Ne plus afficher ce bloc
Pour vous inscrire à notre mailing list, vous pouvez utiliser le formulaire ci-dessous. La FREE s'engage à conserver ces emails pour son seul usage et à ne pas les transmettre à d'autres organismes.

Transvision 2017 : 300 leaders d’Eglises et d’œuvres réunis à Leysin pour vivre un « shift »

Actualité

Du 12 au 15 juin, 300 responsables évangéliques romands se sont retrouvés à Leysin pour un temps de retraite. Philippe Thueler, le secrétaire général de la FREE, était du nombre. Il nous livre ici un compte rendu.

Par La FREE | le vendredi, 16 juin 2017

Alors que pour le « commun des mortels », shift évoque cette touche du clavier qui nous permet de faire des majuscules, pour les 300 leaders qui ont écouté le pasteur indien Jossy Chacko durant ces 3 jours passés à Leysin, le shift est devenu un nouvel art de vivre (ou presque !) : le fondateur de l’œuvre missionnaire Empart a déconstruit un à un les paradigmes sur lesquels reposent nos Eglises et oeuvres, démontrant la nécessité d’un changement, d’un décalage (shift en anglais) pour se réaligner avec l’exemple de Jésus si nous voulons que nos ministères portent davantage de fruit.

Une série de messages très pertinents pour les Eglises romandes

IMG 0286Partant de l’appel missionnaire de Matthieu 28, Jossy Chacko a rappelé que la mission est l’affaire de tous les chrétiens, pas des seuls spécialistes missionnaires. Et qu’elle devait s’adresser à tous, des plus démunis aux plus influents, rappelant par exemple le rôle-clé joué par un Joseph d’Arimathée. En conséquence, le rôle du pasteur est d’équiper les chrétiens pour cette mission, et non de les « divertir » en attendant que d’autres fassent le travail. Il a ensuite rendu attentif au danger de ne considérer que les 12 apôtres comme modèles de disciples. Jésus en a formé plein d’autres qui servaient en dehors de l’Eglise ! Avec une certaine provocation, Jossy a affirmé que « les meilleurs disciples ne sont pas dans l’Eglise, ils se baladent là, dehors ! Allez les chercher ! »

Loin d’encourager les leaders à révolutionner leurs Eglises ou oeuvres, il a fait preuve de pragmatisme et de solidarité en soulignant que, s’il y a bien des outres neuves et des anciennes, il ne s’agissait pas de jeter les vieilles pour s’occuper des neuves. Mais d’agir de manière différenciée pour que toutes soient préservées. Dans sa conclusion, bouleversante par le témoignage de persécution à laquelle elle était liée, Jossy a rappelé qu’au-delà des réussites ou des échecs, la question qui préoccupe vraiment Jésus est : « M’aimes-tu ? » Une question apte à rejoindre autant les responsables d’Eglises que ceux d’œuvres, ces derniers étant sans doute concernés de manière un peu moins directe que les premiers par ce qui a été partagé.

Une occasion unique de développer son réseau évangélique

Le Réseau évangélique, organisateur de l’événement, a rarement aussi bien porté son nom ! Il était remarquable, parfois même émouvant, d’observer des « grappes » de responsables faire connaissance, partager ensemble ou s’encourager réciproquement dans leur ministère, et souvent aussi dans leur vie de famille. Jossy Chacko n’a pas manqué de relever à quel point, selon son expérience, un tel rassemblement d’unité était rare et précieux. Formé pour moitié de pasteurs et pour moitié de responsables d’œuvres, cette édition de Transvision a rassemblé toutes les générations : des jeunes familles venant avec leur nouveau-né aux « pères fondateurs » qui ont marqué le milieu évangélique.

L’équipe pilote de Transvision, sous la conduite de Thierry Bourgeois, n’a pas ménagé ses efforts pour offrir un programme riche et varié : ateliers, art et sport, repas festif, jeux collaboratifs, nuit de prière… La louange et la prière les uns pour les autres ont eu une place de choix dans les rencontres, donnant une dimension spirituelle forte à cette méga-retraite ; la grande majorité des participants semble avoir pu y entrer et en bénéficier.

Un rendez-vous réussi et des défis à relever

IMG 0285Au sortir d’un tel événement, les batteries sont rechargées à bloc et les cœurs remplis d’une vision renouvelée. Naturellement, les défis abondent alors que chacun retrouve son environnement quotidien, ses rendez-vous, son comité de direction. Comment continuer à vivre et transmettre ce qui a été reçu ? En particulier avec les ministères à temps partiel qui n’ont souvent pas la possibilité de participer à de telles rencontres ? Si l’enthousiasme peut être passager, les relations nouées ou réactivées devraient offrir un soutien réciproque de longue durée, ainsi que des opportunités de collaborations nouvelles.

Aux dires des plus anciens, cette édition a permis de vivre une étape inédite dans l’unité des responsables évangéliques. Il y a fort à parier que la prochaine édition, prévue en 2021, soit prise d’assaut !

Philippe Thueler,
secrétaire général de la FREE

2 réactions

  • Rudolf vendredi, 16 juin 2017 13:00

    C'est une bonne chose de déconstruire les paradigmes de nos Eglise etc..
    Mais à quoi bon si l'on retourne à nos principes ecclesiologiquement bien pensant une fois le décore de la conférence rangé ?

  • Jean-Daniel ANDRE vendredi, 16 juin 2017 17:53

    Ces nouvelles me réjouissent beaucoup de voir les responsables de mission et les pasteurs se rejoindre et réaliser que les oeuvres chrétiennes puissent être considérées comme une partie du mandat diaconal donné à l'Eglise.

    C'est un rapprochement vraiment super qui va libérer les potentiels et amener la croissance.

Nos Eglises en Suisse romande

En question : participer au débat

Publicité

Nouveau numéro Vivre

Agenda

Vers l'agenda

Fenêtre chrétienne de MaxTV

11 octobre

  • 500 ans de la Réforme : « Jacques Blandenier présente Jean Calvin » (Ciel ! Mon info)
  • « Jean Calvin : Au désert à Saint-Pierre » (Calvin, le retour)

18 octobre

  • 500 ans de la Réforme : « Claude Baecher présente Michaël Sattler et les anabaptistes » (Ciel ! Mon info)
  • « Jean Calvin : Lèche-vitrine au Molard » (Calvin, le retour)

Le mercredi à 20h sur MaxTV