Fête de la FREE le 8 novembre : un avant-goût des propos de Bob et Mary Hopkins

mercredi 30 septembre 2015

Le 8 novembre, Bob et Mary Hopkins de l’association britannique Fresh Expressions seront les principaux orateurs de la Journée de la FREE à Yverdon-les-Bains. Forts de nombreuses années d’expérience, ils parleront de leur implication dans la mobilisation des 20-35 ans pour le développement des Eglises locales.

Pendant 10 ans, vous avez servi comme couple pastoral dans l’Eglise St-Thomas à Sheffield, une très grande ville universitaire du nord de l’Angleterre. Quel est le secret d’une Eglise qui rejoint les 20-35 et qui a énormément grandi durant cette période ?
Bob Hopkins – Si le projet d’une Eglise est de rejoindre la génération des 20-35, il est important d’en faire la priorité numéro 1 dans la vie de la communauté. Il faut être prêt à adopter notre vie communautaire à ce public : le style de culte ou de musique par exemple. L’entier de la culture ecclésiale doit s’inscrire dans la culture de la génération émergeante. Un deuxième facteur important, c’est de reconnaître que des jeunes de 15 ans et plus ont du potentiel pour diriger des groupes ou une vie d’Eglise. Ils ne sont pas les leaders de demain, mais ceux d’aujourd’hui ! Donner à des jeunes la possibilité d’exercer des responsabilités importantes dans la vie d’Eglise est un moyen d’intégrer et de rejoindre les 20-35.
Durant les 10 ans que nous avons passés avec Jeunesse en mission avant notre engagement à Sheffield, nous avons découvert un troisième élément. La plupart des Eglises qui souhaitent accueillir des jeunes baissent les exigences afin de les attirer. Notre expérience nous fait dire le contraire. Les jeunes ont besoin de défis importants qui leur permettent de changer le monde, avec l’aide du Saint-Esprit et au nom de Jésus.

Mary Hopkins – Nous avons aussi développé un programme de formation d’une année pour les jeunes de 18 ans et plus. Plusieurs ont accompli cette formation après l’obtention de leur diplôme universitaire et cela leur a permis de mener à bien une sorte d’école de disciple, avec, à la fin, des compétences pour leur vie de foi, leur vie d’adulte et la vie d’Eglise. Plusieurs se sont ensuite engagés dans un ministère, que ce soit dans l’Eglise anglicane ou dans l’Eglise baptiste, les deux familles d’Eglises auxquelles St-Thomas appartient.

Bob Hopkins – Nous n’avons vraiment pas baissé la barre pour ces jeunes : ils avaient à payer pour accomplir cette année et ils devaient trouver un travail à temps partiel. Chaque semaine, ils travaillaient pendant trois jours ; pendant trois autres jours, ils suivaient une formation et s’impliquaient dans la vie d’Eglise et dans la vie de la cité.

Y a-t-il un autre élément qui vous paraît important pour faciliter l’intégration des 20-35 ans dans une Eglise locale ?

Bob Hopkins – Il y a aussi ce qu’en Angleterre nous appelons les trois B : « Belong – Believe – Behave » (appartenir – croire – se comporter). Dans les Eglises classiques, on attend que quelqu’un adopte le comportement du groupe, croie de la même manière, avant de faire partie de celui-ci. La jeune génération a beaucoup de peine avec cette manière de procéder et Jésus aussi ! L’important, c’est d’abord de développer un sentiment d’appartenance à un groupe, puis de croire comme lui et enfin d’endosser des comportements qui refléteront son appartenance à Jésus.
En fait, ce sont là des clés pour toute démarche missionnaire qui souhaite rejoindre des gens avec l’Evangile.
Mary Hopkins – Nous avons aussi mis un accent très fort dans ces programmes annuels sur la formation du caractère. C’est très important dans la construction de l’identité des leaders.

Culturellement, quel est aujourd’hui le défi le plus grand pour rejoindre les 20-35 ?
Bob Hopkins – En fait je placerais ce défi du côté des générations plus âgées ! La plupart d’entre nous, nous sommes très attachés à ce que l’on peut appeler « la vérité objective », alors que la génération émergeante n’en a que faire de cette vérité. Pour elle, il s’agit d’entendre des « histoires » ou des témoignages, de parler de valeurs et d’incarner la vérité que nous affichons. Leurs valeurs les plus importantes sont l’intégrité et l’authenticité. Ils ne veulent pas nécessairement savoir ce que nous croyons, mais voir comment nous le vivons. Le plus grand défi pour les plus âgés est donc notre authenticité et l’incarnation dans nos vies de l’Evangile de Jésus-Christ.

Propos recueillis par Serge Carrel

Le communiqué de presse, le flyer et l'affiche de l'événement.

  • Encadré 1:

    Bob et Mary Hopkins le 8 novembre à Yverdon
    Le dimanche 8 novembre, la fête de la FREE accueillera Bob et Mary Hopkins de l’association britannique Fresh Expressions. A la salle de la Marive à Yverdon-les-Bains, ils parleront du thème : « Comprendre, rejoindre et travailler avec les 20-35 ans ».

A voir également

  • Rencontre générale de la FREE : une équipe succède au secrétaire général Rencontre générale de la FREE : une équipe succède au secrétaire général

    La rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 2 avril 2022, a élu une équipe de trois personnes à sa tête. Celle-ci remplacera dès cet été le poste actuel de secrétaire général.

  • Une nouvelle direction pour la FREE Une nouvelle direction pour la FREE

    La FREE accueillera en principe Sébastien Demierre, Didier Suter et Nirine Jonah comme nouveaux responsables de la fédération. Ceux-ci succéderont à Philippe Thueler, le Secrétaire général actuel. Ils inaugureront la nouvelle organisation de la fédération, caractérisée par la gouvernance partagée.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • La FREE lorgne vers la gouvernance partagée La FREE lorgne vers la gouvernance partagée

    Philippe Thueler, le secrétaire général de la FREE, propose que la gouvernance de notre fédération évolue vers un modèle mieux adapté à notre époque, et surtout au futur. Cela s’appelle gouvernance « opale », gouvernance partagée… Et, à la fois par envie personnelle et pour faciliter cette transition, il désire retourner à son métier d’enseignant, tout en gardant un temps partiel à la FREE. 

  • Rencontre générale : la FREE songe à devenir « opale » Rencontre générale : la FREE songe à devenir « opale »

    La FREE pense à son avenir en cherchant comment adapter sa gouvernance à la mentalité des jeunes générations. Elle le fait aussi en modifiant radicalement son modèle de financement.

Please publish modules in offcanvas position.