Dieu s’invite à la fête : de la tristesse individuelle à la joie collective

Noël 2015

La Bible regorge d’histoires où la venue de Dieu entraîne la fête. Au Ve siècle avant Jésus-Christ, alors que Jérusalem vient d’être rebâtie, la découverte du Dieu qui parle suscite la fête.

17-joie-force article

 

Néhémie 8.1 à 12 : Lire / Écouter (jusqu’à 2.42 min.)

« Car la joie de l'Éternel est votre force. » (Néhémie 8.9)

Les habitants de Jérusalem ont reconstruit la cité durant les mois passés. Installés dans leur ville, ils vont tous ensemble, hommes et femmes, demander la lecture de la loi. Ils se retrouvent en ce premier jour du septième mois pour écouter la loi et son explication, ce qui n’était plus arrivé depuis de nombreuses années.

A l’écoute de la loi, ils pleurent

C’est un événement qu’ils vont bien préparer. Le scribe Esdras est sur une estrade, accompagné d’autres responsables du peuple. Alors que les gens découvrent la loi, ils ne peuvent que constater leurs manquements et leurs lacunes personnels face à ces paroles et ces enseignements. C’est pourquoi il nous est dit qu’ils pleurent (v.9).

À l’instar de ce peuple, si aujourd’hui nous ne comprenons que la sainteté de Dieu et sa gloire face à notre péché (Romains 3.23), nous ne pouvons que ressentir de la culpabilité et de la tristesse.

La bonne nouvelle dans notre histoire, c’est que la population comprend finalement, suite aux explications des dignitaires de l’époque, le sens profond de ce rassemblement. C’est alors un temps pour faire la fête en l’honneur de Dieu, ensemble. Ces réjouissances engendrent une dynamique de partage pour tout le monde, y compris pour ceux qui ne pouvaient être présents lors de ce rassemblement. Ce jour de l’Eternel concernait tous et chacun (v.12).

Bonne Nouvelle : Jésus vient

Aujourd’hui la Bonne Nouvelle, qui nous appelle à la joie ensemble et à la fête, prend sa source dans la venue de Jésus sur la terre ! Il est Dieu, venu parmi nous. C’est ce que nous célébrons à Noël !

Au-delà de cet évènement, la joie peut nous envahir lorsque nous comprenons jusqu’où l’Amour de Dieu est allé pour nous. Le Seigneur nous a donné Jésus-Christ, qui est à l’origine de notre liberté dans la vie et face au péché (Romains 3.24).

Stéphane Richir
Campus pour Christ

Par  Stéphane Richir | le jeudi, 17 décembre 2015