Décès de Loren Cunningham : «Sa foi avait autant une dimension apostolique que prophétique»

Loren Cunningham, fondateur de JEM
Loren Cunningham, fondateur de JEM (Jeunesse en Mission) icon-info
lundi 09 octobre 2023

Le fondateur de Jeunesse en Mission s’est éteint à l’âge de 88 ans. Loren Cunningham a rejoint sa patrie céleste, après avoir voyagé dans tous les pays du monde pour partager l’amour de Dieu et encourager la formation de disciples. Le mouvement missionnaire qu’il a lancé compte aujourd'hui des centres dans 90% des pays du monde. Son dernier souhait? Que tous les peuples et ethnies aient accès à la Bible dans leur langue.

Le 6 octobre, Loren Cunningham est décédé dans son sommeil, dans sa maison de Kona (Hawaï). Atteint d’un cancer, le missionnaire américain a passé les derniers mois de sa vie à transmettre cet appel aux collaborateurs et collaboratrices de Jeunesse en Mission (JEM): travaillez pour que chaque peuple de la terre ait accès à la Bible dans sa langue. Ancien responsable de JEM Suisse et fondateur de JC2033, Olivier Fleury évoque comment « ce héros de la foi » a impacté sa vie et l’héritage spirituel qu’il laisse.

Au niveau de la mission mondiale, quel héritage laisse Loren Cunningham?

Ces derniers mois, alors que sa santé déclinait, Loren a souhaité avoir des rencontres Zoom avec chaque région du monde. Il demandait aux équipiers de JEM de travailler intensément pour que chaque langue ait une traduction écrite ou orale de la Bible d’ici à 2033. C’est vraiment le message qu’il voulait laisser: que dans toutes ces régions éloignées des centres urbains, les JEMiens aident à la traduction en plus de 7000 langues. Il était passionné pour cet objectif, car dès le début de son ministère, il a participé à la distribution de la Parole de Dieu et a vu la société être transformée, par exemple à Hawaï.

Il était convaincu qu’un réveil mondial peut venir lorsque la Bible ou une partie est accessible dans la langue vernaculaire de la population. JEM cherche à traduire au moins quarante histoires bibliques dans toutes les langues. C’est un travail qui peut se faire rapidement. Même s’il y a des erreurs, chaque peuple pourra entendre l’Evangile dans sa langue.

Quand avez-vous rencontré Loren Cunningham?

C’était lors des cinquante ans de JEM Suisse romande. Nous avons partagé un repas car je voulais lui parler de JC2033. Loren a pris une pause, m’a regardé avec intensité et enthousiasme et a dit: je veux faire partie de ce projet ! On a rigolé, il m’a donné des conseils et m’a partagé des témoignages. C’était un moment très fort d’approbation de cet illustre héros de la foi, qui non seulement était positif mais encore inspiré par Dieu pour aider à la réalisation du projet.

Vous avez lu plusieurs fois son livre « Est-ce bien toi Seigneur ? » (éd. JEM). Comment a-t-il marqué votre cheminement ?

Après la Bible, c’est un des livres que j’ai lu le plus souvent ! Je me suis beaucoup identifié à Loren, sa foi me pousse en avant. J’apprécie énormément cette foi sans limite, ce zèle, cette audace à aller d’un endroit à l’autre pour être une bénédiction pour les autres et pour développer le projet que Dieu lui avait mis à cœur. Cette vision qu’il a reçue de vagues de jeunes chrétiens arrivant sur tous les continents est puissante. Soixante ans plus tard, elle s’est effectivement réalisée ! 90% des pays du monde ont un centre de JEM. Et une présence JEMienne, bien que non-permanente, existe dans tous les pays sans exception. La façon dont Dieu a accompli cette vision est incroyable, de même que la persévérance de Loren Cunningham. Sa foi avait autant une dimension apostolique, qui voit loin et large, qu’une dimension prophétique, qui voit dans le temps.

  • Encadré 1:

    Après Billy Graham, Frère André et Reinhard Bonnke, c’est une autre figure marquante de la mission qui disparaît. Qui pour reprendre le flambeau?

    On a posé cette question à Billy Graham, alors qu’il avait déjà un fils et un petit-fils au service de Dieu. Sa réponse ? «Je pense que la saison des grands hommes qui font tout est passée. Des milliers et milliers de chrétiens vont accomplir dans l’ombre bien plus de travail que moi ». Comme lui, je pense qu’on aura à l’avenir moins de ces grandes figures. En revanche, une personne comme Billy Wilson, de l’Université chrétienne Oral Roberts et fondateur de «Empowered 21», a eu l’idée de réunir tous ceux qui ont une même vision pour 2033, ce que nous avons fait en décembre 2022. Il aimerait récolter plus d’un milliard de dollars pour l’évangélisation du monde d’ici 2033.
    Nicky Gumble est aussi une de ces figures de l’évangélisation du monde. Tous les jours, sur la terre, des gens viennent à Jésus à travers les parcours Alpha (ndlr : Alphalive en Suisse). Plus de 100'000 personnes l’ont suivi en une année. Et cela va encore se multiplier, avec le lancement du parcours Alpha en chinois. Il existe donc plusieurs initiatives majeures qui se mettent en place, sans compter les missionnaires ou évangélistes qu’on ne connait pas. Je pense notamment à ceux qui oeuvrent dans des régions reculées du Nigéria, l’un des pays où le christianisme est le plus dynamique.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !