Pour l’ermite protestant Daniel Bourguet, dans la nuit de Vendredi saint, « c’est la vie qui commence » !

jeudi 29 mars 2018

Dans le dernier entretien de Jésus avec ses disciples, quelque chose de neuf prend vie, estime l’ermite cévenole Daniel Bourguet, 71 ans. Rencontre dans le sud de la France avec cet homme solitaire qui aime le monde.

Bourget livreIl a la barbe généreuse, le regard doux, qui accroche. Daniel Bourguet, pasteur protestant et ermite depuis plus de vingt ans dans les Cévennes, vient de publier un nouvel ouvrage. Son titre : « Le dernier entretien avant la croix ». Il lit ce passage de l’Evangile de Jean (ndlr Jean 13 :31 à 16 :33) chaque année la nuit du Vendredi saint dans la chapelle de la maison d’accueil des Abeillères*, qui se trouve en contre-bas de sa cabane. Pour lui, quelque chose de neuf apparaît dans cet entretien d’adieu, comme « une vie qui commence », écrit-il. En montant vers son logis, son regard se perd dans les arbres et collines ensoleillées ; il explique alors de sa voix douce : « On attend un bilan de la part de Jésus, un regard sur le passé, avant qu’il se sépare de ses disciples. Mais ce n’est pas ce qu’il se passe. Jusque-là, il était présent physiquement ? Oui, mais maintenant, il est présent dans notre cœur ; ce qui commence, c’est cette vie nouvelle, cette vie de l’Eglise, cette vie avec le Christ caché, présent en nous. »

Savoir qui nous sommes

Dans sa minuscule cabane de deux mètres sur cinq, une table, un lit, deux chaises. Car l’homme reçoit des visiteurs qui viennent là pour retrouver un élan de vie, justement. Et se reconnecter avec eux-mêmes. « On est dans un monde où l’on perd sa personnalité, estime d’ailleurs Daniel Bourguet. Non sans ajouter être triste de voir tant de gens happés par leur quotidien. Il en est pourtant persuadé : le lien avec Dieu permet de se découvrir. « A leurs propres yeux, ils ne savent plus qui ils sont, le regard des autres leur en apprend encore moins, mais aux yeux de Dieu, ils sont quelqu’un. Si j’arrive à leur faire comprendre cela, il y a quelque chose qui s’épanouit. Qui s’ouvre. »

Les silences de Dieu

Sur la table, une bougie. « La nuit, quand il n’y a que la bougie, on ne voit plus les murs ; du coup on ne sait plus combien mesure la pièce, elle a toutes les tailles ! Et puis il y a cette flamme silencieuse à laquelle j’aimerais ressembler, car elle est toute tendue vers le haut. Ce qui est beau, c’est que quand elle donne sa flamme à une autre, elle ne perd pas la sienne. C’est un peu à l’image de Dieu : quand Dieu donne, il ne perd rien de ce qu’Il est. Ce sont des choses qui m’émerveillent. » Daniel Bourguet évoque aussi le silence de Dieu, qui peut être le silence de l’intimité. « Il y a aussi des moments où Dieu se tait parce qu’il est blessé, indique l’ermite. Mais ce n’est jamais un silence désintéressé. » Il y a enfin le silence de l’écoute : « Dieu attend une parole. C’est comme s’il nous demandait : ‘Mais quand est-ce que tu me parleras ?’ »

Aimer l’autre

Cet homme solitaire prie pour le monde. « Il faut dire que, à force de prier pour l’humanité, je l’aime. Alors que j’ai mis de la distance entre elle et moi, la prière ouvre le cœur. Et porter avec amour l’humanité devant Dieu, je suis heureux de faire ça ! Jésus nous dit d’aimer Dieu de tout son cœur, de toute sa force, de toute sa pensée ? Et on a l’impression qu’on s’épuise. Et ce n’est pas fini : il y a l’amour du prochain encore ! Mais ce n’est pas en plus. A force de t’ouvrir à Dieu, tu vas te mettre à aimer l’autre : ça découlera tout seul. L’amour de Dieu se glisse en nous. Et c’est peut-être cela le grand mystère de la résurrection : cette vie que Jésus a vécue avec les autres, il la vit désormais en nous. »

Gabrielle Desarzens

Dimanche 1er avril sur RTS La Première à 19h, l’émission Hautes Fréquences est consacrée à Daniel Bourguet.

*Les Abeillères est un centre de retraite de la fraternité des Veilleurs, ordre religieux protestant fondé en 1923.

Publicité
  • Dimanche 29 avril à Yverdon-les-Bains : Anne-France Muller interprète « Libérée », un conte musical sur les abus

    Dimanche 29 avril à Yverdon-les-Bains : Anne-France Muller interprète « Libérée », un conte musical sur les abus

    La pianiste et chanteuse Anne-France Muller interprétera dimanche 29 avril son conte musical « Libérée » au culte de l’Eglise évangélique des Uttins. En écho au mouvement #MeToo, ce sera pour elle l’occasion d’évoquer par le chant et de vive voix les abus dont elle a été victime et la manière dont elle les a surmontés.

  • L’« affaire Bill Hybels » constitue une mise en garde à l’endroit des personnes en responsabilité dans l’Eglise

    L’« affaire Bill Hybels » constitue une mise en garde à l’endroit des personnes en responsabilité dans l’Eglise

    Bill Hybels, le pasteur principal de l’Eglise Willow Creek à Chicago, a démissionné suite à des accusations de mauvaise conduite envers des femmes de la « méga-church ». Afin que de telles situations ne se produisent pas, il est important de les prévenir sans désinvolture. Le pasteur et conseiller conjugal Christian Reichel explique.

  • 30 avril à Lausanne : une journée autour de l’agroécologie et de la permaculture

    30 avril à Lausanne : une journée autour de l’agroécologie et de la permaculture

    La transition écologique est un thème qui intéresse certains évangéliques de Suisse romande. L’ingénieur agronome Roger Zürcher est du nombre. Actif professionnellement dans les ONG FH Suisse et DM-Echange et mission, il promeut un rapport à la terre et à l’agriculture respectueux tant de la nature que de Dieu. Le lundi 30 avril, il rassemble, avec d’autres, différents acteurs de cette autre façon de se nourrir et de produire dans les locaux de Mercy Ships à Rovéréaz, sur les hauts de Lausanne. Il souhaite permettre des échanges et l’acquisition de perspectives nouvelles sur notre manière de comprendre la réconciliation opérée par Jésus-Christ avec Dieu, avec soi, avec son prochain et avec la nature.

  • Theotv diffusera mercredi prochain à 20h un hommage inédit à Alfred Kuen

    Theotv diffusera mercredi prochain à 20h un hommage inédit à Alfred Kuen

    Auteur prolixe, Alfred Kuen aura marqué le monde évangélique francophone de sa bienveillance. Avocat de la rencontre personnelle avec le Christ et des Eglises de professants, cet instituteur alsacien a connu, la retraite venue, une seconde carrière d’enseignant à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs. Hommage posthume à un disciple du Christ au travers d'une interview réalisée en 2013 pour Theotv.

Please publish modules in offcanvas position.