Reconnaissance d’intérêt public (Vaud) : et s’il fallait en être pour mieux débattre des relations Eglises-Etat?

A l’heure où les responsables de la Fédération évangélique vaudoise (FEV) rencontrent les Eglises qui hésitent à signer la Déclaration liminaire en vue de la reconnaissance d’intérêt public, Serge Carrel s’interroge si, tout compte fait, il ne vaudrait pas mieux être au bénéfice de cette reconnaissance pour défendre une certaine idée de la séparation du religieux et de l’Etat dans le canton de Vaud.

Par Serge Carrel | le vendredi, 08 décembre 2017

Certaines Eglises évangéliques vaudoises émettent des réserves pour signer la Déclaration liminaire qui ouvre le processus de reconnaissance d’intérêt public des évangéliques. Notamment parce qu’elles craignent une intrusion trop marquée de l’Etat dans la vie des Eglises.

Une situation qui se précarise

Face à la question des relations Eglises-Etat qui devrait se reposer bientôt pour l’ensemble des Eglises, n’est-il pas indispensable – paradoxalement ! – d’avoir une relation établie avec l’Etat pour participer de manière pleine et entière à ce débat ? La conseillère d’Etat Béatrice Métraux le relevait lors de ses conférences « Reconnaissance des communautés religieuses : état de la situation » en mars dernier : moins de 60% de la population vaudoise déclare faire partie de l’une des deux Eglises reconnues de droit public, la réformée ou la catholique romaine. Un brin alarmiste à l’endroit des représentants de ces deux Eglises, la conseillère d’Etat soulignait une certaine précarité de leur situation au vu du soutien populaire décroissant dont elles bénéficient.

Défendre un modèle de séparation

Le moment venu, si les évangéliques sont reconnus d’intérêt public, ils pourront participer de plain-pied à ce débat et défendre un certain modèle de relations Eglises-Etat et de laïcité ouverte, dont ils sont porteurs depuis le Réveil de Genève au début du XIXe siècle. Notamment au travers de « réveillés » comme le Vaudois Alexandre Vinet qui, dès les années 20 du XIXe, plaidait pour la liberté de conscience et la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Concrètement, les évangéliques pourraient alors promouvoir une « séparation collaborante », notamment au travers de la mise en place d’aumôneries confessionnelles et non laïques, notamment au travers de la construction d’un dialogue interreligieux promouvant la paix entre communautés.

Directement concernés par ce débat, les évangéliques seraient certainement plus efficaces en étant au bénéfice de la reconnaissance d’intérêt public. Ne le pensez-vous pas ?

Serge Carrel
Responsable du site évangélique d’information lafree.info
Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Nouveau numéro Vivre

Agenda

Vers l'agenda