts. Cela se passe dans tous les domaines.

  • L’écologie. « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs », disait Jacques Chirac en 2002. Notre planète et ses ressources se trouvent plus que jamais fragilisées et malmenées. C’est quasiment sans espoir, au point que nous entendons nos enfants dirent qu’ils ne désirent pas mettre d’enfants au monde, dans cette situation dramatique, promise au pire.
  • Les relations. Les relations sociales, hommes-femmes, professionnelles, entre peuples, et parfois mêmes ecclésiales et inter-religieuses sont soumises aux rapports de force et de domination, au pouvoir des uns sur les autres, et à l’individualisme.
  • L’économie. Clairement, les plus riches s’enrichissent encore, au point de pouvoir s’offrir un petit voyage dans l’espace ou d’affoler les chiffres des mercatos (soit-disant) sportifs. Quant aux pauvres, ils s’appauvrissent de plus en plus, peinant à joindre les deux bouts, sombrant de plus en plus dans la précarité.
  • La géo-politique. Indéniablement impactée par le réchauffement climatique et les catastrophes naturelles (bien aidées par la main des humains), des conflits et des guerres civiles jettent sur les routes de centaines de milliers de réfugié·e·s. Et des pays entiers sont retranchés derrière des pouvoirs abusifs.
  • L’éthique. Elle se veut de plus en plus individuelle – ce que je veux, je le fais, c’est ma liberté et ceux qui ne pensent pas comme moi sont méprisables – et de moins en moins responsable vis-à-vis de la collectivité pourtant – ma liberté s’arrête là où commence celle de l’autre.
  • Les fractures sociétales. Sans doute accélérées par la crise du Covid-19 qui nous impacte si sévèrement depuis plus de dix huit mois, et probablement pour longtemps encore, nous les voyons se développer. Nous voyons des camps se monter l’un contre l’autre. Même en Suisse, le président de la Confédération appelle à la tempérance. C’est dire ! Sans oublier les libertés civiques et religieuses qui, en bien des endroits, sont revues à la baisse et déniées.
  • L’antisémitisme. La résurgence de la « bête immonde » signe le déclin d’une société.
  • Le christianisme. Il existe un type de christianisme qui se croit assiégé et réagit, soit par la passivité, soit par l’agressivité. Il cherche son identité dans l’opposition aux autres, non dans sa sécurité en Jésus-Christ. Et nous le savons par ce dont il parle le plus.

Agir de manière déterminée

Bien sûr, tout n’est pas à jeter, et de loin. Notre monde possède « de beaux restes » dans de nombreux domaines : l’éducation et la formation, la science, la recherche et l’innovation, la santé et les sports, la solidarité concrète sur le terrain (voyez l’engagement de nombres d’ONG), les arts et la culture, des initiatives personnelles et parfois politiques. Il existe aussi de belles personnes : j’en connais dans les Eglises, comme en-dehors de celles-ci.

Mais il reste que notre monde est profondément, durablement, sévèrement, brisé. Et, avec un petit peu d’introspection, je dois reconnaître que j’y ai certainement contribué d’une manière ou d’une autre.

L’empreinte du péché, qui conduit l’être humain à se prendre pour Dieu, met en perspective cette phrase à la fois énigmatique et inquiétante du Christ : « Quand le fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Lc 18.8) Ou aura-t-elle disparu ? Se sera-t-elle volatilisée, dissoute ? Aura-t-elle été absorbée par autre chose de plus clinquant ?

Je crois que, si le Christ a pris le soin de poser cette question, c’est bien pour nous responsabiliser – comme elle a pu responsabiliser les générations précédentes... et même plus qu’elle n’a pu responsabiliser les générations précédentes – et nous inviter à nous positionner, à tenter une réponse là où nous sommes.

Ainsi, j’habite un monde brisé. Mais je peux, avec l’aide décisive de Dieu, contribuer à son bien : l’honorer, agir, incarner d’autres valeurs. Comment ? Il existe des pistes.

  • Il s’agit déjà de se remettre en question, de se repentir à cause de nos failles, de nos manquements, de nos lâchetés, de nos démissions personnelles et collectives.
  • Il s’agit ensuite de nous recentrer sur nos priorités. Je m’explique. L’épître aux Hébreux définit notre pèlerinage terrestre comme une sorte de camping provisoire et notre résidence définitive, « en dur », comme « à venir », dans un lieu savamment préparé par Dieu (cf Hébreux 11.8-10, 13-16). Mais, souvent, nous inversons l’image et toute la richesse de sa signification. Nous investissons tout dans l’ici et le maintenant : temps, argent, compétences. Et si tout va bien, un jour, nous irons faire du camping « là-haut ». Il faut impérativement inverser cette image et retrouver le sens des priorités, se recentrer, redécouvrir et réinvestir les intentions et les ressources de Dieu pour nous.

Espérer contre vents et marées

Ce n’est pas trop tard, mais c’est serré, disons-le.

Il s’agit d’espérer contre vents et marées (Rm 4.18), de prier avec persévérance (1Th 5.17), de chercher et pratiquer la justice, d’aimer la miséricorde, de marcher avec humilité (ce que l’Eternel demande de nous, selon Michée 6.8), de libérer les captifs à la suite du Christ (Es 61.1-2, Lc 4.18), de faire œuvre de réconciliation avec Dieu et entre les humains (Phil, 2Co 5.17-21), de témoigner de la bonté et de la fidélité d’un Dieu qui nous aime pour de bon (revaloriser les Psaumes), de (re)serrer les rangs sur l’essentiel et renoncer à des choses secondaires, futiles et vaines (le vrai jeûne selon Esaïe 58), de faire preuve de grâce et d’accueil à la hauteur de la grâce et de l’accueil qui nous ont été démontrés en Christ (Rm 15.7), de mettre du goût là où c’est fade et de la lumière là où règnent les obscurités (Mt 5.13-16), de persévérer encore et toujours en remettant sans cesse l’ouvrage sur le métier (1Co 15.58). Nous ne nous décourageons pas, et notre âme n’est pas abattue, parce que nous savons en qui nous croyons (Hé 12.3).

Habiter un monde brisé, c’est regarder la réalité en face et agir pour sa restauration, son salut, son avenir. C’est incarner l’Evangile pour la gloire de Dieu et le bien de nos prochains. Cette vision est-elle idéaliste ? Peut-être. Mais certainement pas plus que les autres approches utopiques et égoïstes qui saturent nos cultures et nous imprègnent si facilement, en flattant nos égos démesurés et toujours assoiffés.

Et, surtout, nous pouvons choisir d’avoir cette vision chevillée à l’âme, au cœur et au corps, saturée de la présence et des ressources du Seigneur qui nous veut acteurs et actrices, jamais démissionnaires, toujours concerné·e·s.

Philippe Henchoz

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Oui, la relève de l’Eglise passe par les femmes »

    Ven 16 septembre 2022

    Nel Berner, 52 ans, est dans la dernière ligne droite de ses études en théologie à la HET-PRO. Pour elle, la Bible est favorable au ministère féminin. Et les communautés doivent reconnaître avoir besoin tant d’hommes que de femmes à leur tête.

  • Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

    Mar 23 août 2022

    Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !