×

Message

Failed loading XML...

Priscille De Prins : « Je ne me sentais pas artiste ! »

CAB mercredi 07 septembre 2016

Priscille De Prins découvre que Dieu l'appelle à devenir artiste et à témoigner de sa foi grâce aux arts visuels. Histoire d'un itinéraire original.

« Je pensais devenir infirmière ou plombier, explique Priscille De Prins, 22 ans. Je n'aimais pas les musées et ne me sentais pas vraiment artiste. Mais Dieu m'a voulue artiste. » Dans le minuscule jardin qui côtoie l'atelier d'Alain Auderset, à Saint-Imier, la jeune femme raconte comment Dieu l'a conduite dans une aventure à laquelle elle ne s'attendait pas.

Priscille De Prins est née en Alsace. C'est là qu'elle a grandi et qu'elle a passé sa scolarité. Elle souligne : « Je viens d'une famille chrétienne. J'ai donné ma vie à Dieu vers l'âge de cinq ou six ans. Plus tard, je me suis fait baptiser. J'essayais de faire le bien. »

Il y a cinq ans, un baccalauréat économique en poche, Priscille cherche sa voie et étudie durant une année dans une école d'art à Mulhouse. Puis elle s'engage dans un stage d'un mois chez le BDiste Alain Auderset qui cherchait un-e secrétaire artistique. « Finalement, je ne suis pas retournée à l'école d'art de Mulhouse et j'ai travaillé bénévolement pendant un an chez Alain, s'amuse Priscille. Et ensuite, il m'a embauchée comme coloriste. »

Une interpellation spirituelle

La jeune femme ne savait pas que son stage artistique à Saint-Imier serait accompagné d'une interpellation spirituelle : « J'ai été frappée par la relation d'Alain avec Dieu, spécialement lorsqu'il part le rencontrer dans la forêt. J'avais déjà participé à de nombreuses rencontres chrétiennes, à des actions d'évangélisation. Mais là, j'ai découvert qu'une relation intime avec Dieu est possible. » En même temps, Priscille découvre à quel point l'amour de Dieu peut être partagé grâce à une démarche artistique.

Six mois plus tard, Priscille s'engage dans une Ecole de disciples de Jeunesse en mission, d’abord au Canada, puis en Inde. Au Canada, elle découvre que le lieu de formation est spécialisé dans les arts. Elle apprend notamment le « live painting », une manière de raconter une histoire en peignant très rapidement sur une planche. Puis elle met en pratique ses nouvelles connaissances en Inde.

De ses formations à l'atelier Auderset et à Jeunesse en mission, Priscille s'est enrichie d'un double appel : un appel à « prendre possession du Royaume », c'est-à-dire à vivre une communion forte avec Dieu, mais aussi un appel à en témoigner par les arts. Membre de Majestart (1), un collectif d’artistes chrétiens, Priscille a par exemple créé de petites BD qui mettent en scène Pilou-Pilou, un personnage qui lui ressemble. A découvrir sur sa page Facebook.

Note
(1) Majestart est « un collectif d’artistes qui invitent à changer de regard sur Dieu et la foi à travers leur passion pour les arts visuels ». Il rassemble essentiellement des artistes français.

 

La page Facebook de Priscille De Prins.

Le site du collectif d'artistes chrétiens Majestart et leur page Facebook.
www.majestart.com
www.facebook.com/Majestart

  • Encadré 1:

    Tournée en Suisse cet automne

    Priscille De Prins prévoit de voyager en Suisse cet automne, à la rencontre des gens qui ont besoin de découvrir l'Evangile et en collaboration avec des Eglises. Elle interpellera grâce au « live painting » et à des œuvres picturales créées en collaboration avec le public.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !