M4 : première rencontre d’implanteurs suisses à Vaumarcus

Eglises

La première session de formation « M4 » à l’implantation d’Eglises s’est tenue les 10 et 11 février 2017 à Vaumarcus. Six équipes d’implanteurs, représentant six implantations d’Eglises en Suisse romande et en France, ont été accompagnées et préparées à vivre l’étape suivante.

Par Claude-Alain Baehler | le vendredi, 17 février 2017

Les discussions sont animées dans ce pavillon circulaire du Camp de Vaumarcus, sur les hauteurs du lac de Neuchâtel. Une cinquantaine de chaises ont été alignées au centre de la salle en vue d’une conférence. Mais, pour le moment, elles sont vides. En fait, c’est autour des tables, disposées près des fenêtres, que les débats ont lieu. A chaque table correspond un nom et une équipe de cinq ou six personnes. On peut lire : « New Life », « Les Bois », « EMA7L », « Esplanade », « Climbing Church »…

Autour des tables, les équipes écrivent et dessinent sur de grandes feuilles de papier. Elles répondent à des questions : « Qu’est-ce que nous avons fait ? Qu’est-ce que nous n’avons pas fait ? Où est-ce que ça coince ? Quelles possibilités voyons-nous ? »

Chaque équipe est impliquée dans un projet d’implantation d’Eglise en Suisse romande ou en France. En ce week-end des 10 et 11 février 2017, elles participent à leur première rencontre M4, celle qui est intitulée : « Construire une équipe solide avec une vision claire ». Importé de Norvège, le mouvement d’implantation d’Eglises M4 (Maître, mission, multiplication, mouvement) fait ses débuts en Suisse.

« J'ai la joie de ne plus être seul et de voir une génération se lever, se réjouit Frank Jeanneret, implanteur d’Eglises depuis 17 ans. Je rencontre des équipes motivées. Pour moi, M4 constitue un signe vraiment intéressant et encourageant ».

Diversité des projets d’implantation

Les équipes d’implanteurs réunies à Vaumarcus témoignent d’une belle diversité. A côté de projets d’Eglises plutôt classiques existent des démarrages plus « exotiques », telle la Climbing Church de Sottens – une communauté pour amateurs de grimpe – ou l’école chrétienne de la paroisse catholique de la Valette-du-Var, dans la banlieue de Toulon. Une équipe adventiste française est même venue en tant qu’observatrice.

Les équipes d’implanteurs sont arrivées préparées à ce week-end. Elles ont déjà étudié le sujet grâce à du matériel téléchargé depuis le site internet de M4. Désormais, elles sont prêtes à partager leurs expériences à établir un bilan de leurs activités et à recevoir les conseils de leurs formateurs. « Durant ce week-end, la moitié du temps est passée dans du travail par équipes, précise le pasteur Øivind Augland, l’un des concepteurs de la formation, venu spécialement de Norvège. Le reste du temps est partagé entre enseignements, prière et écoute. »

« M4 est un outil performant, se réjouit Emmanuel Schmid, l’un des responsables suisses du mouvement. Il permet de travailler de manière profonde et efficace, de poser des objectifs, de vérifier s’ils sont atteints et de les revoir le cas échéant. »

Dans six mois, les équipes d’implanteurs se retrouveront lors d’un autre week-end. Elles mesureront le chemin parcouru, établiront un nouveau bilan intermédiaire et bénéficieront d’un accompagnement solide. Et, cette fois encore, elles arriveront préparées après avoir étudié le thème suivant : « Annoncer et démontrer l’Evangile à de nouvelles personnes ».

Le site internet principal de M4.

  • Encadré 1:

    M4 en bref

    logoLe mouvement d’implantation d’Eglise M4, originaire de Norvège, est basé sur l’ordre missionnaire de Jésus-Christ : « J'ai reçu tout pouvoir dans le ciel et sur la terre. Allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit. Et voici : je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu'à la fin du monde » (Mt 28.18-20).

    A partir de ce texte biblique, M4 définit quatre principes : « Master » (Jésus est le Maître), « Mission » (allez donc), « Multiplication » (faites des disciples), « Movement » (la présence de Dieu rend le travail possible).

    Présent actuellement dans une dizaine de pays d’Europe, le mouvement propose à la fois un enseignement et un accompagnement aux implanteurs d’Eglises. Une bonne partie de l’enseignement théorique est mis à disposition sur le site internet de M4. Ainsi, les cinq rencontres d’une session de formation, qui se succèdent à environ six mois d’intervalle, sont en grande partie consacrées à l’accompagnement, à la prière et au travail en ateliers.

    Actuellement, M4 accompagne trois sortes de projets : la création de nouvelles Eglises, des « essaimages » à partir d’Eglises-mères, le développement d’Eglises pour immigrés.

  • Encadré 2:

    Øivind Augland

    DSCF3936Øivind Augland est pasteur et implanteur dans l'Eglise évangélique luthérienne libre de Norvège. Il est l’un des concepteurs de la formation et du mouvement d’implantation d’Eglises M4. Il accompagne également des responsables d’Eglises en formation et les aide à devenir formateurs à leur tour. Il est marié et père de quatre enfants.

    Comment le mouvement M4 est-il né ?

    M4 a vu le jour en Norvège. Au début, nous n’avions pas l'intention d'exporter nos méthodes à l'étranger. Mais des chrétiens nous ont demandé de les aider en Suède, puis en Estonie, en République tchèque, en Espagne, en Roumanie, en Suisse, en France, en Russie. C’est à cause de ces demandes que nous avons mises en place les structures et le leadership nécessaires.

    Le programme M4 se déploie sur trois ou quatre ans et s’adresse aux équipes d’implanteurs d’Eglises d’une région. Nous produisons le matériel et l’adaptons aux différentes cultures. En particulier, nous encourageons les échanges d’expériences entre projets M4 de régions différentes.

    Quelle est l’originalité de M4, par rapport à d’autres méthodes d’implantation d’Eglises ?

    M4 est fait par des Européens pour des Européens. Le mouvement tient compte du fait que notre continent est « post-chrétien », c’est-à-dire qu’il a besoin d’être à nouveau évangélisé. L’Europe est devenue une terre de mission… parfois hostile à l’Evangile.

    L’essentiel des enseignements de M4 est disponible en ligne. Nous laissons les implanteurs d’Eglises le consulter par eux-mêmes. Lors des cinq week-ends de chaque session, nous proposons avant tout un accompagnement des implanteurs. Nous les aidons à faire de bons choix, à éviter des erreurs, à trouver leur vision, à apprendre les uns des autres et à s’engager sérieusement.

1 réaction

  • Maomy Nyankoye mercredi, 22 février 2017 10:34

    Je suis ravi de vous rencontré en christ Jésus.
    Je suis un évangéliste qui évolue en guinée Conakry.
    Ma cellule de prière actuelle atteint un nombre important pour implanter une église. C'est je viens vers cette mission qui a beaucoup d'expériences m'aider à avancer oeuvre de Dieux.
    J'espère par la grâce que mes requêtes seront par la mission et les personnes de bonne volonté au nom de Jésus de Nazareth

En question : participer au débat

« En question »

Publicité

Agenda

Vers l'agenda

Fenêtre chrétienne de MaxTV

12 avril

  • « Koeun Path : rescapé du génocide cambodgien » (Ciel ! Mon info)
  • «Pierre-Alain Vauclair : ‘Papa, j'ai raté ma vie’ » (Culte)

19 avril

  • Joële Zeller : « Se sentir perdus » (Vitamine B)
  • « Jean Decorvet, nouveau recteur de la HET-PRO, explique son projet » (Ciel ! Mon info)

Le mercredi à 20h sur MaxTV