Rencontre générale de la FREE : vers de nouvelles structures ?

vendredi 20 mars 2015

Durant la dernière Rencontre générale de la FREE, la question des relations entre Eglises locales et fédération a été abordée. Un travail d'adaptation semble nécessaire.

« Nous vivons dans une culture de la peur », « Osons changer nos réflexes », « Entrons dans une nouvelle saison »… Ces propos ont été entendus pendant la dernière journée de réflexion et de prière des instances de la FREE le 30 janvier, puis répété le samedi 14 mars dernier, lors de la Rencontre générale de la FREE aux Brenets.

Durant cette journée des instances de la FREE, il a été question des liens, parfois assez lâches, entre les Eglises locales et la fédération, notamment lorsque des Eglises qui passent par des moments difficiles cherchent de l'aide auprès de la FREE. Cette dernière n'a pas toujours la légitimité pour répondre de manière efficace. Un changement dans la relation entre les Eglises locales et la FREE devient donc nécessaire.

S'inspirer d'autres modèles

Les trois modèles les plus courants de répartition du pouvoir entre les Eglises locales et des instances fédératives ont été présentés, ainsi que quelques-uns de leurs avantages et de leurs inconvénients.

Le modèle congrégationaliste. Les Eglises sont autonomes. L'autorité se situe au niveau des membres qui choisissent des responsables. A l'échelon fédératif, les Eglises envoient des délégués et mandatent la fédération pour des travaux précis. Les structures de la FREE s'inspirent fortement de ce modèle. Mais celui-ci est impuissant à éviter des inerties et décourage l’innovation et l’entreprise lorsque la fédération grandit.

Le modèle presbytéro-synodal. Les Eglises délèguent à un synode des responsabilités telles que le placement de ministères rémunérés dans les communautés locales. Ce modèle a l'avantage de donner des responsabilités à des personnes formées pour les prendre. Mais il ne favorise pas le sacerdoce universel des croyants, cher aux évangéliques.

Le modèle épiscopal. Un évêque, un apôtre ou – mieux – une équipe apostolique conduit la communauté et nomme des responsables. A tous les niveaux, il s'agit d'un « leadership fort ». Ce modèle peut induire des phénomènes de domination et d'abus de pouvoir. Mais il est efficace pour démarrer de nouveaux projets et favoriser le « développement du Royaume ».

La réflexion est donc lancée : comment faire évoluer le modèle actuel pour affermir le lien fédératif et répondre aux défis auxquels les Eglises font face ? Des aménagements sont d'ores et déjà suggérés. Par exemple, au niveau local, les Eglises pourraient renoncer à renouveler le mandat de leur pasteur par un vote de tous les membres. « Il faudrait que l’Eglise se prononce sur l'utilité d'un ministère pastoral, mais est-il envisageable que seul le conseil soit habilité à évaluer et à renouveler le mandat du pasteur ? » se demande Pierre Deriaz, le président des Rencontres générales.

Au niveau de la fédération, Marc Gallay, vice-président des Rencontres générales, encourage chaque membre des instances à s’inspirer du leadership de serviteurs dont ont fait preuve Josué et les lévites lors de la traversée du Jourdain. Avec la conviction que ce leadership produira une vision, puis un mouvement dans toute la fédération pour atteindre nos contemporains avec l’Evangile.

Claude-Alain Baehler

 

  • Encadré 1:

    En bref...

    - Les comptes 2014 sont à l'équilibre. Les dons des Eglises sont stables. Cette situation est rassurante, mais ne permet pas d'envisager de nouveaux projets.

    - Le tableau des compétences décisionnelles a été accepté. Il complète les Dispositions internes de la FREE en montrant qui décide et de quoi, en fonction de diverses situations.

    - La Maison d'accueil Praz-Soleil, à Château-d'Oex, inscrit désormais son avenir au sein d'un Pôle santé du Pays-d'Enhaut. Reconstruit, l'EMS comprendra désormais 50 lits. Sa spécificité chrétienne sera préservée.

    - Annette et André Peythieu sont désormais des envoyés de la FREE. André est pasteur dans l’Eglise évangélique de Saint-Louis de la Réunion. Ces parents de quatre enfants adultes proposent également des chambres d'hôtes.

    - Stéphane et Myriam Gigandet sont de nouveaux envoyés du Service de missions et d'entraide (SME). Ils gèrent une maison d'accueil et de réinsertion par le travail à Ouagadougou, au Burkina Faso.

  • Encadré 2:

    Il y a trop de casse : des solutions doivent être trouvées !

    Telle communauté engage un pasteur contre l'avis de la Commission des ministères, puis appelle au secours la même commission lorsque les problèmes apparaissent. Telle autre communauté, au cours d'un vote, « vide » son pasteur sans vraiment l'avoir voulu. « C'était juste pour envoyer un avertissement », se justifient ceux qui ont voté non.

    Ces transitions pastorales difficiles engendrent tant de souffrances et de contre-témoignages qu'une question est de plus en plus soulevée dans la FREE : « Dans la gestion des ressources humaines des Eglises, quel rôle la fédération doit-elle jouer pour garantir à la fois l'indépendance de la communauté et une professionnalisation des démarches complexes auxquelles font face les conseils ? »

    philippe-thuelerPour Philippe Thueler, le secrétaire général de la FREE, il n'est pas question de quitter notre modèle congrégationaliste, mais de prendre quelques bonnes idées dans les autres modèles : « Nous sommes plus dans la 'taille' que dans le 'bûcheronnage'. Mais nous devons redonner la première place à la conduite spirituelle de nos communautés, notamment en les aidant à être de meilleures partenaires de leurs pasteurs ». (cab)

A voir également

  • Transformaxion : la troisième volée a terminé le parcours Transformaxion : la troisième volée a terminé le parcours

    Une troisième volée de responsables d’Eglises a terminé le parcours Transformaxion. Ceux-ci sont unanimes pour dire l’utilité de cette formation-coaching. Elle leur a donné des outils pour insuffler une nouvelle dynamique aux communautés dont ils ont la charge. Cela conduit les responsables de Transformaxion à proposer à nouveau le parcours en 2023.1

  • Rencontre générale de la FREE : le passage de témoin Rencontre générale de la FREE : le passage de témoin

    La dernière Rencontre générale de la FREE, le 11 juin dernier, a été celle du passage de témoin entre l’ancien système, avec un secrétaire général, et la nouvelle organisation avec un leadership en équipe. Ce fut l’occasion de se réjouir en voyant que la transition se passe en souplesse, mais aussi de se rappeler de la fidélité de Dieu.

  • Rencontre générale de la FREE : une équipe succède au secrétaire général Rencontre générale de la FREE : une équipe succède au secrétaire général

    La rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 2 avril 2022, a élu une équipe de trois personnes à sa tête. Celle-ci remplacera dès cet été le poste actuel de secrétaire général.

  • Une nouvelle direction pour la FREE Une nouvelle direction pour la FREE

    La FREE accueillera en principe Sébastien Demierre, Didier Suter et Nirine Jonah comme nouveaux responsables de la fédération. Ceux-ci succéderont à Philippe Thueler, le Secrétaire général actuel. Ils inaugureront la nouvelle organisation de la fédération, caractérisée par la gouvernance partagée.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

Please publish modules in offcanvas position.