Action Paquets de Noël : plus de 2 millions de colis distribués depuis le lancement en 1996

Sandrine Roulet vendredi 23 décembre 2022

Lancée il y a près de vingt-cinq ans, l’Action Paquets de Noël a permis à plus de deux millions d’enfants et d’adultes des pays de l’Est de recevoir un cadeau de Noël. Initiée par quatre organisations chrétiennes, cette action de partage envers les plus démunis est aujourd’hui bien implantée en Suisse romande. Au point que la quatrième génération d’une famille vaudoise commence à s’impliquer.

Depuis le lancement de l’action « Paquets de Noël » en 1996, plus de deux millions de colis ont été distribués aux plus démunis dans les pays de l’Est. « Quel beau succès ! Un tout grand merci pour vos paquets, votre engagement dans l’un des cinq cents centres de collecte, pour vos dons et vos prières. » C’est avec ce message que la Mission chrétienne pour les pays de l’Est (MCE) a remercié les très nombreux bénévoles qui, cette année encore, ont manifesté leur solidarité et leur générosité envers les plus pauvres en s’engageant dans cette action.

Cet automne déjà, des particuliers et des Eglises, mais également des entreprises, des associations et des écoles se sont mobilisés à travers toute la Suisse, avec ce beau résultat : 120'800 colis de Noël sont acheminés ces jours-ci vers l’Ukraine, l’Albanie, la Moldavie, le Kosovo, la Roumanie, la Bulgarie et la Biélorussie, au moyen de trente-neuf semi-remorques.

Bénévoles sur quatre générations

La journée du 26 novembre dernier a marqué Eric Pfammatter, représentant de la MCE pour la Suisse romande. Ce jour-là, Chloé, 9 ans (photo), a participé à la collecte des paquets au centre régional de Tolochenaz (VD). Cela fait d’elle la plus jeune bénévole de l’Action paquets de Noël. « C’est important de partager avec les gens qui n’ont rien car nous on a beaucoup », explique avec ses propres mots la fillette. Il faut dire que l’amour du prochain est une valeur qui se perpétue à travers les générations dans cette famille. Paul Friderici, l’arrière-grand-père de Chloé, a mis à disposition de l’Action paquets de Noël une halle de son entreprise dès 1999, ainsi que des palettes et des élévateurs. « Mon mari aimait s’impliquer dans des projets et faire quelque chose pour son prochain. Les Paquets de Noël sont une belle action, à laquelle il pouvait apporter une aide technique et pratique », se souvient Vérène Friderici, sa veuve. Elle explique qu’au fur et à mesure, les enfants et petits-enfants ont pris la relève. Christine Friderici, la grand-maman de Chloé, s’implique depuis près de vingt-cinq ans. Et Melinda, sa belle-fille, a transmis à Chloé ce même altruisme. « Quand on a mis à disposition notre halle de Tolochenaz, on n’aurait jamais imaginé que ça se développerait ainsi. On est aujourd’hui une vingtaine de personnes mobilisées pendant une semaine pour récolter les paquets arrivant de toute la région. On voit l’importance de montrer l’exemple dans la transmission aux plus jeunes ».

Une aide précieuse en période d’inflation

Dans leur communiqué du 19 décembre, les quatre organisations chrétiennes qui portent l’Action paquets de Noël relèvent que la guerre en Ukraine continue à faire grimper les prix des produits de consommation courante en Europe de l’Est. Les pâtes, par exemple, coûtent le double de l’année précédente. Les colis de Noël apporteront non seulement de la joie, mais aussi une aide substantielle aux familles et aux personnes âgées, malades ou réfugiées dans le besoin. Préparés avec soin, ils contiennent des aliments de base, des douceurs et des articles d’hygiène. Des écharpes et des chaussettes ont aussi été spécialement tricotées afin d’apporter un peu de chaleur aux destinataires. Dans leurs paquets, les enfants trouveront des jouets (petites voitures, balles, peluches, etc), ainsi que du matériel scolaire. Pour beaucoup d’entre eux, ce cadeau en provenance de Suisse est le seul qu’ils recevront à Noël.

L’Action Paquets de Noël est une initiative coordonnée par quatre organisations: la Mission chrétienne pour les pays de l’Est, l’Aide aux Eglises du Monde (AEM), ACP et Licht im Osten. Plus d’informations sur www.weihnachtspaeckli.ch

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !