Le débat autour de l’enseignement « créationniste » des écoles évangéliques de Suisse romande se dégonfle

vendredi 21 février 2014

Suite à un article publié par l'agence de presse réformée Protestinfo, sept écoles chrétiennes de Suisse romande sont soupçonnées d'enseigner le créationnisme à la place de la théorie de l'évolution en cours de biologie. Contre-enquête.

Le 28 janvier dernier, le député Vert au Grand Conseil vaudois Martial de Montmollin a déposé une interpellation dans laquelle il écrit : « Il semblerait que des écoles privées vaudoises enseignent la théorie religieuse du créationnisme en cours de biologie à la place de la théorie scientifique de l'évolution. » Il demande : « Est-ce que les élèves des écoles privées reçoivent l'enseignement scientifique de base et de manière objective, y compris en matière de biologie et en particulier en matière d'évolution des espèces ? »
Cette interpellation fait suite à un article publié le 24 janvier par l'agence de presse réformée Protestinfo, puis repris par les quotidiens 24 heures, La Tribune de Genève et Le Courrier. L'article sonne comme une mise en garde à l'égard de sept écoles chrétiennes évangéliques de Suisse romande et précise : « La particularité de ces écoles est l'enseignement des thèses créationnistes comme véridiques, dans leur programme. » Il poursuit son interpellation en précisant que « l'instruction publique du canton de Genève affiche son embarras », celle du canton de Vaud est « troublée » et celle du canton de Fribourg « ferme les yeux ».

Une incompréhension du terme « créationniste »
Nathalie Corboz, la directrice de l'Ecole chrétienne du Potier, à Oron, précise : «Nos enseignements sont basés sur les valeurs bibliques, mais il n'y pas de cours de créationnisme ! Nos cours de sciences sont les mêmes que dans les écoles publiques, ils suivent le Plan d'étude romand (PER). Et, selon le PER, tout ce qui concerne les origines de l'humanité est enseigné en histoire, pas en sciences. » En d'autres termes, l'enseignement donné dans cette école est conforme aux exigences légales.
Ce qui a dû induire en erreur les journalistes, c'est certainement la « Déclaration sur la Création, la Bible, la science et notre réponse », à disposition sur le site de l'Association des écoles chrétiennes de Suisse romande : Instruire.ch. Au point 5, il est fait mention en titre des « différents modèles d'interprétation créationniste ». Contrairement à ce qu'une lecture rapide pourrait laisser entrevoir, le mot « créationniste » ne renvoie nullement ici à une compréhension littéraliste du texte biblique. Il s'agit simplement pour ces écoles de confesser leur attachement au fait que Dieu est le créateur de toutes choses. Et loin de trancher entre les différentes interprétations en vigueur dans le milieu évangélique (1), ce document rappelle que nos interprétations sont toujours secondes par rapport au texte biblique et que toutes sont sujettes à débat et à critique. En fait le mot « créationniste », choisi ici de manière malheureuse, serait avantageusement remplacé par « des origines du monde » !

Des contrôles sont organisés
En réponse à l'interpellation de Martial de Montmollin, l'instruction publique vaudoise procèdera aux contrôles demandés. Ce sera la première fois qu'un contrôleur inspectera l'Ecole du Potier. « Mais nous ne sommes pas laissés à nous-mêmes, précise la directrice. En effet, l'Etat opère un contrôle bien réel au moment de donner ou de refuser une autorisation d'enseigner à un professeur que nous souhaitons engager. De plus, dès la 8e année, les élèves qui quittent notre école pour continuer leur cursus dans l'école publique doivent passer des examens de connaissance. Ces examens sanctionnent immanquablement la qualité de notre enseignement. »
Quant aux parents d'élèves, en tout cas à Oron, ils ne s'alarment pas. Pour eux, la question soulevée par Portestinfo n'est pas fondamentale. « Ce qui est important, relève Nathalie Corboz, c'est de pouvoir confesser que Dieu a créé le monde et les êtres humains. Cela conduit à enseigner des valeurs en phase avec notre société : le partage, la solidarité, la joie, la paix, le pardon... »
Claude-Alain Baehler

Lire aussi: « Lettre ouverte aux responsables des 7 écoles évangéliques de Suisse romande soi-disant ‘créationnistes’ ».


Note
(1) Pour faire court, trois interprétations des textes des origines ont pignon sur rue dans le milieu évangélique : une interprétation littéraire (Genèse 1 à 3 est un poème sans prétentions scientifiques), une interprétation concordiste (les jours de Genèse 1 à 3 correspondent à des périodes plus ou moins longues de l'histoire des origines) et une interprétation littérale ou littéraliste (les 6 jours de Genèse 1 sont à comprendre comme 6 jours de 24 heures et la terre aurait 6000 ans). Plus d'infos : Henri Blocher Révélation des origines, Lausanne, Presses bibliques universitaires, 20013, p. 32-51.

  • Encadré 1:

    Sept écoles, une association
    Les écoles visées par l'agence de presse réformée Protestinfo sont les suivantes : L'Amandier, à Payerne; La Bergerie, à l'Isle; Leman International Academy, à Genève; le Potier, à Oron; l'Ecole chrétienne Timothée, à Genève; La Vigne, à Bienne et Alliance pierres vivantes, à Siviriez. Ce sont des écoles primaires qui enseignent aussi, parfois, les degrés inférieurs du secondaire. En tout, elles reçoivent un peu moins de 200 élèves.
    Ces sept écoles sont regroupées dans « instruire.ch », l'Association des écoles chrétiennes de Suisse romande. A propos du thème théologique de la création, l'association reprend la confession de foi de l'Association des établissements scolaires protestants évangéliques francophones : « Les Ecritures sont vraies dans toutes leurs affirmations ; de ce fait nous croyons que les actes créateurs de Dieu sont rapportés de façon fiable dans le récit biblique. » Ce point de la déclaration explicite clairement que Dieu est Créateur, mais ne précise pas une interprétation particulière du texte de la Genèse, littérale (un jour de 24 h est un jour de création), concordiste (un jour correspond à une période plus ou moins longue) ou littéraire (Genèse 1 à 3 est une sorte de poème, donc un genre littéraire qui n'a pas de prétention scientifique) (1).

    (1) Plus d'infos : Henri Blocher Révélation des origines, Lausanne, Presses bibliques universitaires, 20013, p. 32-51.

  • Encadré 2:

    Commentaire

    Un dérapage médiatique
    L'attaque contre les écoles chrétiennes est essentiellement le fait de l'agence de presse réformée Protestinfo. Entre amalgames, contre-vérités et ton sentencieux, c'est surtout l'incompétence dans le domaine théologique et les préjugés de la démarche journalistique qui apparaissent.
    Mais cette affaire a aussi montré l'impréparation de l'Association des écoles chrétiennes de Suisse romande qui n'a pas su réagir et répondre aux questions des médias. Ainsi, le TJ de la RTS en a-t-il été réduit à réchauffer une vieille interview de la directrice de l'Ecole du Potier à Oron. Quant à la chaîne locale La Télé, elle a donné la parole à un évangélique qui passait par là (animateur d'un stand des Amis d'Israël un samedi sur deux sur la place de la Riponne à Lausanne !), mais qui ne représentait ni les écoles chrétiennes, ni le milieu évangélique en général. Grâce à lui, La Télé a été en mesure d'organiser un débat divertissant... sinon intelligent !

    Le site de l'Association des écoles chrétiennes de Suisse romande.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !