×

Message

Failed loading XML...

Communiquer en mission : multiplier les vecteurs

A gauche, on peut voir un homme en costume qui dit : « Donne-moi du fric » (les pasteurs évangéliques sont visés). A droite : « Donne-moi les clés » (les prêtres catholiques sont visés).
A gauche, on peut voir un homme en costume qui dit : « Donne-moi du fric » (les pasteurs évangéliques sont visés). A droite : « Donne-moi les clés » (les prêtres catholiques sont visés).
mardi 23 avril 2013

La multiplication des supports de communication est une chance pour les envoyés de nos Eglises. Elle permet de communiquer en fonction des publics et surtout de garder le contact avec les proches. Un exemple : François et Melody Bacher au Mexique.

 

 

François et Melody Bacher terminent un séjour de deux ans au Mexique. Envoyés par le DM-échange et mission des Eglises réformées de Suisse romande (DM), ils recourent aux moyens traditionnels tout comme au web pour communiquer et garder des liens avec leurs amis proches ou lointains.

Lettre de nouvelles et Facebook
Première constatation: ils sont bien de leur génération. A l'aise avec la majorité des supports de communication électronique. Qu'ils utilisent simultanément. Une approche globale pour diffuser des news, des valeurs. Et surtout un message différencié pour chaque public-cible.
D'abord la communication par le canal officiel de la mission, soit une lettre de nouvelles envoyée aux abonnés internes à l'organisation plusieurs fois par an. Conçue pour une diffusion sur un support papier ou en PDF, c'est le moyen le plus commun utilisé par toutes les missions. Les textes publiés sont souvent épurés et exempts des vraies problématiques du terrain, au point que le lecteur a tendance à les lire en croix. Les missions devraient revoir leur copie!
Ce qui est frappant, c'est que Melody insiste sur la notion de « rester en contact ». Ce couple veut garder le contact avec les deux Eglises d'envoi, une officielle et l'autre de cœur, mais aussi avec son cercle de soutien et ses amis. François et Melody ne cherchent pas d'abord à informer, mais, au travers de leurs recherches de contacts, ils informent. Nuance.
Autre constatation. Les « posts » sur Facebook en direction des personnes qu'ils connaissent personnellement, restent du domaine public. Ils ne livrent pas ce qui leur est intime.

Un blog privé pour un cercle plus restreint
Personnellement, j'ai plutôt apprécié leur blog privé, non accessible aux personnes qui n'ont pas le lien sur le blog. C'est là qu'ils se livrent. Qu'ils parlent de leurs combats, de leurs défaites, de leurs joies. De ce qui coince dans leurs activités ecclésiales. Donc de la réalité et non de celle paramétrée pour être acceptable par les donateurs. Mais – soyons honnêtes – cette perception n'est pas toujours très impartiale !
Par contre, leur manière d'écrire et d'illustrer leur quotidien m'a personnellement encouragé. Je suis encore de la génération où l'on compartimente sa vie. D'un côté les activités spirituelles ou ecclésiales et de l'autre la vie privée, celle des loisirs, des relations amicales. Eux, ils mélangent tout. Il n'y a pas de cloisonnement et, dans le même post sur leur blog, ils peuvent parler de leur anniversaire ou de leur engagement dans une communauté rurale au fin fond du Chiapas. La vie, quoi ! Ils incarnent une spiritualité décomplexée !

Un stencil polémique sur un mur
Et pour terminer, juste un extrait de leur blog privé. François est entre autre artiste-peintre et il adore faire des « stencils » :
« Petite émotion et cette fois c'est François qui a laissé un souvenir: il a ENFIN réalisé le fameux stencil sur un mur, un vrai, comme un voyou (enfin presque, le mur en question appartient au père du pasteur). Donc après la première couche de blanc pour masquer la pub antérieure, François a pris ses bombes et s'est diverti sous le regard bienveillant du pasteur, notre ami Arturo, tout content de mettre son projet contestataire d'idées reçues à exécution... »
C'est plus souvent que j'aimerais lire ce genre d'histoires sur des news de mission. Il y a un pan de vie qui se dit en une phrase et deux images.
Henri Bacher

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !