Beaucoup de chrétiens ont quitté la Syrie ? Les églises se remplissent avec de nouveaux convertis !

Actualité

En Syrie, la guerre a décimé les communautés chrétiennes, a indiqué la semaine dernière un archevêque maronite de passage en Suisse. Rencontré à Beyrouth, le pasteur syrien George indique cependant que les églises se remplissent de nouveaux convertis.

Par Gabrielle Desarzens | le mardi, 26 juin 2018

Selon l’archevêque maronite de Damas, Samir Nassar, venu la semaine dernière chez les sœurs de Grandchamp à Areuse, dans le canton de Neuchâtel, les communautés chrétiennes s’effondrent doucement en Syrie. A Alep, sur 160'000 chrétiens avant la guerre, il en resterait, d’après lui, peut-être 30'000. Le même jour que ses déclarations, mercredi 20 juin, le pasteur George a quitté Damas pour se rendre au Liban après avoir su qu’une journaliste chrétienne suisse - la soussignée - se trouvait sur place. Il lui a confirmé que dans la région est du pays, à Deir ez-Zor, où il y avait trois grandes églises catholiques et orthodoxes, il n’y a plus de chrétiens et que les bâtiments ont d’ailleurs été complètement détruits. Pareil pour la région sud, à Deraa, où de nouveaux bombardements russes sont par ailleurs intervenus le week-end dernier.

Dépeuplement chrétien

Si on comptait quelque 20% de chrétiens parmi la population syrienne avant la guerre, il y en aurait selon le pasteur évangélique 8% aujourd’hui. « Dans notre église, quatorze familles ont quitté le pays pour l’Allemagne. Cela a été très dur, notre communauté s’est retrouvée complètement dépeuplée. Mais l’église s’est recomposée et connaît aujourd’hui une deuxième vie : jusqu’à 150 personnes se réunissent tous les dimanches matin, dont 50% d’entre elles ne sont pas d’origine chrétienne. » Pour le pasteur, les Syriens déplacés recherchent en effet des lieux communautaires où ils peuvent discuter de questions existentielles, quitte à se tourner vers une nouvelle religion. « Plusieurs personnes viennent dans notre église pour commencer quelque chose avec Dieu. Un grand nombre de musulmans nous posent des questions. Ils se retrouvent hors de leur village et plus personne n’est là pour les observer. »

Meilleure collaboration entre églises

En ce qui concerne les relations entre les différentes églises chrétiennes, elles sont en augmentation et par la force des choses : les fidèles ne veulent ou ne peuvent tout simplement plus faire des kilomètres pour aller dans la « bonne » église. Ils vont donc dans la plus proche. Cela réjouit d’ailleurs le prélat maronite venu en Suisse qui en parle comme d’une chance. C’est pour lui l’occasion d’apprendre le rite des autres pour servir les chrétiens dispersés, qu’ils soient latins, syriaques catholiques ou melkites. Les églises chrétiennes se mélangent ainsi et l’œcuménisme prend ses quartiers, dans un pays toujours sur le qui-vive. « A cause de la guerre, notre église est devenue inter-dénominationnelle », relève avec plaisir le pasteur George.

Gabrielle Desarzens

1 réaction

  • Lydia Feghali jeudi, 28 juin 2018 09:22

    tres bon repertage. Bonne recherche. felicitatios Mme Desarzens

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

En question : participer au débat

« En question »

Publicité

Agenda

Vers l'agenda