Le sociologue Frédéric de Coninck sera le premier invité de la nouvelle FSE 2

vendredi 04 novembre 2005
La Formation au service dans l’Eglise relance ses activités. Le 3 décembre, elle propose une journée de formation (formule 2) avec Frédéric de Coninck à tous ceux qui sont intéressés par une réflexion sur la manière dont les évangéliques sont présents dans le monde d’aujourd’hui. Ce sociologue enseigne à l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées en région parisienne. Il a publié de nombreux ouvrages de réflexion biblique et sociologique. Frédéric de Coninck est membre d’une Eglise mennonite.

« Agir comme en exil », c’est le titre de la prochaine rencontre de la Formation au service dans l’Eglise. Cette journée de réflexion accueillera le sociologue français Frédéric de Coninck pour une formation sur notre manière d’agir dans la société aujourd’hui.
Voilà 4 ans, Frédéric de Coninck publiait un ouvrage, « Nous sommes tous des exilés ! », qui pose les fondements de sa réflexion actuelle sur la manière dont les chrétiens peuvent être présents dans la société.

La royauté en Israël n’est pas l’unique référence
Cet ouvrage compte parmi les petits livres qui ne paient pas de mine – il ne fait que 125 pages ! – mais qui, une fois parcourus, remplissent de satisfaction. D’abord parce qu’il offre une étude d’un livre biblique, celui d’Ezéchiel, qui « booste » la réflexion. Le biblique peut être tout à fait passionnant ! D’autre part parce que ce petit ouvrage renouvelle la manière dont les évangéliques se pensent dans la société comme dans la politique.
Souvent ces dernières années en Suisse, les évangéliques ont pensé l’Etat helvétique comme chrétien. Doté d’un préambule à la Constitution fédérale invoquant le Dieu tout-puissant, porteur de valeurs inspirées d’une histoire marquée par un certain christianisme, cet Etat ne pouvait que ressembler à la royauté en Israël. D’où parfois des discours très nostalgiques ou alors des velléités d’imposer à tous des principes éthiques chrétiens.
En méditant le livre d’Ezéchiel, Frédéric de Coninck montre que le Dieu d’Israël s’est donné à voir dans toutes sortes de circonstances socio-politiques. De l’Etat, quasi théocratique, sous des David ou Salomon, à l’exil à Babylone, dans un contexte ultraminoritaire pour les juifs d’alors.
Cette entrée en minorité pour Ezéchiel, ce fils de prêtre du Temple de Jérusalem, ne s’est pas faite sans difficultés. A Babylone, la capitale de l’Empire babylonien, notre homme est un « nobody » de première catégorie. A Jérusalem, comme fils de prêtre, il avait une trajectoire de vie toute tracée, un statut social qui faisait de lui un notable de la cité, des rentrées pécuniaires assurées au vu du statut qui était le sien... A Babylone, c’est la chute dans l’anonymat le plus complet.

Un show à l’hollywoodienne
Pour sortir cet homme de son marasme, Dieu doit utiliser les grands moyens. Un show à l’hollywoodienne où il se montre au milieu de roues et d’être ailés à vous couper tant le souffle que la capacité de description. Ce sera la thérapie d’un Dieu qui fait exploser le cadre de référence qu’Ezéchiel avait appliqué sur lui. « Tu es mon Dieu à Jérusalem. Ailleurs, je ne sais pas trop qui tu es... » Cette thérapie conduira Ezéchiel du statut d’exilé prostré dans son désarroi, à celui de communicateur de la Parole de Dieu, puis à celui de prophète sentinelle qui donne le goût de la reconstruction à un peuple en panne d’espérance. Historiquement, la reconstruction du Temple ne viendra pas des personnes restées à Jérusalem, mais bien des exilés qui auront appris à « muscler » leurs convictions fondamentales, en se frottant au panthéon babylonien avec ses Marduk, ses Shamash et ses Ishtar...
Dans « Nous sommes tous des exilés ! », Frédéric de Coninck plaide pour que les chrétiens quittent une certaine nostalgie de l’Etat chrétien et découvrent la saveur de pouvoir vivre pleinement le statut d’exilés minoritaires. « Il est certain que l’exil favorise un affaiblissement de la religion rituelle. En exil, Ezéchiel, aussi préoccupé par le Temple qu’il puisse être, arrive, malgré tout, à une annonce de ce que les auteurs du Nouveau Testament affirmeront avec force : en tout lieu Dieu habite au coeur de ceux qui l’accueillent, pour les renouveler et les faire marcher en nouveauté de vie » (p.120).

Une journée à ne pas manquer!
Le 3 décembre, Frédéric de Coninck partira de ces convictions développées dans son propos sur Ezéchiel. Il nous fera également part de ses recherches sur la manière dont les chrétiens dans l’histoire ont lié leur réflexion à leur action, puis il proposera des contributions sur la manière d’agir avec le Père, à la suite du Fils et sous l’impulsion de l’Esprit. Ce travail de réflexion très ample devrait déboucher sur la publication en 2006 d’un livre intitulé : « Agir, travailler, militer. Une théologie de l’action ».
Serge Carrel

Frédéric de Coninck, Nous sommes tous des exilés !, Paris, Empreinte, 2001, 125 p.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !