Paul Dubuis : « Trois ans de dépression… Dieu a le temps ! »

Noël 2016: un calendrier de l'Avent "Dieu dans la souffrance"

Il vient de publier son premier livre. Paul Dubuis raconte dans On finira bien par s’en sortir… une série d’événements qui ont marqué son existence. Certains furent heureux à traverser, d’autres plus difficiles à accepter, notamment trois ans de dépression. Sans pourtant que lui fasse défaut le compagnonnage de Dieu jusque dans les profondeurs de son gouffre intérieur.

20 large

«  Je n’arrivais plus à prier… Je n’avais rien à dire, ni à Dieu, ni aux autres ! Réduit au silence, je maintenais mon esprit dans les Psaumes». Quand on connaît Paul Dubuis, voilà qui a de quoi surprendre. Lui qui est souvent intarissable pour raconter ses dernières aventures ou lâcher un trait d’humour… « La source en moi était éteinte. Les mots me collaient à la bouche. Tout était devenu terne, sans couleur. Il faisait gris en plein jour… »

« Je me voyais déjà à l’AI »

Lorsqu’il se replonge dans les trois ans de la dépression qu’il a connue entre 1987 et 1990, les métaphores fusent pour évoquer ce temps sombre de son parcours de vie. Et pourtant, ce pasteur retraité relève qu’il n’a jamais douté de Dieu. « A cette période, je me voyais déjà à l’AI (Assurance invalidité), ajoute-t-il, ceci malgré toute la bienveillance et le soutien de Simone, mon épouse. »

L’Eglise évangélique de Lavigny a soutenu son pasteur dans la prière… et financièrement ! Puis est « tombée » l’idée d’un temps de formation complémentaire à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, en région parisienne. Durant ce séjour en France, la sollicitation d’une petite communauté de remplacer son pasteur pour une courte prédication a constitué un déclic… Et la reconstruction s’est mise en route, comme il le détaille dans On finira bien par s’en sortir… ! « Dieu a le temps, confie Paul Dubuis. On pourrait penser que j’ai perdu le mien pendant trois ans de ma vie, à tourner en rond sans rien faire… J’ai pour le moins appris à accepter ma fragilité et à vivre avec elle. J’ai aussi mieux pris conscience de la portée et de la résonnance de nos paroles quand tout va bien et quand nous sommes triomphants. Notre bien-être écrase parfois ceux qui vont mal ! »

L’Esprit de Jésus ressuscite !

Aujourd’hui à 78 ans, Paul Dubuis garde chevillée à son esprit cette parole de l’apôtre Paul dans son épître aux Romains : « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité le Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous » (Ro 8.11) !

Serge Carrel

Paul Dubuis, On finira bien par s’en sortir…, Saint-Prex, Je Sème, 2016, 168 p. Prix : 25.- + frais de port. A commander ici.

Par  Serge Carrel | le mardi, 20 décembre 2016