Les évangéliques romands sur le web : actifs mais peu combatifs !

Actualité Les 4 et 5 septembre prochains, les rencontres Eglises en mission traiteront du thème : « Médias en mission ». L’occasion de faire le point sur la présence des évangéliques romands sur le net. Une présence marquée par le souci de la « tribu »... et peu par l’envie de rejoindre l’ensemble de nos contemporains avec l’Evangile de Jésus-Christ. Analyse.

Par lafree | le vendredi, 27 août 2010

Depuis un peu plus d’une quinzaine d’années, on assiste au développement de la présence évangélique sur le web. Après les envolées des premières années où chaque groupe, chaque association et chaque Eglise locale souhaitait disposer d’un site, le rythme de croisière semble atteint. L’offre s’est clarifiée et le rôle des différents genres de sites aussi. En fait, nombre d’acteurs évangéliques du web se sont recentrés sur leur mission première. Une librairie propose des livres à l’achat, une ONG présente ses activités, un groupe sa militance, une fédération d’Eglises sa dynamique et un média ses réalisations.

Rejoindre les membres de la « tribu »
Internet, c’est une véritable place publique. On peut s’adresser à un cercle de gens proches, à sa « tribu », mais on peut aussi viser plus large et risquer une parole qui résonnera sur l’ensemble de la place publique. A ce jour, les évangéliques romands ont beaucoup investi pour la « tribu ». De nombreuses Eglises ou fédérations disposent de leur site, des ONG et des associations militantes investissent également beaucoup pour une présence attractive. Certes ces sites ne sont pas fermés aux visiteurs extérieurs, mais souvent la culture qu’ils véhiculent, le langage qu’ils emploient reflètent la sous-culture évangélique.
Des spécialistes ont analysé l’offre évangélique américaine sur le web. Ils l’ont répertoriée autour de quatre axes : informer, enseigner et persuader, distraire et valoriser la communion. Les Romands paraissent très actifs autour des deux premiers axes. Ils informent et c’est une nécessité ! avec des sites « cartes de visite » qui déclinent une identité et le programme minimum d’une communauté, d’un groupe ou d’une association.
Par ailleurs, plusieurs sites ont fait de l’information sur ce qui se passe dans le milieu leur vocation première. Lafree.ch, par exemple, informe de la dynamique évangélique en Suisse romande et de ce qui se passe au sein de la FREE. Le site du Christianisme aujourd’hui propose les services d’une petite agence de presse : « L’information chrétienne en continu », qui relaie des news internationales et helvétiques.

Enseigner oui, mais sans risquer de mettre son point de vue en débat !

Enseigner et persuader est aussi assez couru sur les sites évangéliques. Connaîtredieu.com est un classique. Ce site d’évangélisation animé notamment par Campus pour Christ, permet de découvrir la foi et de se décider à suivre Jésus.
Des ministères particuliers comme ceux du pasteur réformé Pierre Amey ou de Carlo et Michèle Brugnoli proposent aussi leurs compétences sur toutes sortes de sujets, par écrit ou sous forme vidéo. Une revue comme Promesse permet également aux personnes désireuses d’étudier la Bible de découvrir des articles publiés depuis de nombreuses années.
Mais ce que l’on peut regretter, c’est le peu d’interactions que les évangéliques romands tissent avec leurs contemporains. Alors certes il existe quelques sites comme ceux de Monika Jaquier ou d’Eric Jaffrain qui se risquent sur des thèmes généraux comme le diagnostic prénatal, l’anencéphalie ou le marketing non marchand... avec un regard chrétien ! Mais l’interaction pourrait aller beaucoup plus loin sur des forums, des blogs ou sur Facebook. A l’image de ce qui se développe sur le blog de la FREE, des débats pourraient se nouer de manière beaucoup plus vive sur des questions fondamentales comme ce qu’apporte la foi en Christ, ce que ça change de croire en Dieu... On pourrait souhaiter qu’une telle présence, un peu plus combative et apologétique, se développe.
Curieux tout de même qu’aucune personnalité évangélique - un théologien, un pasteur, un évangéliste ou même un homme politique... - ne se soit risquée à tenir un blog pour les non-membres de la tribu. Ce serait l’occasion de développer un regard chrétien sur le monde d’aujourd’hui, de lancer des discussions à la fois sur la vision chrétienne du monde, sur certains choix de société, sur certaines orientations éthiques... Avec bien entendu aucune certitude d’avoir le dernier mot ! Cela, c’est le propre d’internet : exprimer un propos toujours questionnable et questionné !

Une présence peu dynamique en matière de divertissement

Dans le domaine du divertissement, le web évangélique romand ne regorge pas de productions. Certaines des émissions produites par DieuTV à Yverdon-les-Bains et par Mediaxion à Cortaillod (Canal Alpha) entrent dans un tel projet. Grâce à des portraits de personnes au vécu original ou au travers d’expériences stimulantes, le surfeur peut se distraire, tout en entendant parler d’un vécu de foi ou de valeurs chrétiennes.
En 2009, le réalisateur Daniel Anders de Clair de lune TV a produit « Miracle ! ‘ya un Dieu qui fait ke’kchose ! » Ce clip d’un peu plus d’une minute reprend une série de dessins du bdéaste Alain Auderset. Dynamique, il parle de la violence entre les humains et, en quelques dessins, témoigne de l’essentiel de la foi chrétienne : la révélation de l’amour de Dieu en Jésus-Christ. Le produit est bien réussi. Malheureusement la démarche n’a pas connu de lendemain. Elle demande des moyens financiers que les oeuvres ou les Eglises ne sont pas encore prêtes à débourser.
A ce jour, les évangéliques romands n’ont pas encore développé une dynamique de communion au travers du web. Aucun site ne propose de cyberéglise ou de démarche comparable.

Les Français à la pointe de l’innovation !

Au plan francophone, la France évangélique propose une gamme de produits beaucoup plus large que celle que l’on trouve en Suisse romande. Il suffit par exemple de mentionner le site atoi2voir.com, qui propose à la fois de répondre à des questions sur la vie et sur Dieu, et de trouver Dieu. Un autre site valorise le lien et incite au dialogue entre internautes, sans nécessairement rompre l’anonymat du web : relation-aide.com. Ce site permet à Jacques et Claire Poujol, un couple de pasteurs et de thérapeutes du sud de la France, d’entrer en relation avec tout internaute qui le souhaite et de proposer un accompagnement en ligne à celui qui le demande.
A noter aussi la démarche originale et toute récente de MonEglise.net. Grâce à l’équipe du TopChrétien en région parisienne, les évangéliques francophones disposent de leur cyberéglise. MonEglise.net permet en effet de pratiquer sa foi en ligne. 6 fois par jour et à heures fixes, ce site diffuse un culte en ligne avec un temps de louange, une prédication, le tout animé par un présentateur. Lors de ce culte, il est possible de manifester une attitude de louange en cliquant sur un bouton « Lever les mains », d’entrer en contact avec les autres participants ou d’écrire un sujet de prière. L’heure de l’Eglise en ligne et des célébrations en ligne arrive... et des Français sont à la pointe de la démarche !

Serge Carrel, responsable de lafree.ch

En question : participer au débat

« En question »

Publicité

Agenda

Vers l'agenda