Une participante aux JO de Turin propose du sport aux résidents de Béthel

vendredi 27 janvier 2017

La Maison d’accueil Béthel à Blonay se développe. De plus en plus de personnes sont accueillies dans cette oeuvre sociale de la Fondation Praz-Soleil. En 2016, deux engagements de nouveaux collaborateurs témoignent de cette vitalité. Portrait de Sandrine Ray, coach sportive bien connue dans le milieu évangélique.

« A Béthel, le sport me permet de rencontrer les gens et de les rejoindre. » Sandrine Ray travaille deux après-midi par semaine dans la Maison Béthel à Blonay depuis début juillet. Cette hockeyeuse, qui a fait partie de l’équipe suisse aux Jeux olympiques de Turin en 2006, nous reçoit dans les sous-sols de la Maison d’accueil, gants de boxe aux poings. Face à un punchingball, elle détaille ce qu’elle propose aux résidents de Béthel : « La boxe leur permet de travailler beaucoup de choses : la coordination, la gestion des émotions, la confiance en soi, la maîtrise de soi… Alors bien entendu que je ne vais pas faire de ces gens des boxeurs, mais ce sport permet vraiment de travailler sur soi. »

Un stage qui conduit à un job

En février 2016, Sandrine Ray débute un stage de quelques mois à Béthel dans le cadre de sa formation d’aumônier sportif. Le stage se passe pour le mieux et Katia de la Baume, la directrice, décide de l’engager à 20%. Depuis l’été, Sandrine propose du Nordic Walking, des jeux de coordination et d’équilibre et, suivant les saisons, une série d’activités au nombre desquelles : des balades en raquettes, du badminton ou du speedminton. « Les résidents sont très réceptifs à ces activités sportives, explique-t-elle. A partir du moment où c’est une activité nouvelle et que la personne y trouve du plaisir, elle va en retirer quelque chose de positif. »

En 2009, à la fin de sa carrière de sportive de haut niveau, Sandrine Ray décide de se former pour devenir aumônier sportif. Elle poursuit son activité de gestionnaire de fortune à temps partiel et s’inscrit à l’Institut biblique Emmaüs pour une formation biblique de base sur trois ans, qui conduit à l’obtention du diplôme. Elle poursuit ensuite une formation en mentoring sportif dans le cadre d’une association suisse alémanique qui s’appelle SRS (Des sportifs appellent des sportifs). Actuellement, elle continue à se former sur la question des abus avec l’association Feracpa. L’été dernier, elle connaît un aboutissement dans son parcours d’aumônier. Elle se rend à Rio pour les Jeux paralympiques, afin d’y exercer son ministère d’aumônier sportif.

Le sport favorise de belles rencontres

« Travailler à Béthel, détaille-t-elle, c’est allier tout ce que j’aime. Avec les résidents, j’utilise le sport comme moyen d’aider au développement de la personne. C’est un outil extraordinaire pour rejoindre les personnes au-delà des cultures et des langues, mais aussi au-delà des souffrances psychiques. C’est une manière de favoriser de belles rencontres ! »

  • Encadré 1:

    Une assistante sociale pour créer son poste

    IMG 0599Pour faire face à l’augmentation des problèmes sociaux des résidents de la Maison Béthel, une assistante sociale retraitée a été engagée. Son but : faciliter la suite du parcours des personnes accueillies.

    « On est venu me chercher. J’aurais pu dire non ! » Marie Poulain a 65 ans. 40 d’engagement en tant qu’assistante sociale en Suisse romande, notamment dans des institutions qui s’occupent de personnes dépendantes.

    Elle aurait pu couler une retraite paisible, mais, fin 2015, Katia de la Baume, la directrice de la Maison Béthel, la sollicite. Ces deux femmes se connaissent. Marie Poulain accepte de relever le défi : voir en quoi une assistante sociale amène quelque chose de positif aux personnes en fragilité psychique qui séjournent à Béthel. Cette assistante sociale chevronnée commence son mandat à temps partiel en janvier de l’an dernier.

    « Avec les infirmières, nous avons mis en place une collaboration, explique-t-elle. Je vois tous les résidents au moins une fois lorsqu’ils séjournent à Béthel. Il s’agit d’abord d’évaluer leur situation, puis d’essayer de faire en sorte qu’au moment de leur sortie leurs soucis soient atténués. »

    Béthel gagne en importance

    Certains résidents, Marie Poulain ne les rencontre qu’une fois. Ils ne connaissent pas de problèmes sociaux conséquents. Pour d’autres, les problèmes sociaux sont là. Certains n’ont plus d’appartements, et il faudrait leur trouver un appartement protégé. D’autres ne touchent plus le RI (revenu d’insertion), il s’agit de leur permettre de le toucher à nouveau. D’autres ont rompu leurs relations avec une assistante sociale, il importe de retisser des liens…

    « Béthel a pris une place importante dans le réseau de soins vaudois, relève Marie Poulain. Cette maison est de plus en plus connue des professionnels. Son rôle de passerelle entre l’hôpital et la maison, ou l’hôpital et un appartement protégé, est apprécié. » Par ailleurs, parmi les personnes accueillies à Béthel, de plus en plus connaissent des problèmes de dépendance. Ce qui exige un suivi social plus important.

    « Mon engagement à Béthel me permet de glisser tranquillement dans la retraite, conclut Marie Poulain. Je m’y étais préparée, mais l’idée de participer à la création d’un poste m’a intéressée. Cela permet de mettre encore une fois ma trousse à outils d’assistante sociale au service de plusieurs. » 

     

     

  • Encadré 2:

    Béthel étoffe son personnel pour mieux accompagner ses résidents

    « Depuis trois ans que je travaille dans la Maison Béthel, aucune année n’a été pareille ! » constate Katia de la Baume. Cette infirmière, au bénéfice d’une formation HEC, dresse un bilan très positif de son année 2016. « Nous sommes parvenus à augmenter le taux d’occupation de la maison. Il a atteint 87%, ce qui éloigne de nous les soucis financiers. »

    De plus, au vu de l’évolution du profil des résidents et des difficultés sociales de plus en plus importantes de certains, Katia de la Baume a décidé d’étoffer l’offre de la maison d’accueil, en engageant à temps partiel une assistante sociale et une coach sportive, notamment.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité
  • 29 septembre: venez fêter les 25 ans de l’Escale à Saint-Prex!

    Ven 21 septembre 2018

    Le 29 septembre de 9h à 15h, le Marché aux puces du service d’aide humanitaire l’Escale, à Saint-Prex, sera spécial. Il sera marqué par la commémoration des 25 ans de l’association. Alors, rendez-vous au chemin du Glapin 8 pour faire la fête et, pourquoi pas, de bonnes affaires.

  • Lettre à Lucie, responsable d’un groupe de jeunes, à propos du sens de la vie

    Jeu 20 septembre 2018

    Le débat sur le sens de la vie traverse tous les âges. Ce questionnement est souvent le plus intense durant la période des études. Voici une lettre à une jeune chrétienne engagée dans l’une de nos Eglises. Elle devrait permettre à des jeunes, mais aussi à d’autres, de mieux entrevoir le débat entre agnostiques, athées et chrétiens.

  • Alister McGrath : de l’athéisme à la théologie chrétienne

    Jeu 20 septembre 2018

    Il est passé de l’athéisme à la foi chrétienne. Au point aujourd’hui d’être un théologien protestant évangélique de renommée internationale. Alister MacGrath était à Fribourg du 20 au 22 juin dernier. Ce théologien britannique anglican était l’invité principal des rencontres du Centre d’études foi et société de la Faculté de théologie de l’Université. Rencontre.

  • Criminalisation de la solidarité : de l’importance de mettre de l’huile dans les rouages !

    Jeu 20 septembre 2018

    L’acquittement cette semaine de Flavie Bettex, cette jeune ergothérapeute de 27 ans, condamnée dans le canton de Vaud pour « délit de solidarité », ramène un peu de sérénité dans le monde de l’asile et de la pastorale des requérants déboutés. Voilà qui dessine aussi un horizon plus serein pour le pasteur évangélique Norbert Valley, condamné en août dernier par la justice neuchâteloise. Enfin dans les zones grises de l’asile, la justice reconnaît le rôle de ceux qui « mettent de l’huile dans les rouages » !

  • Criminalisation de la solidarité : de l’importance de mettre de l’huile dans les rouages !

    Jeu 20 septembre 2018

    L’acquittement cette semaine de Flavie Bettex, cette jeune ergothérapeute de 27 ans, condamnée dans le canton de Vaud pour « délit de solidarité », ramène un peu de sérénité dans le monde de l’asile et de la pastorale des requérants déboutés. Voilà qui dessine aussi un horizon plus serein pour le pasteur évangélique Norbert Valley, condamné en août dernier par la justice neuchâteloise. Enfin dans les zones grises de l’asile, la justice reconnaît le rôle de ceux qui « mettent de l’huile dans les rouages » !

  • « L’avortement reste une question controversée » par Wilf Gasser, président des évangéliques suisses allemands

    Jeu 13 septembre 2018

    Samedi 15 septembre, les manifestants  la «Marche pour la Vie» se rassembleront sur la Place fédérale à Berne pour parler des conséquences de l’avortement sur les femmes, les couples et les familles. Ces dernières années, cette manifestation a suscité des contre-manifestations violentes. Le Dr Wilf Gasser, président du Réseau évangélique suisse allemand, rappelle que cette question reste controversée, qu’une certaine forme d’«eugénisme» est en train d’apparaître en Suisse, et que cette manifestation n’a rien à voir avec l’extrême-droite ! Point de vue d’un homme dont la maison a connu, voilà deux ans, des déprédations en lien avec cette manifestation !

  • Votations du 23 septembre : une prise de position en faveur de la vie avec Roger Zürcher

    Lun 27 août 2018 icon-comments 2

    Le 23 septembre, les Suisses se prononceront sur deux initiatives qui ont trait à l’alimentation : l’initiative dite « Pour des aliments équitables » et l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire ». Dans le contexte de sa campagne 2018-2019 autour du réchauffement climatique, StopPauvreté a demandé à l’ingénieur agronome Roger Zürcher de répondre à quelques questions autour de ces objets de votation. Alexis Bourgeois, le nouveau coordinateur romand de StopPauvreté, mène l’interview. Prise de position.

  • Mauritanie : un blogueur « blasphémateur » illégalement retenu en prison

    Lun 25 juin 2018

    La situation des blogueurs dans les pays musulmans est précaire. Lorsqu’ils se permettent de critiquer la religion musulmane ou le prophète Muhammad, certains sont emprisonnés sous prétexte de blasphème ou d’apostasie. Christian Bibollet attire notre attention sur le sort d’un blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mkheitir, en détention administrative depuis sa relaxe, suite à une condamnation à mort.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !