« Tu seras un homme, mon fils ! »

(Réd) jeudi 15 avril 2021

Des soirées ou des virées entre hommes : la formule fait de plus en plus parler d’elle, notamment dans les sphères confessionnelles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, membre de l’église CityLife à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018. Gabrielle Desarzens s’est invitée à la dernière et en fait l’objet d’un reportage pour Hautes Fréquences dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

Ils arrivent au fur et à mesure qu’Alexandre Oehen nourrit le feu de l’abri de la plage de la Dulive, sur la Côte lémanique. La pandémie permet un maximum de 15 personnes et les participants ont dû s’inscrire. L’un d’entre eux vient pour la première fois, d’autres sont des habitués. Vers 19h, Alexandre Oehen rappelle les trois valeurs fondamentales de ces moments, soit les 3 C : « C comme Christ, qui est ici le big boss, on se réunit en son nom », dit-il. Puis C comme confidentialité. Et enfin C pour convivialité. Ces « soirées feu », comme elles s’appellent, puisqu’un feu est à chaque fois allumé, sont l’un des exemples de ce qui existe en termes de rencontres masculines en Suisse romande. Elles sont très typées confessionnelles, contrairement à d’autres événements qui s’adressent également aux hommes.

La masculinité en question

Mais de façon générale, ce type de rencontres réservé à la seule gent masculine est plus visible, beaucoup mieux perçu et fait plus de sens qu’auparavant, estime en deuxième partie d’émission le psychiatre et psychothérapeute Alexis Burger. Celui qui organise depuis une quinzaine d’années des séjours dans le désert pour les hommes sans aspect religieux à la clé indique que l’on ne sait plus très bien ce qu’est « être un homme » aujourd’hui. C’est toutefois avant tout une question, en ce moment, déclare-t-il. « Et ce qu’il y a de fantastique dans notre époque, c’est que l’on peut se la poser. »

(Réd)

Hautes Fréquences, dimanche 18 avril à 19h sur RTS La Première.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !