Neuchâtel : un pasteur de la FREE condamné pour avoir hébergé et nourri un réfugié en fin de droits

Actualité

Un pasteur qui prête assistance à un réfugié en fin de droits est susceptible d’être condamné par la justice. Curieuse manière de faire de la justice neuchâteloise qui condamne le pasteur Norbert Valley, et, ce faisant, ne laisse pas à un ecclésiastique un minimum de liberté de conscience sur ce terrain. Au nom d’un brin d’humanité !

Par Serge Carrel | le jeudi, 23 août 2018

Le 15 août, le pasteur Norbert Valley a été condamné par la justice neuchâteloise pour « avoir offert le gite et des repas à plusieurs reprises » à un Togolais en situation illégale en Suisse. La peine est de 1000 francs avec sursis pendant 2 ans et de 250.- de frais de justice.

Norbet Valley a décidé de faire recours contre cette condamnation, « non pour éviter la sanction pénale, mais pour imaginer et rêver un peu que mon pays ne va pas si mal qu’il y paraît », relève-t-il dans sa lettre au Ministère public du canton de Neuchâtel.

Neuchâtel a aussi favorisé le séjour en Suisse du réfugié

Ancien président du Réseau évangélique suisse, Norbert Valley exerce à temps partiel son ministère dans l’Eglise évangélique de l’Arc jurassien au Locle. Dans ce cadre, il a été amené à rencontrer un Togolais en fin de droits auquel il a offert des opportunités d’hébergement et payé des repas. Ce réfugié qui a laissé un excellent témoignage partout où il a passé, avait été arrêté en décembre 2017, puis relâché, sans que son mandat d’expulsion ne soit mis en oeuvre par les autorités neuchâteloises. Le pasteur Valley dit ne pas se sentir coupable de quoi que ce soit dans cette affaire. « Je n’ai fait que mon devoir d’assistance à une personne en danger, souligne-t-il, ce qui est un des principes fondateurs de l’humanité, de l’Evangile et de l’Etat de droit. »

Interpellé pendant le culte

Caricature2En février dernier, la police du Locle s’était rendue dans le lieu de culte de l’Eglise évangélique de l’Arc jurassien un dimanche matin afin d’emmener au poste le pasteur Valley pour interrogatoire. Arrivant dans l’église aux trois-quarts du culte, les deux policiers ont demandé au pasteur de les suivre avant la fin de la célébration. Le pasteur a dû s’en remettre à un autre responsable pour terminer le culte.

Norbert Valley exerce un autre temps partiel au Centre de rencontre FREE de Morat. Longtemps impliqué dans la représentation des évangéliques au plan national via le Réseau évangélique suisse, il est connu dans le milieu évangélique et au-delà pour associer étroitement annonce de l’Evangile et engagement social.

Serge Carrel

 

17 réactions

  • Olivia vendredi, 24 août 2018 08:55

    Merci à Norbert Valley d'oser aller plus loin et de faire recours afin de rappeler à notre pays l'importance de rester dans l'ouverture, l'accueil et l'amour du prochain ce qui fait partie des fondements de la vie d'une société qui est justement bien en vie. Bravo de vouloir encore" imaginer et rêver un peu que mon pays ne va pas si mal qu’il y paraît », je me joins à votre rêve Norbert.
    Je suis choquée que la police ait précédé ainsi, on se croirait dans un pays totalitaire! Le sommes nous? Je veux croire que non et qu'il y a encore place pour une autre manière de communiquer.

    Merci de nous donner des nouvelles de la suite et d'oser interpeller les lecteurs de vivre s'il y a quelque chose à faire de concret.

  • Melotte vendredi, 24 août 2018 09:55

    Je suis choquée de la façon de procéder. Interrompre un culte pour emmener le pasteur, comme s'il s'agissait d'un dangereux criminel??
    Merci à Norbert Valley pour son courage de confronter l'injustice et d'être le représentant de Jésus.
    Et merci à lafree de nous tenir au courant de la suite de cette affaire.

  • Dubuis Paul vendredi, 24 août 2018 13:39

    Ce pourrait être le début de prises de position plus fréquentes de la part de l'Etat ou de la société, à l'égard de nos convictions évangéliques. Si, à l'avenir, celles-ci devaient rester fermes et qu'elles en viennent à s'exprimer avec courage, il serait étonnant qu'elles ne rencontrent pas de réactions ouvertes, voire d'oppositions.
    Un authentique réveil spirituel dans notre pays suppose un clair retour à la Parole de Dieu: "A la Loi et au témoignage ! Si le peuple ne parle pas ainsi, point d'aurore pour lui" ! Es. 8. 20. Dans ce cas précis, en faisant passer la Loi d'amour de Dieu avant les principes administratifs de la loi des hommes, Norbert Valley a mis sa foi en action. Un exemple.

  • Michaël vendredi, 24 août 2018 15:45

    On croit rêver !
    Interrompre le culte pour ca...
    Ca devient grave en Suisse...
    -_-

  • Claude-Alain Piguet samedi, 25 août 2018 10:04

    Merci Norbert, pour ton engagement et qui nous fait prendre conscience que même dans notre Suisse, on est pas à l'abri quand la justice de l'amour de Dieu passe avant celle des hommes.
    Belle application du sermon sur la montagne, "j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger..."
    Ayons chacun dans notre lieu de vie le courage de pauser ces gestes d'amour, qui parfois dérange, mais qui font partie de notre témoignage, de notre foi .

  • Matthias Radloff samedi, 25 août 2018 13:07

    Ce serait un honneur d'aider Norbert à payer les frais de justice. Et l'amende, s'il devait récidiver.

  • Geiser dimanche, 26 août 2018 21:54

    Intérrompre un culte est légerement maladroit. Mais surtout irrespectueux. Est-ce voulu de donner un signal fort, pour montrer l'exemple? Ou au contraire, montrer un dysfonction du système?

    Le premier fruit de l'esprit sain est...la chârité.

    En lisant les commentaires plus haut, un mot m'a interpellé: rêver.
    Aujourd'hui, à Lausanne, pendant le culte du Gospel Center, le prêcheur nous a expliquer ce mot.
    Nous devons tous rêver, pour nous accomplir.

    Merci au pasteur Norbert Valley de nous faire rêver à une société plus juste, plus humaine.
    Merci de nous inspirer et de nous montrer le véritable courage.
    Celui d'être un homme.

  • Maggy Sterckx lundi, 27 août 2018 08:52

    Honte au(x )politicien(s) du canton de Neuchâtel: plein de cactus!!! C'est oublier d'où nous venons et où nous allons tous!
    Merci au Pasteur Norbert Valley pour son courage et son acte de charité envers une personne en souffrance. Notre Pays ne peut pas et ne doit pas prendre une telle attitude, ce serait renier ses origines!

  • Curinga patrick lundi, 27 août 2018 22:08

    Norbert, tu es un homme incroyable, un père pour cette nation et un exemple pour nous tous. De tout temps tu t'es battus pour les droits humains et aujourd'hui encore tu nous montre combien tu es un homme intègre et un homme de valeur. Merci pour ce que tu as fait pour cet homme, merci pour ton courage et merci simplement de vivre l’Évangile

  • Sylvie mardi, 28 août 2018 08:32

    Que dit la loi ? Et la Bible ? Sinon qq a faim soif donnons lui.

  • Dezandez sylvie mercredi, 29 août 2018 09:39

    Il nous faut vivre notre Foi, Jesus est celui qui donne à celui qui a faim, Notre Seigneur apporte secours à celui qui est en danger. Merci pour le témoignage du pasteur Norbert Valley. Je souhaite connaitre la suite de cette affaire en justice. Ce monde devient très grave. De tout mon coeur je soutiens ce pasteur.

  • Stéphane Couleru mercredi, 29 août 2018 11:37

    La police a sans doute fait un excès de zèle dans sa façon de procéder; ils auraient pu attendre la fin du culte ou convoqué l'intéressé au poste.

    En revanche, le pasteur n'a pas raison de se mettre hors-la-loi en hébergeant un clandestin officiellement débouté par la justice et les lois de notre pays.

    Les frontières sont légitimes, sans frontières il n'y a plus d'État, de gouvernement, ni ordre juridique et sociale.

  • Etienne Bühlmann jeudi, 30 août 2018 09:27

    Norbert, courage et persévérance. Je prie pour toi et je suis de tout cœur avec toi dans cette triste affaire. Je rejoins Matthias Radloff, c'est avec joie que j'apporte ma participation au paiement de tes frais de justice si ton recours n'aboutit pas.
    Nous sommes invités à prier pour nos autorités et pour notre "pseudo" justice, elle est représentée par une femme aux yeux bandés, peut-être pour ne pas voir les décisions injustes qu'elle prononce!! (Ésaïe 5.20) Mais nous sommes aussi invités à résister par les moyens légaux et dénoncer ce faits honteux. Oui, courage! Ne change pas Norbert!

  • Myriam Matthey jeudi, 30 août 2018 23:00

    Merci Norbert pour ton hospitalité et ton coeur généreux envers ceux qui font face à l'injustice.
    Me too! J'ai accueilli plusieurs fois un réfugié en fin de droit pour dormir et manger. Et il y en a plein d'autres chrétiens ou non-chrétiens qui font de même. Mais si faire preuve d'hospitalité est punissable, alors où va-t-on? Je crois que comme Martin Luther King, nous devons dénoncer les injustices et continuer d'ouvrir la porte à notre prochain même si cela implique d'être interrogé par la justice. Je rêve que de plus en plus de chrétiens se lèvent pour se tenir auprès de ces personnes qui sont ballotés d'un pays à l'autre sans arriver à trouver une terre d'accueil pour s'établir.

  • meyrat brigitte vendredi, 31 août 2018 09:15

    Il est donc criminel d'être réfugié politique ou pasteur.
    Je récapitule : les assos et quidams ne sont jamais inquiétés et n'ont pas à justifier leur accueil illégal d'étrangers économiques, taguant ds ce but des auto-collants ds tte la ville - héberge un réfugié - mais les Pasteurs qui font cela très discrètement (qui donc l'a dénoncé?) doivent s'y soumettre pour de vrais réfugiés politiques.
    La reconduite des CRIMINELS dans leur pays - pas de réfugiés économiques! -, loi obtenue via notre "Démocratie" Directe a été gelée par l'Etat-tout-puissant. Belle leçon d'égalité de traitement et de démocratie !

  • Chollet Jacques vendredi, 21 septembre 2018 09:56

    Norbert Valley, interpellé dans son église après avoir hébergé un migrant en fin de droit
    Je ne veux pas me prononcer sur la manière dont l'interpellation de Norbert Valley a été faite dans son église, mais simplement amener une réflexion de fond sur le fonctionnement de notre état de droit que mon ami Norbert connait bien. Notre démocratie directe donne des droits au citoyen qu'aucun autre pays au monde n'offre à sa population. Aucun autre citoyen au monde n'est autant consulté sur tous les sujets. Les outils à disposition du citoyen sont : le vote, l'initiative, la pétition, le référendum facultatif qui permet à chacun de contester une loi adoptée, il peut même manifester, pacifiquement évidemment. Nous pouvons élire nos représentants politiques sur le plan communal, cantonal et fédéral, voir nous proposer nous-mêmes à l'élection. Ces élus peuvent être contactés directement, même leur numéro de portable apparait sur les sites officiels. Il est de notre devoir dans chaque initiative individuelle de se poser la question de son applicabilité politique au niveau national. Nous ne sommes pas des satellites. Sachant que selon l'OSAR, 68 millions de personnes dans le monde ont été forcées de migrer pour des raisons politiques ou climatiques, et j'ajoute que plus de 800 millions de personnes cherchent à migrer pour trouver du travail, ou plaçons-nous le curseur de la capacité d'accueil de notre pays de 8 millions d'habitants ? Quel que soit le nombre, si énorme soit-il, il restera petit et il y aura un moment donné ou il faudra dire stop. Mettons-nous à la place des décideurs politiques qui gèrent le mieux possible cette vague migratoire gigantesque dont ils ne contrôlent pas l'origine tout en tenant compte des paramètres sociaux économiques de notre pays(paupérisation d'une partie de la population, infrastructures, sécurité, aide sociale, soins, emploi, chômage etc), Ces élus partagent souvent les mêmes valeurs chrétiennes que nous défendons, et si nous ne sommes pas d'accord utilisons les voies politiques qui sont les nôtres pour faire changer les personnes, voir les lois. En conclusion, la question fondamentale à se poser avant d'agir : puis-je appliquer au niveau de la collectivité, de mon pays, mon choix personnel ? si oui avec quelles conséquences ?
    Jacques Chollet
    L’Isle le 9 septembre 2018

  • Norbert Valley vendredi, 21 septembre 2018 10:00

    Mon cher ami Jacques,
    Merci pour ta contribution à la réflexion. Il est clair que lorsque l'on se trouve en face de quelqu'un en détresse le processus de la démocratie directe ne nous aide pas beaucoup. Maintenant venons-en à ta question sur la problématique de la migration. Il me semble justement que tu confonds migrant et réfugié, le premier étant n'importe quel citoyen du monde qui bouge selon ses désirs dans un pays ou un autre, et le second étant une personne qui doit fuir son pays parce qu'elle est persécutée ou en danger. Si je reprends les données fournies par l'Office Fédéral de la Statistique (OFS) pour l'année 2014, année de la votation du 9 février, on réalise que 68,1 % des personnes qui ont immigré en Suisse sont des Européens et que 14% sont des Suisses qui rentrent au pays en tout 82,1 %. A cela s'ajoute 5.2 % en provenance d'Amérique. Donc nous avons 87,3% des immigrés qui ne sont pas des réfugiés. Il reste notamment 9.3% d'Asiatiques dont la majorité viennent de Syrie et d'Afghanistan qui sont des pays en guerre et dont les personnes qui demandent l'asile devraient le recevoir. Les 3.4 % restant viennent d'Afrique et nous savons également que même si certains pays d'Afrique ne sont pas en guerre, la démocratie paraît comme une farce lorsque les présidents sont indéboulonnables. En résumé, les réfugiés sont une petite minorité des immigrants en Suisse, mais on leur fait porter le chapeau de ce qu'un certain parti appelle une immigration massive. Ce ne sont pas eux qui font grossir la population suisse. Il est donc incongru de ne leur donner qu'une admission provisoire et de les empêcher de travailler sous prétexte que cela va faire un appel d'air. C'est un vrai parcours d'obstacle pour un requérant d'asile et pour un patron c'est plus simple d'engager un frontalier. En donnant la possibilité de travailler aux demandeurs d'asile, on réduirait naturellement les dépenses d'aide sociale et ce serait comme le dit Mauro Poggia la préférence résidentielle. En Allemagne et en 3 ans, 300000 réfugiés ont trouvé un emploi et participent à l'économie du pays, ce sont même les employeurs qui les défendent quand certains sont menacés d'expulsion! Pour revenir à ma situation, la loi qui me condamne a été initiée par Monsieur Blocher en 2005. Ce qui n'était pas un mal il y a 15 ans est devenu un délit. Comment ça se fait? Quand à appeler nos parlementaires, je suis dubitatif notamment suite à l' émission "Temps Présent" du 6 septembre intitulée : "attention, ce parlement peut nuire gravement à votre santé..... " https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/9732471-attention-ce-parlement-peut-nuire-a-votre-sante.html#9781955, à voir absolument. En regardant ça on prend encore plus conscience de la nécessité de la prière pour les parlementaires afin qu'ils ne se laissent pas corrompre en devenant des lobbyistes à la solde des puissants plutôt que les serviteurs du pays défendant les plus faibles, accomplissant ainsi la dernière phrase du préambule de notre Constitution : " la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres".