Interdiction de stands religieux à Genève : Guillaume Barazzone attend la décision de justice

vendredi 13 février 2015

En six mois, 134 demandes d’emplacements de stands dans la ville de Genève ont été déposées de la part de 18 associations religieuses. Le Service de la sécurité et de l’espace publics a décidé de les délivrer au compte-gouttes pour « désencombrer » les rues et éviter tout prosélytisme. Une procédure judiciaire est en cours et le département de Guillaume Barazzone ne veut faire aucun commentaire jusqu’à ce que l’affaire soit tranchée.

« Notre département ne fera pas de commentaire avant que les quelques cas litigieux soient tranchés par le Tribunal administratif », indique jeudi 12 février Cédric Waelti, porte-parole de la Direction du Département de l’environnement urbain et de la sécurité à Genève. Il rappelle que le Service de l’espace et de la sécurité public, dirigé par le conseiller administratif démocrate-chrétien Guillaume Barazzone, souhaite éviter toute forme de prosélytisme sur le domaine public, ce qui l’a amené à refuser certaines demandes de stands.

Arguments choquants, farfelus, problématiques

Pour Florian Baier, co-président du Parti évangélique genevois, la décision des autorités de la cité de Calvin est une véritable censure : « C’est flouer la liberté d’expression, la liberté de croyance, et c’est anticonstitutionnel », a-t-il exprimé lundi 9 février dans l’émission « En ligne directe » sur RTS La Première. « Un règlement existe sur la liberté d’expression à Genève sans qu’aucune restriction ne soit stipulée », lui a fait écho Rémy Pagani, un autre conseiller administratif genevois (Ensemble à gauche), désavouant ainsi Antonio Pizzoferrato, chef de la sécurité et de l’espace publics, pour qui « la liberté d’opinion et la liberté religieuse sont deux libertés distinctes ».

Cinq associations ont déposé plainte auprès du Tribunal administratif, dont deux émanent d’associations évangéliques. « En attente de ce jugement, la ville peut être plus ou moins stricte en ce qui concerne ces interdictions », commente Michael Mutzner, secrétaire adjoint du Réseau évangélique suisse (RES). « Les arguments de la ville nous ont cependant choqué », ajoute-t-il. Faire une distinction entre liberté d’opinion et liberté religieuse lui apparaît ainsi complètement farfelu, et le vocabulaire utilisé par la ville problématique : « Parler d’encombrement de l’espace public n’est a priori pas très positif face au religieux. Et le discours tenu n’est pas cohérent : certains partenaires auraient été avertis de cette nouvelle politique, mais pourquoi pas les stands évangéliques ? Heureusement, la ville a fait quelques exceptions autour de Noël. L’Armée du Salut a, par exemple, eu la possibilité de chanter des cantiques dans les rues, car cela a été jugé lié à une fête religieuse. Dans le même temps cependant, une des associations que nous accompagnons n’a pas pu être présente en décembre dans l’espace public avec boissons chaudes et bibles, alors que cela fait 20 ans qu’elle tient ce stand d’information sur Noël, sans jamais avoir posé de problème. »

Prosélytisme ?

Entre janvier et juin 2014, 134 demandes émanant de 18 associations ont été adressées à la ville de Genève. « Mais si vous demandez une autorisation pour 4 journées de présence, cela semble compter comme 4 demandes ou évènements, nuance Michael Mutzner. Le chiffre paraît énorme alors qu’en réalité, il s’agit de quelque chose qui est tout-à-fait absorbable par la ville », estime-t-il.

Dans leur argumentaire, les autorités genevoises indiquent aussi avoir décidé de ne plus délivrer de permissions d’occupation du domaine public « lorsque les activités participent du prosélytisme ». Or, afficher une conviction religieuse semble déjà être à proscrire, épingle Michael Mutzner.

Pour Rémy Pagani, la ville de Genève s’est fourvoyée en refusant la tenue de stands d’associations religieuses. « L’expression religieuse doit pouvoir être partagée et respectée par tous dans l’espace public », martèle enfin le secrétaire adjoint du RES.

Gabrielle Desarzens

En ligne directe, émission du 9 février dernier.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

  • Tchad : et si vous étiez envoyés?

    Mar 16 mars 2021

    La Commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) travaille en lien avec Action Missionnaire Internationale partenaires (AMI-p), mission partenaire de la FREE qui oeuvre depuis 60 ans auprès des peuples du Sahel. La mission AMI-p est engagée sur plusieurs lieux dans la région du Tchad, au coeur de la capitale, N'Djaména, ainsi que dans sa banlieue, dans l'est du pays à Abéché et au nord du Togo à Mango. Vous pouvez découvrir davantage sur les champs d'actions en cliquant ici.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !