Relations employeurs-employés au menu de la Rencontre générale de novembre 2016

FREE

Des relations de travail bien conçues entre les Eglises et leurs ministères rémunérés sont indispensables. Elles permettent d’éviter des situations difficiles, voire douloureuses. Présenté lors de la Rencontre générale du 26 novembre 2016, un Guide de l’employeur vient d’être édité par la FREE. Il permet de garantir ce bon niveau de qualité qui doit prévaloir dans les relations entre employeurs et employés.

Par Claude-Alain Baehler | le lundi, 28 novembre 2016

La présentation du nouveau Guide de l’employeur édité par la FREE a constitué l’un des points forts de la dernière Rencontre générale de la FREE. Celle-ci s’est tenue le 26 novembre 2016 dans les locaux de l’Eglise évangélique d’Echallens (FREE).

De plus en plus, les Eglises demandent de l’aide dans la gestion de leurs rapports avec leurs employés rémunérés : pasteur, animateur jeunesse, assistant pastoral, etc. Dans leur rôle d’employeur, elles doivent faire face à la complexité de la loi et des rapports de travail. Le Guide de l’employeur explique les bonnes pratiques qui devraient prévaloir, en particulier lors d’étapes importantes telles que la recherche d’un candidat, l’embauche, les évaluations et la fin d’un contrat.

Dans une première partie, le Guide de l’employeur permet de trouver des réponses aux questions qui se posent lors des différentes étapes de la relation employeurs-employés. Cette première partie devrait être lue par toutes les personnes impliquées dans la direction d’une Eglise.

Une deuxième partie présente avec plus de détails le rôle de l’employeur. Quant à la troisième partie, elle contient des documents de références qui peuvent être utilisés et adaptés en fonction des besoins.

Le Guide de l’employeur préconise en particulier la création d’un « Groupe employeur » dans chaque communauté qui bénéficie d’au moins un ministère rémunéré. Ce groupe, formé de trois ou quatre personnes de confiance, gère la relation de travail avec l’employé. Elle assure en particulier la confidentialité, indispensable dans les relations entre employeurs et employés.

Le Guide de l’employeur préconise une évolution dans nos Eglises. Le Groupe employeur devrait de plus en plus prendre la place de l’assemblée générale d’une communauté lors de l’évaluation périodique d’un ministère, voire même lors de son engagement. En effet, les assemblées générales ne peuvent répondre que par « oui » ou par « non » lors d’un vote, ce qui n’est pas suffisant. De plus, ces votes sont parfois parasités par des réponses à des questions qui ne sont pas posées, ce qui peut conduire à des situations inutilement douloureuses (1). En revanche, au sein d’un groupe employeur, il est possible de donner un retour bien plus fin et circonstancié de l’évaluation : non seulement en relevant des améliorations à apporter mais aussi en encourageant le ministère pour ses qualités et ses apports aux besoins de la communauté.

Reconnaissance d'intérêt public des évangéliques par le canton de Vaud : on avance

La reconnaissance d'intérêt public des évangéliques par le canton de Vaud prend forme. « Il s'agit d'une sorte de fusée à trois étages », explique Philippe Thueler, le secrétaire général de la FREE :

(1) les Eglises locales vaudoises adhèrent à la Fédération évangélique vaudoise (FEV) qui déposera la demande de reconnaissance auprès de l’Etat ;

(2) une convention de collaboration est signée entre la FEV et la FREE. Ainsi, une grande partie de la gestion courante des relations avec la FEV peut être déléguée au secrétariat pour décharger les Églises locales.

(3) la FREE modifie ses statuts et prévoit que chaque Eglise FREE adhère en principe à la fédération cantonale qui vise la reconnaissance d’intérêt public, pour autant qu’elle existe (ce qui est le cas dans le canton de Vaud avec la FEV et celui de Neuchâtel avec la FEN). On évite ainsi une coexistence d’Églises FREE ayant adhéré ou non à la fédération visant la reconnaissance dans un canton.

Cette procédure de demande de reconnaissance d'intérêt public a été adoptée par les délégués. Elle constitue un projet pionnier qui pourra être répliqué dans d'autres cantons.

« La reconnaissance d'intérêt public ne touche pas aux questions de dogmes et de foi », souligne Philippe Thueler. Les exigences de l'Etat portent plutôt sur des questions de gouvernance : respect envers les adhérents, transparence des finances, respect des lois, etc.

Budget 2017 : à nouveau déficitaire et comblé par des dons spéciaux

Avec des besoins estimés à 1'552'666 francs, le budget 2017 de la FREE, adopté par les délégués, prévoit un déficit de 35'000 francs. En cas de nécessité, un don supplémentaire de quelques centaines de francs sera demandé en cours d'année à chaque Eglise. Une telle démarche a déjà été entreprise cette année.

« Il serait parfaitement possible de réduire les dépenses de la FREE et d'équilibrer les comptes en renonçant à repourvoir certains postes, estime Stéphane Bossel, le responsable de l'administration de la FREE. Mais il existe une conviction, largement partagée, que les services actuellement fournis sont importants et ne devraient pas être réduits. »

Stéphane Bossel a également fait remarquer que les Eglises sont généreuses. Le financement des activités de la FREE au moyen de dons génère bien plus d'argent que ne le feraient des cotisations.

Note

1 Le Guide de l’employeur est disponible pour les Églises FREE sur la partie protégée du site de la FREE. Il peut également être obtenu en contactant le secrétariat de la FREE, secretariat@lafree.ch ou tél. 021 823 23 23.

  • Encadré 1:

    En bref

    Délégués des Eglises. Le Bureau des rencontres générales (BRG) interpelle les Eglises à propos des délégués qu’elles envoient aux Rencontres générales. D’une part, leur moyenne d’âge est en augmentation. Il faudrait intéresser les jeunes à ces rencontres. D’autre part, les délégués ne devraient pas recevoir de consignes de vote définitives, mais ils devraient avoir la liberté de modifier leur vote si des éléments nouveaux, survenant durant la rencontre, le demandent. L’idéal serait que chaque Eglise envoie au moins un membre de son conseil à chaque Rencontre générale.

    Bureau exécutif. Daniel Berger a été nommé au Bureau exécutif de la FREE. Il devient responsable du Service des activités en Suisse. Ce secteur regroupe la Commissions enfance, la Commission jeunesse, la Commission communication, la Commission implantation d’Eglises et la Commission migrants. Marié, père et grand-père, Daniel Berger est membre de l’Eglise évangélique libre de la Rochette à Neuchâtel. Il a également été vice-président de la FREE. Officier de carrière durant 33 ans, il a commandé la brigade blindée 1 et a été conseiller pour les questions militaires au Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS).

    Vente d'huile. La vente d’huile au profit de la formation de pasteurs stagiaires a connu un succès mitigé. Le bénéfice sera situé dans une fourchette de 5000 à 7000 francs.

    One’. La rencontre One’, le 5 novembre 2016 à Fribourg, a connu un beau succès. Les tranches d’âges plus particulièrement visées étaient au rendez-vous. Celle des 15 à 25 ans était la plus représentée. Le prochain événement One’ aura lieu le 18 novembre 2017 à Fribourg.

    Envoyés du Service de mission et d’entraide (SME). Au début 2017, Damien et Lucie Golay partiront à Natitingou, au Benin, avec leurs quatre enfants. Durant ce deuxième séjour, Damien participera à la formation de professeurs de mécanique. La famille prévoit également d’accompagner des jeunes et de participer à la création d’un centre d’accueil et de retraite. Plus d’infos sur le nouveau site du SME à l’adresse www.sme-suisse.org.

En question : participer au débat

« En question »

Publicité

Agenda

Vers l'agenda

Fenêtre chrétienne de MaxTV

Les mercredis de l'été

  • Rediffusions
30 août
  • Nathanaël Bourgeois présente la chorale Psalmodie (Ciel ! Mon info)
  • « Köbi Julen : entre ciel et terre » (RéfleXions)

Le mercredi à 20h sur MaxTV