Yvonne Dind : « Je crois à l’égalité de tous les peuples sur cette terre »

mardi 05 septembre 2017

Elle a vécu 30 ans en Afrique et y retourne cet automne pour souffler ses 80 bougies. Yvonne Dind, infirmière et membre de l’Eglise de Villard à Lausanne (FREE), a l’entraide chevillée au corps et l’injonction biblique d’aimer son prochain comme boussole.

 Cet article est le premier d’une série de portraits qui seront l’objet, sous myfreelife.ch, d’une rubrique « Ce que je crois ».

« L’idée germe en moi depuis un an et cela se concrétise : dès la mi-octobre, je pars deux semaines et demie au Congo RDC où j’ai tant d’amis... et où j’ai quand même passé 28 ans de ma vie sur les 30 vécues en Afrique ! » A en parler, Yvonne Dind vibre encore. « Les trois quarts de ma vie professionnelle se sont déroulés sur ce continent, vous savez, ce n’est pas rien ! » Dans son appartement lausannois (VD), la presque octogénaire garde précieusement une harpe africaine, donnée par l’Institut d’enseignement médical de Nyankunde : « Elle me rappelle tous les collègues et élèves que j’ai côtoyés, toutes les amitiés qui se sont forgées au cours des années, tout le partage vécu », commente-t-elle. Yvonne Dind entend d’ailleurs s’y rendre ; puis fêter dignement ses 80 ans à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri, avec les membres de la communauté Emmanuel, « qui est l’équivalent africain de la FREE ». Lolwa, plus à l’ouest, est le troisième point de chute qu’elle s’est fixé : « C’est là que j’ai créé une école d’infirmiers il y a 34 ans. J’y ai passé mes 7 dernières années congolaises. Bon, pour être honnête, il semble qu’elle ne va actuellement pas fort. J’attends justement un téléphone aujourd’hui pour en savoir plus et j’aviserai une fois sur place. »

« L’assurance d’être là où Dieu me veut »

Yvonne Dind a aussi été envoyée au Rwanda par l’Aide suisse en cas de catastrophe en 1994, quelques mois après le génocide. Puis, en 1997, elle y a été cheffe de projet pour créer la section d’infirmières et sages-femmes  de l’Institut supérieur de santé à Kigali. « Quand c’était vraiment difficile, avec des relents de guerre et d’atrocités, j’ai tenu le coup en ayant l’assurance que j’étais là où Dieu me voulait », souligne-t-elle. Cette femme au caractère bien trempé s’est toujours montrée entière. Jusque d’ailleurs dans les excuses qu’elle a présentées parfois, quand elle a eu le sentiment d’avoir blessé quelqu’un. Et jusque dans ses observations : « La présence sur le terrain d’agents de l’ONU, d’expatriés, font souvent augmenter les prix. En fin de compte, l’aide apportée peut conduire à des situations décourageantes pour les locaux les plus démunis, alors que d’autres en tirent profit en vendant plus cher leurs produits au marché : ce n’est jamais simple ! »

Accepter les différences

Aujourd’hui, Yvonne Dind considère Lausanne, où elle habite, comme sa terre de mission. « Et ce n’est de loin pas le terrain le plus facile », glisse-t-elle. C’est pourquoi le verset « aime ton prochain comme toi-même » lui tient pareillement à cœur. « Car où que je me trouve, il implique le respect de l’autre, de sa culture, de sa façon de raisonner ; bref, d’accepter les différences », conclut-elle. La harpe, c’est cela aussi : plusieurs cordes, une foison de notes, d’accords et de mélodies, parfois tristes mais toujours vivantes, à l’image du vivre ensemble.

Gabrielle Desarzens

 

Publicité
  • Dimanche 29 avril à Yverdon-les-Bains : Anne-France Muller interprète « Libérée », un conte musical sur les abus

    Dimanche 29 avril à Yverdon-les-Bains : Anne-France Muller interprète « Libérée », un conte musical sur les abus

    La pianiste et chanteuse Anne-France Muller interprétera dimanche 29 avril son conte musical « Libérée » au culte de l’Eglise évangélique des Uttins. En écho au mouvement #MeToo, ce sera pour elle l’occasion d’évoquer par le chant et de vive voix les abus dont elle a été victime et la manière dont elle les a surmontés.

  • L’« affaire Bill Hybels » constitue une mise en garde à l’endroit des personnes en responsabilité dans l’Eglise

    L’« affaire Bill Hybels » constitue une mise en garde à l’endroit des personnes en responsabilité dans l’Eglise

    Bill Hybels, le pasteur principal de l’Eglise Willow Creek à Chicago, a démissionné suite à des accusations de mauvaise conduite envers des femmes de la « méga-church ». Afin que de telles situations ne se produisent pas, il est important de les prévenir sans désinvolture. Le pasteur et conseiller conjugal Christian Reichel explique.

  • 30 avril à Lausanne : une journée autour de l’agroécologie et de la permaculture

    30 avril à Lausanne : une journée autour de l’agroécologie et de la permaculture

    La transition écologique est un thème qui intéresse certains évangéliques de Suisse romande. L’ingénieur agronome Roger Zürcher est du nombre. Actif professionnellement dans les ONG FH Suisse et DM-Echange et mission, il promeut un rapport à la terre et à l’agriculture respectueux tant de la nature que de Dieu. Le lundi 30 avril, il rassemble, avec d’autres, différents acteurs de cette autre façon de se nourrir et de produire dans les locaux de Mercy Ships à Rovéréaz, sur les hauts de Lausanne. Il souhaite permettre des échanges et l’acquisition de perspectives nouvelles sur notre manière de comprendre la réconciliation opérée par Jésus-Christ avec Dieu, avec soi, avec son prochain et avec la nature.

  • Theotv diffusera mercredi prochain à 20h un hommage inédit à Alfred Kuen

    Theotv diffusera mercredi prochain à 20h un hommage inédit à Alfred Kuen

    Auteur prolixe, Alfred Kuen aura marqué le monde évangélique francophone de sa bienveillance. Avocat de la rencontre personnelle avec le Christ et des Eglises de professants, cet instituteur alsacien a connu, la retraite venue, une seconde carrière d’enseignant à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs. Hommage posthume à un disciple du Christ au travers d'une interview réalisée en 2013 pour Theotv.

Please publish modules in offcanvas position.