Les évangéliques conjuguent les Objectifs du Millénaire dans le Défi Michée

Stop Pauvreté 2015 Depuis l’automne 2004, un nom un peu barbare a fait son apparition sur la Planète évangélique. De l’Australie à la Zambie en passant par la France et le Royaume Uni, on parle du « Défi Michée », un programme de mobilisation des chrétiens contre la pauvreté. Le sommet mondial de l’ONU qui commence aujourd’hui à New York et qui traitera des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), est l’occasion de découvrir ou d’approfondir ce qu’est ce « Défi Michée ». Une perspective que propose l’Alliance évangélique mondiale à tous les chrétiens, qu’ils soient du Nord ou du Sud. Découverte.

Par La FREE | le lundi, 10 juillet 2006

L’éradication de moitié de la pauvreté et de la faim sur la Planète est d’actualité. Plus de 170 chefs d’Etat se retrouvent à New York à partir d’aujourd’hui pour se pencher sur le sort de notre monde et de ses habitants. Leur but : évaluer l’avancement des travaux d’Hercule qu’ils se sont donnés voilà 5 ans pour améliorer les conditions de vie des habitants les plus démunis de la Planète bleue. 8 Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont été formulés : réduire de moitié l’extrême pauvreté et la faim, assurer une éducation primaire pour tous, promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, réduire de deux tiers la mortalité des enfants de moins de 5 ans... Ces objectifs devraient permettre, grâce à des indices quantifiables, de mesurer le réel engagement des chefs d’Etat et des gouvernements.

Le « Défi Michée », un instrument de mobilisation interne

Les évangéliques ne sont pas restés insensibles à ces résolutions de rendre la Terre plus habitable et plus équitable. Le 15 octobre 2004, l’Alliance évangélique mondiale a lancé, de concert avec 250 ONG évangéliques engagées sur le terrain, le « Défi Michée ». Du nom du prophète de l’Ancien Testament qui, au VIIIe siècle avant Jésus-Christ, fit connaître la volonté de Dieu au peuple d’Israël en invitant à la pratique de la justice, de la miséricorde et de l’humilité (Mi 6,8).

« Cette action vise à stimuler à l’interne l’engagement en faveur des OMD, explique Roger Zürcher, coordinateur bénévole du Défi Michée en Suisse romande. Les évangéliques sont déjà très actifs, par des soutiens missionnaires et par des ONG, dans la réalisation de ces objectifs, mais nous pourrions certainement faire davantage ! » ajoute cet ingénieur agronome d’Echallens, qui a passé 7 ans au Tchad dans l’aide au développement.

« Il faut bien comprendre que le Défi Michée ne vient pas concurrencer ce qui existe déjà, ajoute Roger Zürcher. C’est plutôt un outil pour promouvoir un engagement plus résolu des évangéliques à l’endroit des pays du Sud ». Donc pas de collectes de fonds directe pour soutenir de nouveaux projets, mais plutôt la mise à disposition des Eglises et des groupes mission de matériels divers pour promouvoir la solidarité avec le Sud. C’est ainsi que le site du Défi Michée ( www.defimichee.org ) propose des sujets de prière en vue de la réalisation des OMD, des études bibliques qui développent le thème de la solidarité avec le Sud, ainsi que du matériel vidéo qui promeut la campagne en vue d’éradiquer la pauvreté.

Rendre visible l’action des évangéliques en faveur des OMD

Et là Roger Zürcher ne mâche pas ses mots. Fort de son expérience au Tchad, il ose dire : « Les dynamiques de développement gérées par les chrétiens sont souvent de meilleure qualité que celles promues par d’autres, parce qu’elles ont un impact spirituel et sont souvent moins corrompues et plus durables. Dans la ville de Sarh où j’ai travaillé, ajoute-t-il, 2 ONG sont particulièrement reconnues: une catholique (BELACD) et l’ONG évangélique RAPS (Réseau d’action, de partage et de solidarité). » Cette ONG fondée en 1999 par quelques pasteurs n’avait à ses débuts aucunes ressources financières. Aujourd’hui, elle est l’une des plus importantes de la ville. Son sérieux lui permettra même de bénéficier de fonds de l’Union européenne.

Selon Roger Zürcher, le Défi Michée vise aussi des buts extérieurs : d’abord faire pression sur les gouvernements pour qu’ils entrent pleinement dans les OMD. Puis aussi « montrer que les évangéliques ne se désintéressent pas du sort de leurs contemporains, mais qu’ils s’engagent pour davantage de justice sur la Planète ». Avec d’autres, Roger Zürcher a constitué au début de l’année la Plate-forme chrétienne de développement, un groupe qui pourrait à l’avenir représenter les ONG romandes d’obédience évangélique auprès des autorités. Cette Plate-forme est un des groupes de travail de l’Alliance évangélique romande.

Serge Carrel