Moïse, un combattant pour la liberté

mardi 23 janvier 2018

Il a confronté l’injustice et s’est engagé sur un chemin de libération : Moïse et ses combats peuvent nous inspirer aujourd’hui encore, estime le pasteur et théologien français Antoine Nouis, qui vient de publier un livre sur cette figure biblique.

Moïse est quelqu’un qui ne supporte pas l’injustice. Ce personnage, reconnu par les trois monothéismes, a pris à deux reprises la défense d’un opprimé. Il a d’abord vu un Hébreux se faire maltraiter par un Egyptien, qu’il a tué. Puis, arrivé au pays de Madian, il voit une bergère malmenée par des vauriens. Et là encore il prend sa défense. « Moïse n’est pas quelqu’un qui s’est montré prudent et sage. Il réagissait contre l’injustice immédiatement, indique Antoine Nouis. Il peut être source d’inspiration très concrètement pour chacun d’entre nous en ce 21è siècle. »

- Il y a plusieurs grands moments dans la vie de Moïse, comme la sortie d’Egypte...

« La sortie d’Egypte évoque notre rapport à la liberté. Tout le monde veut être libre. Mais qui est d’accord d’en payer le prix ? Nous sommes paradoxalement aspirés par le conformisme et revendiquons le droit de faire exactement comme les autres. C’est l’exact contraire de la liberté, qui se paie en termes de solitude, de risques. Or dans le texte, il y a un appel, une exigence à la liberté. J’ai lu récemment quelque chose qui m’a fait réfléchir : « Si jamais je devais ajouter un onzième commandement, ce serait  Tu ne copieras pas ». Une façon d’inviter chacun à agir en fonction de sa propre foi, de ses propres valeurs. »

- Il y a aussi la traversée de la mer Rouge : que signifie-t-elle ?

« Il y a là quelque chose d’éminemment symbolique. La traversée de la mer dans les représentations bibliques est un symbole de mort. Pour les Hébreux, c’était le lieu du froid, du mouillé, du ténébreux. Il s’agissait de sortir de l’économie de la soumission et de l’esclavage, pour accéder à une nouvelle réalité. Au niveau personnel, il faut s’interroger sur les mers que je suis appelé à traverser ; de quels esclavages dois-je me libérer, en sachant que cette libération est un chemin. Et un combat. »

- Les 40 ans dans le désert...

« C’est le temps qui a été nécessaire aux Hébreux pour accéder à une réalité nouvelle. Cela me dit que mon propre chemin de libération est un chemin qui prend du temps. Et qui nécessite du courage. Pour ne pas vivre selon le regard des autres, mais selon ce qui est fondateur pour nous. Dans ce chemin de libération qui peut durer, la tentation de la régression est toujours présente. Avec une dimension intéressante : quand le peuple râle, dit qu’il avait en Egypte des marmites pleines de viande... Mais celles-ci n’ont jamais existé ! Le peuple en Egypte était affamé. La libération passe ainsi aussi par ce que j’appelle faire une ascèse de la lucidité, c’est-à-dire quitter ses illusions pour voir le réel tel qu’il est et pour inscrire notre façon de vie en adéquation avec ce que nous croyons. Si je devais définir cette liberté, je dirais que c’est la cohérence entre ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons. »

- « Choisis la vie » est l’une des dernières paroles de Moïse...

« Oui, et c’est une parole forte. Derrière ces mots, il y a le fondement du comportement éthique. C’est-à-dire que quand nous sommes devant un choix, nous pouvons toujours nous demander quelle est la situation où il y a le plus de vie. Cette injonction, nous pourrions la mettre au début de nos journées, au début de toutes (tous ?) nos (comportements ?) relations, de toute vie en communauté. »

- Mais qui choisirait la mort ?

« Souvent, on aime bien se laisser enfermer dans nos habitudes, dans des relations mortifères, des relations qui ne sont pas très vivantes, mais finalement confortables. Cela ressemble un peu à la servitude, à L’Egypte. L’aspiration de l’Ecriture, c’est au contraire vouloir nous libérer pour que nous aspirions à la vie pour nous et notre prochain. Je pense que c’est très pertinent pour aujourd’hui. »

Gabrielle Desarzens

L’interview complète est à écouter dans l’émission radio Babel sur Rtsreligion.ch

« Moïse, les combats de la liberté », Antoine Nouis, éditions Empreinte : 2017

Publicité
  • Dimanche 29 avril à Yverdon-les-Bains : Anne-France Muller interprète « Libérée », un conte musical sur les abus

    Dimanche 29 avril à Yverdon-les-Bains : Anne-France Muller interprète « Libérée », un conte musical sur les abus

    La pianiste et chanteuse Anne-France Muller interprétera dimanche 29 avril son conte musical « Libérée » au culte de l’Eglise évangélique des Uttins. En écho au mouvement #MeToo, ce sera pour elle l’occasion d’évoquer par le chant et de vive voix les abus dont elle a été victime et la manière dont elle les a surmontés.

  • L’« affaire Bill Hybels » constitue une mise en garde à l’endroit des personnes en responsabilité dans l’Eglise

    L’« affaire Bill Hybels » constitue une mise en garde à l’endroit des personnes en responsabilité dans l’Eglise

    Bill Hybels, le pasteur principal de l’Eglise Willow Creek à Chicago, a démissionné suite à des accusations de mauvaise conduite envers des femmes de la « méga-church ». Afin que de telles situations ne se produisent pas, il est important de les prévenir sans désinvolture. Le pasteur et conseiller conjugal Christian Reichel explique.

  • 30 avril à Lausanne : une journée autour de l’agroécologie et de la permaculture

    30 avril à Lausanne : une journée autour de l’agroécologie et de la permaculture

    La transition écologique est un thème qui intéresse certains évangéliques de Suisse romande. L’ingénieur agronome Roger Zürcher est du nombre. Actif professionnellement dans les ONG FH Suisse et DM-Echange et mission, il promeut un rapport à la terre et à l’agriculture respectueux tant de la nature que de Dieu. Le lundi 30 avril, il rassemble, avec d’autres, différents acteurs de cette autre façon de se nourrir et de produire dans les locaux de Mercy Ships à Rovéréaz, sur les hauts de Lausanne. Il souhaite permettre des échanges et l’acquisition de perspectives nouvelles sur notre manière de comprendre la réconciliation opérée par Jésus-Christ avec Dieu, avec soi, avec son prochain et avec la nature.

  • Theotv diffusera mercredi prochain à 20h un hommage inédit à Alfred Kuen

    Theotv diffusera mercredi prochain à 20h un hommage inédit à Alfred Kuen

    Auteur prolixe, Alfred Kuen aura marqué le monde évangélique francophone de sa bienveillance. Avocat de la rencontre personnelle avec le Christ et des Eglises de professants, cet instituteur alsacien a connu, la retraite venue, une seconde carrière d’enseignant à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs. Hommage posthume à un disciple du Christ au travers d'une interview réalisée en 2013 pour Theotv.

Please publish modules in offcanvas position.