Une prédication écrite de Billy Graham : « Les choses anciennes et les choses nouvelles »

Actualité

Le pasteur Billy Graham était un grand prédicateur populaire. Il s’adressait aux foules dans des stades, à la radio, à la télévision et dans des films. Mais aussi au travers de livres. Voici une prédication reprise d’un de ses succès éditoriaux : « La paix avec Dieu », un recueil de prédications qui, en français, a été tiré à plus de 260'000 exemplaires. L’autorisation pour la reprise de ce texte nous a été accordée par son éditeur : Les Groupes missionnaires. La Paix avec Dieu est  disponible dans les librairies évangéliques ou chez: editions@forum-emmaus.ch.

Par Billy Graham | le jeudi, 22 février 2018

Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. (Jean 3.3)

Si je pouvais entrer chez vous et avoir avec vous un entretien à cœur ouvert, vous me diriez probablement : « Je suis perplexe, confus et troublé. J’ai transgressé les lois de Dieu, j’ai vécu contrairement à ses commandements. Je pensais pouvoir me passer de l’aide de Dieu. J’ai essayé d’établir des règles personnelles, mais j’ai échoué. J’ai appris les plus amères leçons par la souffrance et par de tragiques expériences. Que ne donnerais-je pas pour naître de nouveau ! Que ne donnerais-je pas pour revenir en arrière et tout recommencer ! Quelle route différente je prendrais si cela était possible ! »

Si ces mots touchent une corde sensible dans votre cœur, s’ils sont l’écho de vos pensées, je désire vous annoncer une nouvelle glorieuse. Jésus a dit que vous pouviez naître de nouveau ! Vous pouvez recommencer une vie nouvelle et meilleure. Vous pouvez abandonner votre moi misérable et pécheur et devenir un être nouveau, pur et paisible, vos péchés ayant été effacés.

Il y a une issue

Peu importe la souillure de votre passé et les perspectives désespérées de votre avenir, il y a une issue – mais il n’y en a qu’une ! Vous n’avez qu’un choix à faire, vous n’avez qu’un seul chemin à prendre en dehors du sentier tortueux et sans issue que vous avez suivi jusqu’ici.

Vous pouvez, sans doute, continuer à vivre comme par le passé, misérable, mécontent, effrayé, malheureux et dégoûté de vous-même. Mais vous pouvez aussi décider maintenant de naître de nouveau. Vous pouvez décider à l’instant même d’effacer votre passé chargé de péchés, et de prendre un nouveau départ, le bon cette fois-ci. Vous pouvez décider maintenant de devenir la personne que Jésus désire que vous soyez.

Comment trouver cette issue ?

Mais, direz-vous : « Comment puis-je obtenir cette nouvelle vie ? Comment naître de nouveau ? Comment prendre un nouveau départ ? »

C’est la question que Nicodème posa à Jésus, un soir sous le ciel d’Orient, il y a environ deux mille ans. Naître de nouveau signifie beaucoup plus que repartir à zéro, tourner une page ou vouloir se réformer. Comme nous l’avons déjà vu, la Bible dit que nous sommes nés une première fois dans le monde physique, mais que notre nature spirituelle est née dans le péché. Elle déclare que nous sommes « morts par nos offenses et par nos péchés » (d’après Ephésiens 2.1).

La Bible dit en outre qu’il n’y a rien dans notre nature morte et pécheresse qui puisse produire la vie. Elle déclare que « le péché étant consommé produit la mort » (Jacques 1.15). Nous sommes donc tous spirituellement morts. C’est pourquoi nous ne pouvons vivre une vie bonne, sainte et juste. Bien des gens essaient de le faire. Ils ne peuvent qu’échouer. Un cadavre ne peut engendrer la vie.

Notre vieille nature ne peut servir Dieu. La Bible dit : « L’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu… et il ne peut les connaître » (1 Corinthiens 2.14). Dans notre état naturel, nous sommes réellement en inimitié contre Dieu. Nous ne sommes pas soumis aux lois de Dieu et ne pouvons même pas l’être (Romains 8.7).

La Bible nous dit aussi que notre vieil homme est totalement corrompu. « De la plante du pied jusqu’à la tête, rien n’est en bon état : ce ne sont que blessures, contusions et plaies vives » (Esaïe 1.6). « Son cœur est tortueux par-dessus tout et il est méchant » (Jérémie 17.9). Il est corrompu par la convoitise trompeuse.

La Bible déclare également que notre vieille nature est égoïste, qu’elle n’est pas susceptible d’être rénovée et que, lorsque nous naissons de nouveau, nous ne la raccommodons pas, nous en sommes dépouillés. Le vieux moi doit être crucifié et non cultivé. Jésus dit qu’en nettoyant le dehors de la coupe et du plat, on laisse l’intérieur plein de méchanceté, comme auparavant.

Vous devez naître de nouveau

La Bible dit aussi que si nous ne naissons de nouveau, nous n’entrerons pas dans le royaume des cieux. Jésus le déclare avec plus de force encore quand il dit : « Il faut que vous naissiez de nouveau » (Jean 3.7). Ce n’est ni vague, ni facultatif. Celui qui veut entrer dans le royaume de Dieu doit naître de nouveau.

Le salut n’est pas le raccommodage de l’être originel. C’est la création d’un être nouveau, né de Dieu, dans la justice et la sainteté véritables. La régénération n’est pas seulement une modification de la nature, ou une amélioration du cœur, elle est une régénération, une nouvelle vie, une seconde naissance. « Il faut que vous naissiez de nouveau. »

Dieu n’accepte rien de notre vieille nature. Rien n’y est en bon état. Le vieil homme est trop faible pour suivre Christ. Paul dit que vous n’êtes pas capables de faire ce que vous voudriez (Galates 5.17). Ceux qui vivent selon la chair ne peuvent servir Dieu. « La source fait-elle jaillir par la même ouverture l’eau douce et l’eau amère ? Un figuier, mes frères, peut-il produire des olives, ou une vigne des figues ? » demandait Jacques (Jacques 3.11-12).

Le vieil homme est décrit dans l’épître aux Romains : « Leur gosier est un sépulcre ouvert, ils se servent de leurs langues trompeuses ; ils ont sous leurs lèvres un venin d’aspic ; leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume ; ils ont les pieds légers pour répandre le sang : la destruction et le malheur sont sur leur route… La crainte de Dieu n’est pas devant leur yeux » (Romains 3.13-18).

Comment réformer ou changer des gosiers, des langues, des lèvres, des pieds et des yeux tels que ceux-ci ? C’est impossible. Jésus, sachant qu’il est impossible de raccommoder, de changer ou de réformer l’être humain, a dit : « Il faut que vous naissiez de nouveau » (Jean 3.6)…

La vie qui résulte de la nouvelle naissance ne saurait être obtenue par un effort personnel. L’homme ne possède pas, par nature, cette sainteté que Dieu exige pour le Ciel. C’est seulement par la nouvelle naissance qu’une telle vie peut commencer. Pour vivre la vie de Dieu, il nous faut la nature de Dieu.

Ce que Dieu fait

La nouvelle naissance est semblable à une pièce de monnaie : elle a deux faces. L’acceptation de la nouvelle vie a un côté divin et un côté humain. Le côté humain, c’est la conversion : le fait que l’homme ou la femme doive se repentir et quitter son mode de vie ancien. Le côté divin, c’est que la nouvelle naissance est entièrement l’œuvre du Saint-Esprit. Vous ne pouvez rien faire pour l’obtenir. La Bible, parlant de Jésus, dit : « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu » (Jean 1.12-13). En d’autres termes, vous ne pouvez naître du sang ; cela signifie que vous ne pouvez pas hériter la nouvelle naissance.

On ne naît pas chrétien. Vous pouvez avoir eu un père et une mère chrétiens, mais cela ne fait pas de vous nécessairement un chrétien. Vous ne pouvez naître de la volonté de la chair, dit la Bible. Vous ne pouvez rien faire pour y parvenir. Vous êtes mort. Un mort n’a pas la vie pour faire quoi que ce soit.

Vous ne pouvez pas non plus naître de la volonté de l’homme. Cette nouvelle naissance ne peut être produite par des moyens ou par des systèmes humains. Bien des gens pensent qu’ils passent automatiquement par la nouvelle naissance quand ils se joignent à une Eglise, quand ils accomplissent quelques rites religieux, quand ils prennent quelques bonnes résolutions au Nouvel-An, ou quand ils font un don important à une œuvre de bienfaisance. Tout cela est bien, mais ne produit pas la nouvelle naissance.

Une œuvre divine

Aucun homme ne peut naître de lui-même ; il naît de la volonté d’autrui. La nouvelle naissance est entièrement étrangère à notre volonté. En d’autres termes, la nouvelle naissance est une œuvre divine : nous naissons de Dieu. Nicodème ne pouvait comprendre comment il était possible de naître une seconde fois. Perplexe, il demanda à deux reprises : « Comment ? »

Bien que la nouvelle naissance semble mystérieuse, elle n’en est pas moins réelle. Nous pouvons ne pas comprendre le mystère de l’électricité, mais nous savons qu’elle éclaire nos maisons, qu’elle fait marcher nos appareils ménagers. Nous ne pouvons comprendre pourquoi les moutons ont de la laine, les vaches des poils et les oiseaux des plumes, mais nous savons qu’ils en ont. Nous ne saisissons guère les mystères, mais nous acceptons par la foi le fait qu’au moment où nous nous repentons du péché, et que nous nous tournons par la foi vers Jésus-Christ, nous naissons de nouveau. Nous devenons enfants de Dieu par le don, la communication de la nature divine à l’âme humaine. Nous recevons le souffle de la vie de Dieu. Christ, par le Saint-Esprit, établit sa résidence dans nos cœurs. Nous sommes unis à Dieu pour l’éternité. Cela signifie que si vous êtes né de nouveau, vous vivrez aussi longtemps que Dieu vivra, parce que vous participez désormais à sa vie. La communion que l’homme avait avec Dieu dans le jardin d’Eden, et qui était perdue depuis si longtemps, a été rétablie.

Les résultats de la nouvelle naissance

Votre nouvelle naissance produira en vous plusieurs résultats : tout d’abord, elle augmentera votre vision et votre compréhension. La Bible déclare : « Car Dieu, qui a dit : la lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face du Christ » (2 Corinthiens 4.6). Et encore : « Qu’il illumine les yeux de votre cœur » (Ephésiens 1.18). Les choses dont vous vous moquiez en les appelant des folies, vous les acceptez désormais. Votre mentalité tout entière est transformée. Dieu devient le centre de toute votre pensée. Le « moi » est détrôné.

Votre cœur aussi subit une révolution. La Bible déclare : « Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau : j’ôterai de votre cœur le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair » (Ezéchiel 36.26)…

Vos affections subissent un changement radical. Votre nouvelle nature aime Dieu et les choses de Dieu. Vous aimez les choses les plus belles et les plus élevées. Vous abandonnez les choses villes et basses. Vous avez une nouvelle conception des problèmes sociaux qui vous entourent. Votre cœur se remplit de compassion à l’égard de ceux qui ont moins de privilèges que vous.

Votre volonté subit également une transformation complète. Vos décisions sont différentes, vos buts sont changés. La Bible dit : « Que le Dieu de paix… vous rende capables de toute bonne œuvre pour l’accomplissement de sa volonté et fasse en vous ce qui lui est agréable » (Hébreux 13.20-21).

Cette nouvelle nature que vous avez reçue de Dieu est soumise à la volonté de Dieu. Vous ne désirez faire que sa volonté. Vous lui êtes entièrement dévoué. Vous avez des dispositions nouvelles, un principe de vie différent, des goûts nouveaux. Vous cherchez à glorifier Dieu, vous recherchez la communion des autres chrétiens dans l’Eglise. Vous aimez la Bible, vous aimez passer du temps en prière avec Dieu. Votre nature entière est changée. Alors qu’autrefois votre vie était remplie d’incrédulité, racine et fondement de tout péché, et que vous doutiez constamment de Dieu, maintenant vous croyez en lui, vous avez aujourd’hui une confiance et une foi totales en Dieu et sa Parole. (…)

La signification de la justification

Au moment où vous acceptez la nouvelle naissance, où vous naissez de nouveau, où vous recevez la communication divine de la nouvelle nature, vous êtes justifié aux yeux de Dieu. Etre justifié signifie être comme si l’on n’avait jamais péché. La justification est l’acte par lequel Dieu déclare parfait un homme impie. Dieu vous regarde alors comme si vous n’aviez jamais commis un seul péché.

Paul dit : « Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie » (Romains 8.33). Vos péchés ont été pardonnés. Dieu les a ensevelis dans les profondeurs de la mer, les a jetés loin de sa face et les a oubliés. Ils sont complètement effacés. Vous êtes devant Dieu comme un débiteur à qui sa dette a été remise. Vous êtes réconcilié avec Dieu. Auparavant vous étiez réellement un ennemi de Dieu. La Bible dit : « Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation » (2 Corinthiens 5.18).

Mais plus encore, vous avez été adopté dans la famille de Dieu. Vous êtes désormais enfant de Dieu. Il nous a « prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté (Ephésiens 1.5). Vous êtes maintenant un membre de la famille royale des Cieux. Vous avez du sang royal dans les veines, vous êtes un enfant du Roi. Même vos amis remarquent le changement survenu dans votre vie. Vous êtes né de nouveau !

Les choses anciennes et les choses nouvelles

D’autres changements auront encore lieu maintenant que vous êtes né de nouveau. Votre attitude en face du péché changera. Vous apprendrez à haïr le péché comme Dieu le hait, vous le détesterez, vous l’aurez en horreur.

A Houston au Texas, un homme passa par la nouvelle naissance lors d’une de nos réunions. Il avait un commerce de liqueurs. Le lendemain, il suspendit un écriteau à sa porte avec ces mots : « Cessation de commerce ».

J’ai entendu parler, il y a quelque temps, d’un homme qui s’était converti dans une réunion d’évangélisation. Il était connu de toute la ville comme un ivrogne. On l’appelait : « Vieux Jean ». Le lendemain de sa conversion, alors que quelqu’un dans la rue le saluait : « Bonjour, Vieux Jean ! », il répondit : « A qui parlez-vous ? Je ne m’appelle plus « Vieux Jean », mais « Nouveau Jean ». Une révolution complète avait eu lieu dans sa vie.

Une autre preuve de votre nouvelle naissance sera votre désir d’obéir à Dieu. « Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l’avons connu » (1 Jean 2.3).

Puis, vous vous séparerez du monde. La Bible dit : « N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est point en lui » (1 Jean 2.15).

Il y aura en vous un nouvel amour pour votre prochain. La Bible déclare : « Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères » (1 Jean 3.14).

Enfin vous ne pratiquerez plus le péché. La Bible dit encore : « Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pèche point » (1 Jean 5.18).

Au Texas, on raconte l’histoire d’un homme qui, chaque matin, avait l’habitude d’attacher son cheval à un poteau devant un cabaret. Un matin, le cabaretier sortit et vit le cheval attaché devant l’église méthodiste. Il vit le propriétaire qui descendait la rue et lui cria : « Dites-moi, pourquoi votre cheval est-il attaché devant l’église, ce matin ? » L’homme se retourna et dit : « Hier soir, je me suis converti dans une réunion de réveil, et j’ai changé de poteau ! »

Voilà ce que signifie être né de nouveau ; voilà ce que c’est d’être converti. C’est cela, se séparer du monde, et cela signifie aussi, comme dans cette anecdote, que vous avez changé de poteau.

Billy Graham

(Ce texte est la reprise du chapitre 12 du livre La Paix avec Dieu, La Côte-aux-Fées, Groupes missionnaires, 1986 (220e mille), p. 163 à 172).