Des civilistes à l’oeuvre jusque dans les activités sociales des Eglises

CAB vendredi 10 juin 2016

De nombreuses organisations chrétiennes emploient des « civilistes » – des personnes effectuant leur service civil. Lorsque leur cœur de métier est l'action sociale, tout se passe facilement. Mais lorsque leur activité principale est la diffusion de l'Evangile, elles doivent apprendre à bien définir quelles sont leurs activités « sociales » et quelles sont leurs activités « religieuses ».

« Les évangéliques recrutent aux frais du gouvernement », pérorait le Blick en décembre dernier. Celui-ci dénonçait l'association évangélique Livenet (www.livenet.ch) qui avait publié une offre d'emploi pour un civiliste « membre d'une communauté chrétienne et non fumeur ». Au passage, le journal ne manquait pas l'occasion de qualifier Livenet d'organisation « ultra-conservatrice » et de rassemblement de « chrétiens bigots ».

A Lausanne, Frédéric In-Albon, responsable du centre régional de l'Organe d'exécution du Service civil (ZIVI) tempère : « Cet article montre que les questions religieuses sont sensibles. Mais le journal a choisi de se focaliser sur cette affaire et d'ignorer d'autres problèmes plus graves et plus difficiles que nous avons réglés à la même époque. »

Cette affaire rappelle que de nombreuses organisations chrétiennes, y compris évangéliques, emploient régulièrement des civilistes. Ainsi, l'organisation catholique Caritas Suisse propose près d'une trentaine de possibilités d'engagement dans des domaines tels que l'administration, la gestion, l'informatique, la manutention, l'encadrement social et celui des jeunes. 

Les civilistes apportent de nouvelles compétences

Avec plus d'une septantaine de possibilités d'engagement, l'Armée du salut est également très demandeuse de civilistes. Elle leur propose de servir comme conducteurs, vendeurs, animateurs ou soignants dans ses brocantes, ses centres d'accueil et ses EMS.

D'autres structures, telles que le Centre social protestant, emploient une dizaine de civilistes. Quant à l'association l’Escale, à Saint-Prex, elle engage un aide au transport qui travaille aussi comme aide-magasinier. Celui-ci cherche des meubles chez des clients, participe à l'organisation du dépôt et du magasin de seconde main, et accomplit des travaux d’entretien et d'administration.

La Ligue pour la lecture de la Bible (LLB) à Saint-Légier emploie des civilistes depuis une quinzaine d'années. « A l'époque, ces postes étaient liés à l'entretien des bâtiments, précise Michel Siegrist, son directeur. Aujourd'hui, leur champ d'activités s'est élargi. Nous employons des civilistes dans les domaines du bureau, de la préparation du matériel d'animation, de l'accompagnement de sorties ou de l'encadrement de jeunes et d'enfants. Nous accueillons un ou deux civilistes par année. »

Pour une organisation comme la LLB, les civilistes apportent de nouvelles compétences et une réelle force de travail. Les coûts de leur engagement dépassent les 1000 francs par mois. Généralement, les civilistes qui ont choisi la Ligue comme lieu d'engagement connaissent déjà l’œuvre et n'ont pas de peine à s'adapter.

Même des Eglises locales se lancent

Certaines Eglises locales se sont également lancées dans l'aventure avec un civiliste. C'est par exemple le cas du Centre chrétien du Bouchet (Eglise évangélique apostolique) à Genève et de l’Eglise évangélique libre (Freie Evangelische Gemeinde) de Langenthal, par le biais de son association sans but lucratif. Les civilistes engagés ont été affectés à des tâches telles que des visites aux personnes seules ou âgées, des visites dans les hôpitaux, de l'animation auprès des enfants, des jeunes et des personnes âgées, ou des travaux d'entraide et de bureau.

« Nous avons accueilli successivement deux civilistes en 2015, explique Christian Bussy, pasteur dans le Centre chrétien du Bouchet. Comme il est interdit de demander à ces personnes d'exercer des activités de promotion de la foi, nous leur avons donné des tâches dans le domaine social. C'est donc assez contraignant. Mais nous sommes ouverts à poursuivre cette expérience qui a été stimulante. » En fait, le problème des Eglises locales, c'est qu'elles n'ont généralement pas suffisamment de travaux purement sociaux et administratifs à proposer aux civilistes.

Claude-Alain Baehler

Légende photo : Pierre de Perrot, civiliste-magasinier à la boutique de seconde main L’Escale à Saint-Prex.

L'Organe d'exécution du service civil.

  • Encadré 1:

    Davantage d’Eglises ne devraient-elles pas tenter l'expérience ?

    « On a le sentiment ils sont en train resserrer la vis », confient certains responsables d’œuvres chrétiennes qui emploient des civilistes. Dès lors, le service civil dans des organisations chrétiennes est-il en danger ? De plus, est-il intéressant, pour des organisations chrétiennes, de se lancer dans l'aventure du service civil ?

    En fait, l'Organe d'exécution du service civil a, semble-t-il, éliminé certains flous dans l'interprétation de la loi, notamment la partie qui interdit aux civilistes de répandre ou approfondir des courants de pensée religieuse. Cela donne l'impression, sans doute fausse, d'une certaine fermeture.

    Pour des organisations chrétiennes aux nombreuses activités sociales – l'Armée du salut par exemple – l'emploi de civilistes ne pose pas de problèmes. Ceux-ci sont engagés dans des secteurs tournés vers le social. Par contre, pour des œuvres centrées sur l'évangélisation et l'enseignement de la Bible, les choses sont plus difficiles : il faut séparer assez finement entre activités sociales et activités religieuses… et voir si les activités sociales sont suffisamment nombreuses pour justifier l'engagement d'un civiliste.

    Le cas des Eglises qui accueillent des civilistes est édifiant. Celles-ci ne génèrent que difficilement les activités sociales qui permettraient d'occuper un civiliste à plein temps. Dès lors, ne faudrait-il pas qu'elles apprennent à se regrouper et à collaborer dans ce domaine ? (CAB)

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Mar 21 décembre 2021

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Mer 15 décembre 2021

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

  • Leny Tonic booste notre Avent!

    Mer 01 décembre 2021

    Toute en sourires, elle vient avec un tournevis, un bout de tissu et une lingette, « de celles qu’on met en machine à laver le linge et qui absorbent les couleurs fortes pour éviter qu’elles ne déteignent sur les plus claires ». Et avec ces quelques objets, Hélène Steiger, alias Leny Tonic, nous apporte comme des éclats d’espérance dans cette période de l’Avent.  

  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    Lun 01 novembre 2021

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

eglisesfree.ch

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !