50 ans de Wycliffe : 41 Bibles ou Nouveaux Testaments défilent à Bienne

mardi 11 mars 2014

Wycliffe Suisse, l'association pour la traduction de la Bible, a fêté ses 50 ans à Bienne le 8 mars. La fête a été marquée par un défilé des traductions bibliques réalisées pendant ces 50 ans. Emouvant !

Un piano. Un pianiste qui interprète des airs tour à tour entraînants ou plus solennels : O Happy Day, Grand Dieu nous te bénissons... et des gens qui défilent, un à un, lentement, tenant d'une main, haut au dessus de leur tête, un Nouveau Testament ou une Bible. Et cinq cents personnes qui assistent à cette « parade des Ecritures », l'émotion chevillée au corps, avec pour beaucoup des larmes dans les yeux.
Ils ont été 41 à défiler ainsi dans la salle de l'Eglise Jahu à Bienne, le samedi 8 mars à l'occasion des 50 ans de Wycliffe Suisse, l'association qui conduit dans le monde des projets de traduction de la Bible. 41 personnes, parmi lesquelles deux enfants, de jeunes adultes, des adultes plus mûrs mais aussi nombre de retraités, ont rendu visibles les efforts de longue durée de ces équipes qui, au Bénin, au Nigeria, en Côte-d'Ivoire, en Bolivie, en Papouasie Nouvelle Guinée, au Népal... ont achevé un projet de traduction biblique où un Suisse ou une Suissesse étaient impliqués.

Cinq Nouveaux Testaments à son actif
« Cette journée me remplit de reconnaissance envers le Seigneur qui a permis que je participe à cette œuvre ! » A presque 81 ans, Margrit Bolli défile avec un Nouveau Testament. Standardiste de formation, elle s'est lancée dans la traduction biblique en 1967 après deux cours de linguistique et une formation théologique accélérée. Avec une collègue allemande, elle s'est impliquée très directement dans un projet de traduction en Côte-d'Ivoire. Résultat visible : un Nouveau Testament dans chacun des deux dialectes dan (prononcer « dans ») ou yacouba. Puis, plus à distance, Margrit met en place avec de jeunes traducteurs nationaux trois autres Nouveaux Testaments dont deux sont encore en chantier : un en mwan, un en wan et un en bwamou du Burkina Faso. Très active pendant toutes ces années dans l'alphabétisation, Margrit Bolli se réjouit de voir qu'une association a repris aujourd'hui ses diverses traductions et les met à disposition des différents locuteurs sur des supports audio. Elle ajoute qu'il y a actuellement dans l'ouest de la Côte-d'Ivoire un millier de groupes d'écoute dans près de 500 villages, qui se retrouvent régulièrement pour écouter la Bible en dan. « Entendre que l'intérêt pour l'écoute de la Parole de Dieu est extraordinairement grand me remplit de joie ! »

Vingt ans à deux pour 2500 locuteurs
C'est vêtue d'une robe de couleur rouge et noire, et munie d'un couvre-chef fait de poils noirs dressés que Christiane Weber de Brugg en Argovie traverse la salle de l'Eglise Jahu. Cette femme de pasteur a passé 20 ans avec son mari et ses quatre enfants auprès des Bimins, une ethnie de 2500 locuteurs en Papouasie-Nouvelle-Guinée. « Ce qui nous a le plus réjouis dans cette aventure, ce sont les liens d'amitié tissés sur place. Les membres de cette ethnie nous ont intégrés dans leur quotidien en nous permettant de vivre avec eux leurs naissances, leurs mariages et leurs décès... De plus, ils nous ont vraiment aidés à vivre sur place avec nos quatre enfants. » A la fin des années 80, au moment où les Weber arrivent sur l'île, il y a déjà des Eglises dans cette ethnie et les pasteurs eux-mêmes s'impliquent dans la traduction. Ils utilisent même les textes bibliques fraîchement traduits dans leur prédication lors du culte. Dédicacé en 2008, le Nouveau Testament a été tiré à 850 exemplaires. Aujourd'hui, Christiane Weber a toujours un peu de son cœur en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Elle prépare une édition audio du texte biblique, grâce à des enregistrements effectués sur place avec des Bimins. « Voilà deux ans, nous sommes retournés là-bas et nous avons vu que l'Eglise utilisait notre traduction du Nouveau Testament et qu'elle grandissait au travers de cette lecture. »

Près de quarante ans pour la Bible en berom
C'est avec une Bible en berom, une langue parlée par plus de 700'000 personnes au Nigeria qu'Hanni Kuhn participe à la « parade » de ces Bibles et de ces Nouveaux Testaments. Cette Suisse allemande de 73 ans a fait des études de théologie à l'Institut biblique du Beatenberg dans le canton de Berne. Elle y a appris le grec et l'hébreu. Convaincue que Dieu l'appelle à un service à plein temps, elle s'engage en 1973 avec Wycliffe comme exégète, spécialiste du texte biblique. Dans un français assez littéraire, cette femme explique que le premier missionnaire a évangélisé les Beroms au début du XXe siècle. Une Eglise vivante a rapidement grandi et les premiers missionnaires ont commencé à traduire des récits et des versets bibliques dans cette langue. Vu qu'il était difficile de former les cadres de cette Eglise en berom, les responsables de la mission les ont formés en haoussa. Petit à petit, cette dernière langue est devenue la langue du culte, parce que riche en termes techniques dont les prédicateurs ne disposaient pas en berom.

Entendre la Parole dans la langue de son coeur
Hanni Kuhn s'est lancée dans ce projet de traduction en 1973. Après trois ans, elle a dû quitter le Nigeria et n'a pu y retourner que trois mois chaque année avec un visa de touriste. En 1984, elle termine la traduction du Nouveau Testament. En 1989, elle poursuit avec l'Ancien Testament et la dédicace de l'entier de la Bible intervient en 2010. « Disposer aujourd'hui d'une Bible en berom permet aux membres de cette ethnie d'être touchés autrement que si l'Evangile leur était prêché en haoussa. Pour moi, c'est comme si je ne pouvais pas entendre la Parole de Dieu en suisse allemand, mais en italien ou en français. Au moment où on a commencé à lire le Nouveau Testament en berom, on avait l'impression qu'une ampoule s'allumait dans les yeux de ces gens. Ils entendaient la Parole de Dieu dans la langue de leur cœur. »
Aujourd'hui la situation est particulièrement critique pour les Beroms sur le plateau de Jos au Nigeria. En butte aux exactions de la secte de Boko Haram, ils sont régulièrement attaqués par ces islamistes. En 2010, lors de la dédicace de la Bible, cette « grand-maman » suisse allemande a pris son courage à deux mains ! Elle a rappelé, très consciente des difficultés, l'invitation du Christ à aimer ses ennemis et à leur pardonner. « Avec une Bible dans sa langue, espère Hanni Kuhn, chaque locuteur du berom peut affronter cette situation de persécution avec la possibilité d'être vraiment fortifié par la Parole de Dieu ! »

Laudate Omnes gentes, laudate Dominum !
Au terme des festivités, en écho à la fin de l'évangile de Jean, Hannes Wiesmann, le directeur de Wycliffe Suisse a lancé : « Notre fête est trop courte pour raconter tout ce que Dieu et son 'personnel au sol' ont fait pendant ces 50 ans, mais nous souhaitons vous exprimer notre reconnaissance et dire que, pendant toutes ces années, Dieu a pris soin de nous ! » Le chant qui avait ouvert la célébration a alors été repris : Laudate omnes gentes, laudate Dominum ! (Gens de toute la terre, louez, louez le Seigneur !).
Serge Carrel

  • Encadré 1:

    Hannes Wiesmann : la communication et les courts-termes pour remédier à la crise des vocations en Suisse

    C'était la fête le 8 mars à Bienne pour marquer les 50 ans de Wycliffe. Il n'empêche qu'aujourd'hui cette association peine à recruter de nouveaux membres. Explications de son directeur.

    Votre association ne connaît-elle pas une crise des vocations au vu du peu de personnes qui désirent actuellement partir traduire la Bible ?
    On se trouve effectivement dans une période où nous avons des défis devant nous. C'est plus difficile qu'il y a trente ou quarante ans de recruter des gens pour ce travail. Mais nous cherchons avec l'aide de Dieu à remédier à cela

    Pourquoi l'intérêt des chrétiens pour un tel engagement est-il moins important qu'il y a quelques années ?
    C'est un travail qui s'inscrit dans la durée. Il n'y a pas de résultats rapides, alors qu'aujourd'hui on veut des résultats tout de suite. Une autre raison réside dans le fait que la Bible n'occupe plus dans nos Eglises la même place qu'auparavant. Si la Bible ne joue plus le rôle central qu'elle jouait autrefois, il est difficile de motiver des gens à s'engager dans nos projets.

    Qu'allez-vous entreprendre pour motiver des Suisses à s'engager dans des projets Wycliffe ?
    Communication, communication et communication ! Nous devons nous engager pour présenter ce travail dans les Eglises, dans les lieux de formation et sur le web... Mais ce qui est important, c'est de nouer et d'approfondir des relations avec des personnes intéressées par nos projets de traduction.
    Nous offrons aussi des engagements court terme sur le terrain, afin que les personnes intéressées puissent découvrir en quoi consiste notre travail. Cela va demander de la créativité de notre part, mais nous sommes à même de relever ce défi.

    Le rôle de Wycliffe Suisse ne devrait-il pas changer ? Ne devriez-vous pas davantage soutenir financièrement et logistiquement des projets de traduction menés par des personnes locales ?
    Cette démarche de financement ne remplace pas l'autre ! Il faut faire les deux. Il y a toujours de la place pour que des Occidentaux s'engagent dans ce travail, mais leur rôle est en train de changer puisque des personnes du lieu peuvent de pus en plus assumer des fonctions que nous exercions dans le passé ; nous aimerions aussi augmenter la contribution financière de la Suisse à la traduction de la Bible dans le monde, parce que les besoins sont grands et les moyens dans les pays en développement souvent réduits.
    Propos recueillis par SC.

  • Encadré 2:

    Un livre pour le jubilé

    A l’occasion de son cinquantième anniversaire, Wycliffe a publié un recueil d’histoires pour entrevoir la traduction biblique par le petit bout de la lorgnette. Je n’ai pas de chèvre… 50 histoires pour raconter Wycliffe Suisse vous emmène dans ce quotidien des traducteurs où le Nescafé répare le radiateur d’une voiture et où l’on voyage à la congolaise !

    Coll., Je n’ai pas de chèvre… 50 histoires pour raconter Wycliffe Suisse, Bienne, Wycliffe Suisse, 2014, 176 p.

    A commander sur le site de Wycliffe Suisse.

    Wycliffe 50c

  • Encadré 3:

    Wycliffe Suisse visite les Eglises ou les groupes de jeunes

    A l’occasion de cette année de jubilé, les permanents de Wycliffe Suisse à Bienne sont prêts à se déplacer dans les Eglises ou les groupes de jeunes pour parler du travail de traduction de la Bible. Ils mettent aussi à disposition sur leur site du matériel qui permet une sensibilisation à un travail de traduction à faire pour encore plus de 2500 peuples ou ethnies dans le monde.

    Plus d’infos.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Jeu 07 avril 2022

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Lun 04 avril 2022

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !