Mélanie Scheuring : « Je m’énerve lorsque des personnes m’abordent comme une handicapée ! »

jeudi 08 février 2018

Mélanie Scheuring, jeune femme en situation de handicap, explique ce qu’elle attend d’une Eglise, en matière d’accueil et d’accompagnement.

Mélanie Scheuring, 28 ans, habite dans la région lausannoise. Au bénéfice d’un bachelor en psychologie, elle souffre d’une maladie auto-immune invalidante. Membre de l’Eglise C3 qui se réunit au Palais de Beaulieu, à Lausanne, elle fait partie de l’équipe de louange de cette communauté.

Quelle attitude attendez-vous des membres de votre Eglise ?

Mélanie Scheuring – Comme tout le monde, j'attends de l’accueil, de l'attention, de l'amour, de l’intérêt, de l'honnêteté, d’être intégrée. Confrontés à des personnes handicapées, certains peuvent se sentir mal à l’aise. Des deux côtés, un effort est nécessaire. Et si une personne me dit qu’elle est contente de me voir, j’ai un sentiment de bien-être, de valeur, d’appartenance… comme n’importe qui !

Une personne « en bonne santé » ne devrait pas craindre de s'intéresser à une personne handicapée. Elle peut librement lui demander : « Comment vas-tu ? », si la question est motivée par l’amour et un intérêt réel. Parfois, des personnes handicapées ont une très mauvaise estime de soi et souffrent d’un sentiment de rejet. Par exemple, elles se sentent offensées lorsque personne ne s'intéresse à elle à la fin d'un culte.

Comment votre Eglise vous a-t-elle aidée à trouver votre appel et à exercer votre ministère ?

L’Eglise C3 m'a intégrée dans son équipe de louange. Je m’y suis immédiatement sentie bien et appréciée. L’équipe de louange est devenue une famille dans laquelle je me sens portée. Nous avons un énorme plaisir à collaborer. Cet accueil m’a permis de découvrir que j’avais une place, du potentiel et un appel.

Comment une Eglise peut-elle aider une personne à gérer son handicap ?

Les personnes handicapées, comme les autres, passent par des périodes de crise. Elles ont besoin d’être écoutées, suivies, conseillées, soutenues psychiquement et émotionnellement.

Pour une personne en situation de handicap, les membres d'une Eglise peuvent également apporter un soutien pratique : véhiculer, préparer des repas, accompagner – avec ou sans rémunération, la chose peut être discutée librement. L'aide peut prendre de nombreuses formes différentes. Il ne faut pas craindre de la proposer ou de la demander.

Quelles sont les erreurs et les maladresses à ne pas commettre dans l'accompagnement d'une personne handicapée ?

Je m’énerve lorsque des personnes m’abordent comme une handicapée ou m'ignorent. Car je ne désire pas être définie par mon handicap. La pitié m'irrite beaucoup, car elle ne mène a rien de positif. Elle peut pousser vers la dépression et l’enfermement. Il est bon d'avoir de la compassion et de l’amour, et la Bible nous dit de pleurer avec ceux qui pleurent. Mais elle nous demande aussi de rire avec ceux qui rient.

Un handicap ne doit être ni ignoré, ni exagéré. Une personne handicapée est un être humain comme tous les autres… mais un peu plus original que la « norme ».

A quoi les Eglises devraient-elles réfléchir en priorité à propos de l'accueil de personnes handicapées ?

Le premier point à vérifier, c’est l’accessibilité des locaux aux chaises roulantes. En traitant cette question, on aide en même temps les personnes âgées de l’Eglise.

Il est également important d’intégrer les personnes handicapées grâce à des activités. Par exemple, on pourrait intégrer une personne trisomique dans l'équipe d’accueil au culte. Mais il me semble que, en règle générale, les Eglises se débrouillent plutôt bien.

Propos recueillis par Claude-Alain Baehler

Mélanie Scheuring a été l'une des oratrices de l'édition 2016 de One'. A cette occasion, elle a été interviewée sur le stand de PhareFM Romandie.

Publicité
  • 29 septembre: venez fêter les 25 ans de l’Escale à Saint-Prex!

    Ven 21 septembre 2018

    Le 29 septembre de 9h à 15h, le Marché aux puces du service d’aide humanitaire l’Escale, à Saint-Prex, sera spécial. Il sera marqué par la commémoration des 25 ans de l’association. Alors, rendez-vous au chemin du Glapin 8 pour faire la fête et, pourquoi pas, de bonnes affaires.

  • Lettre à Lucie, responsable d’un groupe de jeunes, à propos du sens de la vie

    Jeu 20 septembre 2018

    Le débat sur le sens de la vie traverse tous les âges. Ce questionnement est souvent le plus intense durant la période des études. Voici une lettre à une jeune chrétienne engagée dans l’une de nos Eglises. Elle devrait permettre à des jeunes, mais aussi à d’autres, de mieux entrevoir le débat entre agnostiques, athées et chrétiens.

  • Alister McGrath : de l’athéisme à la théologie chrétienne

    Jeu 20 septembre 2018

    Il est passé de l’athéisme à la foi chrétienne. Au point aujourd’hui d’être un théologien protestant évangélique de renommée internationale. Alister MacGrath était à Fribourg du 20 au 22 juin dernier. Ce théologien britannique anglican était l’invité principal des rencontres du Centre d’études foi et société de la Faculté de théologie de l’Université. Rencontre.

  • Criminalisation de la solidarité : de l’importance de mettre de l’huile dans les rouages !

    Jeu 20 septembre 2018

    L’acquittement cette semaine de Flavie Bettex, cette jeune ergothérapeute de 27 ans, condamnée dans le canton de Vaud pour « délit de solidarité », ramène un peu de sérénité dans le monde de l’asile et de la pastorale des requérants déboutés. Voilà qui dessine aussi un horizon plus serein pour le pasteur évangélique Norbert Valley, condamné en août dernier par la justice neuchâteloise. Enfin dans les zones grises de l’asile, la justice reconnaît le rôle de ceux qui « mettent de l’huile dans les rouages » !

  • Criminalisation de la solidarité : de l’importance de mettre de l’huile dans les rouages !

    Jeu 20 septembre 2018

    L’acquittement cette semaine de Flavie Bettex, cette jeune ergothérapeute de 27 ans, condamnée dans le canton de Vaud pour « délit de solidarité », ramène un peu de sérénité dans le monde de l’asile et de la pastorale des requérants déboutés. Voilà qui dessine aussi un horizon plus serein pour le pasteur évangélique Norbert Valley, condamné en août dernier par la justice neuchâteloise. Enfin dans les zones grises de l’asile, la justice reconnaît le rôle de ceux qui « mettent de l’huile dans les rouages » !

  • « L’avortement reste une question controversée » par Wilf Gasser, président des évangéliques suisses allemands

    Jeu 13 septembre 2018

    Samedi 15 septembre, les manifestants  la «Marche pour la Vie» se rassembleront sur la Place fédérale à Berne pour parler des conséquences de l’avortement sur les femmes, les couples et les familles. Ces dernières années, cette manifestation a suscité des contre-manifestations violentes. Le Dr Wilf Gasser, président du Réseau évangélique suisse allemand, rappelle que cette question reste controversée, qu’une certaine forme d’«eugénisme» est en train d’apparaître en Suisse, et que cette manifestation n’a rien à voir avec l’extrême-droite ! Point de vue d’un homme dont la maison a connu, voilà deux ans, des déprédations en lien avec cette manifestation !

  • Votations du 23 septembre : une prise de position en faveur de la vie avec Roger Zürcher

    Lun 27 août 2018 icon-comments 2

    Le 23 septembre, les Suisses se prononceront sur deux initiatives qui ont trait à l’alimentation : l’initiative dite « Pour des aliments équitables » et l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire ». Dans le contexte de sa campagne 2018-2019 autour du réchauffement climatique, StopPauvreté a demandé à l’ingénieur agronome Roger Zürcher de répondre à quelques questions autour de ces objets de votation. Alexis Bourgeois, le nouveau coordinateur romand de StopPauvreté, mène l’interview. Prise de position.

  • Mauritanie : un blogueur « blasphémateur » illégalement retenu en prison

    Lun 25 juin 2018

    La situation des blogueurs dans les pays musulmans est précaire. Lorsqu’ils se permettent de critiquer la religion musulmane ou le prophète Muhammad, certains sont emprisonnés sous prétexte de blasphème ou d’apostasie. Christian Bibollet attire notre attention sur le sort d’un blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mkheitir, en détention administrative depuis sa relaxe, suite à une condamnation à mort.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !