Une auteur chrétienne inspire le film "Le secret de Térabithia" de Walden Media

jeudi 29 mars 2007

La maison de production Walden Media poursuit la réalisation de films inspirés d’auteurs chrétiens. Après « Le Monde de Narnia : le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique » de C.S. Lewis, on pourra voir très prochainement sur grand écran « Le secret de Térabithia », un film inspiré d’un livre pour enfants de Katherine Paterson. Cette auteur a publié une trentaine de livres, dont 14 romans pour enfants. Reconnue internationalement pour la qualité de son oeuvre, elle a reçu de nombreux prix, dont, en France, « Le Grand Prix des jeunes lecteurs » en 1986. « Le secret de Térabithia », un livre à lire et un film à voir !

Katherine Paterson est aujourd’hui une grand-maman américaine de 75 ans. Elle a derrière elle 14 romans pour enfants, 6 livres illustrés et 7 livres pour adultes. Au nombre de ceux-ci : « Le secret de Térabithia », un livre pour enfants qui vient de connaître la « consécration cinématographique ». La maison de production « Walden Media », à l’origine du « Monde de Narnia : le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique », a confié au réalisateur Gabor Csupo le soin de produire un film qui reprenne l’un des livres les plus célèbres de Katherine Paterson.

Une fille de missionnaires en Chine
Katherine Paterson affiche une trajectoire de vie originale. Elle naît en 1932 à Shanghaï de parents missionnaires. Elle y passe quelques années, avant de rentrer aux Etats-Unis à cause de la Seconde Guerre mondiale. A cette époque, elle veut soit devenir star de cinéma ou missionnaire. Durant son adolescence, elle monte régulièrement sur les planches, mais, à 25 ans, elle part comme missionnaire au Japon. Y séjourne 4 ans et retourne aux Etats-Unis pour y suivre une année de formation complémentaire. Durant cette année, elle rencontre un jeune pasteur presbytérien et l’épouse en 1962. Elle a 4 enfants, deux « faits maison » et deux adoptés.

Donner un sens à une tragédie qui n’en a pas !
« Avec « Le secret de Térabithia », j’ai essayé de donner un sens à une tragédie qui n’en avait pas », confie-t-elle au journal américain « Christianity Today ». A l’âge de 8 ans, son fils David perd sa meilleure amie Liza Hill, qui meurt subitement, frappée par la foudre. La même année, Katherine Paterson doit se faire opérer d’un cancer. Elle décide alors d’écrire un livre qui encouragera son fils à vivre son deuil. Le récit de cette femme de pasteur se déroule à la campagne. Un garçon de 11 ans prénommé Jess entre dans une nouvelle année scolaire. Il est convaincu que, cette année enfin, il sera le champion de course à pied de son école. Lors de la première journée de classe, il est coiffé au poteau par une fille de son âge, Leslie, qui vient d’emménager dans une maison à quelques encablures de chez lui. Bien loin de les éloigner l’un de l’autre, cette rivalité rapproche les deux enfants. Au fil du roman, Leslie ouvre Jess à un monde dont il ignorait tout. Notamment au monde imaginaire de Térabithia, qui se trouve dans une forêt, à laquelle on accède en franchissant une rivière par une corde suspendue à un arbre.

Une occasion de se familiariser avec la mort
« « Le secret de Térabithia » est une sorte d’exercice pratique pour enfants, avant de devoir aborder la mort dans la vie réelle », relève Katherine Paterson. Pour elle, les livres permettent de se familiariser émotionnellement avec les difficultés de la vie. En l’occurrence : la mort et le départ d’un proche auquel on est très attaché. Après la noyade de Leslie, on passe avec Jess par les différentes étapes du deuil : le déni, le remord, la révolte... Pour en final voir ce garçon de 11 ans construire un pont au-dessus de la rivière qui aura été fatale à son amie. Un pont qui permettra à Jess d’introduire May-Belle, l’une de ses petites soeurs, dans le monde de Térabithia. Un pont qui symbolise une vie qui continue et qui ouvre au partage avec d’autres des richesses que Jess a découvertes au travers de Leslie.

Pas de prêchi-prêcha
Dans « Le secret de Térabithia » et dans « Comme les étoiles », un autre livre pour enfants de Katherine Paterson traduit en français, les références chrétiennes ne s’imposent pas à chaque détour de page. Dans le livre mis en film par Walden Media, Jess emmène à une reprise Leslie à l’Eglise. S’ensuit une discussion entre enfants au sujet de Jésus, de la Bible et de l’enfer. « Comme dans les étoiles » raconte l’histoire de Angel, une fille de 12 ans, ballottée avec son frère Bernie entre une mère instable et un père en prison. Accueillie chez son arrière-grand-mère, Angel découvre autour d’elle une personne ressource, la bibliothécaire, dont la foi va éclairer le vécu difficile et chaotique de Angel. « Si un livre est écrit par quelqu’un qui est habité par une espérance chrétienne et par la connaissance de la grâce, explique Katherine Paterson, alors l’espérance et la grâce traversent son oeuvre, non parce qu’il souhaiterait à tout prix les y mettre, mais parce qu’on ne peut s’empêcher de les véhiculer avec soi ! »

Serge Carrel

Références bibliographiques :
L’interview de Katherine Paterson sur le site de « Christianity Today » :
http://www.christianitytoday.com/movies/interviews/katherinepaterson.html.
Le site personnel de Katherine Paterson:
http://www.katherinepaterson.com/about.html.
Katherine Paterson a reçu de nombreux prix pour son activité littéraire, notamment le « Prix de littérature à la mémoire d’Astrid Lindgren » en 2006 :
http://www.alma.se/page.php?pid=2673.

  • Encadré 1:

    Lire Katherine Paterson en français
    Près d’une dizaine de livres pour enfants de Katherine Paterson ont été traduits en français ces 25 dernières années. 4 sont facilement accessibles en librairie : « Le secret de Térabithia » (Traduction anglaise de « Bridge to Terabithia », Paris, Hachette jeunesse, 2007, 190 p.), « Comme les étoiles » (Paris, Hachette jeunesse, 2005, 316 p.), « Robbie-la-Terreur » (Paris, Hachette jeunesse, 2002) et « L’histoire de Jip » (Paris, Hachette jeunesse, 1997).

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

3 juin

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

10 juin

  • «La paternité de Dieu» avec Paul Hemes (Ciel! Mon info)
  • «La protection divine» avec Anne Emmett (Vitamine B)

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !