La Bible en manga reçoit le Prix de la BD chrétienne à Angoulême

jeudi 14 janvier 2010

La Bible en manga : une nouvelle façon de lire les Evangiles ! Et une façon qui plaît : les deux premiers volumes parus en français aux éditions BLF Europe à Paris viennent de remporter le Prix 2010 de la BD chrétienne à Angoulême. Ce prix sera remis le 28 janvier dans le cadre du 37e Festival international de la BD.

Le manga est une véritable déferlante actuellement en Europe et aux Etats-Unis. Les 42 tomes de ‘Dragon Ball’ se sont par exemple vendus à plus de 250 millions d'exemplaires dans le monde ; c’est plus que les aventures de Tintin… Véritable phénomène de masse au Japon où 60% de la population y lit au moins un exemplaire par semaine, le manga est arrivé comme une bourrasque en Occident. Une vague populaire sur laquelle un éditeur chrétien a eu fin nez de surfer.
Le message chrétien est transmis par une autre culture et choque sans aucun doute certains destinataires, puisque la couverture du journal VIVRE a fait secouer la tête à plusieurs lecteurs… Jésus n’est pas pour autant en kimono et ne mange pas non plus avec des baguettes. Dans les 2 titres qui sont sortis, « Le Messie » et « La Métamorphose »,  le Christ a les cheveux longs, la barbe, il est un peu le même que dans l’imagerie classique… Mais il a ma foi le type asiatique, de même que ses disciples. Et ça, c’est nouveau au rayon de l’illustration biblique.

De nombreuses onomatopées
Comme dans les autres mangas que l’on trouve sur le marché, l’histoire est rapportée de façon très manichéenne : il y a les bons, les héros, qui sont beaux et souriants ; et puis les ennemis, les pharisiens par exemple, qui sont grimaçants et franchement laids. Au fil des pages, on voit notamment un de ces représentants de la Loi se réjouir de piéger le Christ par une question. Une case montre cet homme qui fulmine et de l’air lui sort des narines comme un animal en colère... avec un large ‘PPFFFFFFFFFFFFFFFF’ qui se lit en milieu de page.
Et ces onomatopées sont légion dans ce genre de BD. Car c’est aussi cela le manga : un style qui tient de l’art cinématographique et qui joue sur une mise en page très libre, avec des cases inégales, et des cratchs, des ahaaaaaaaaaaa, des boums et autres exclamations qui traversent littéralement les pages. Cela donne du rythme et du mouvement au récit et on est très proche du dessin animé japonais. L’exercice fait mouche notamment auprès du jeune public : le premier exemplaire, ‘Le Messie’, a d’ailleurs déjà été vendus à 25'000 exemplaires et il est distribué dans les grandes surfaces en France.

Vrai ou faux manga ?
Les puristes ne s’y retrouveront peut-être pas complètement. Car si le manga se lit généralement de droite à gauche et en commençant par ce qui est la dernière page pour nous, l’éditeur de la version française a gardé une mise en page et un sens de lecture tout occidental.
Et puis le manga, c’est habituellement des histoires à l’eau de rose pour les filles, des aventures violentes ou à caractère initiatique pour les garçons. Dans le cas précis, on échappe aux catégories courantes. C’est donc quelque chose de nouveau dans le monde manga. Et on a presque un ouvrage catéchétique, puisque les versets sources sont à chaque fois mentionnés en bas de page.
Ces 2 titres doivent être suivis de 3 autres tomes, dont l’un est d’ailleurs en cours de traduction. Il s’intitule ‘La mutinerie’ et couvre la Genèse et l’Exode jusqu’à la sortie d’Egypte du peuple d’Israël. A terme, toute la Bible sera adaptée dans cette collection particulière.

Gabrielle Desarzens

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !