« Quel sens donner à sa vie ? » une prédication écrite ou audiovisuelle de Jossy Chacko (Empart)

Le pasteur indien Jossy Chacko est bien connu en Suisse romande grâce à l’association Empart et à son livre Inouï ! (1) En juin 2017, il était en Suisse romande pour Transvision, le rassemblement des pasteurs évangéliques romands. Dans la foulée, il a donné une prédication dans le temple réformé de Corsier-sur-Vevey qui a été filmée par l'équipe de Theotv. En voici une transcription partielle (2).

Par La FREE | le jeudi, 17 mai 2018

« Jésus s’approche et leur dit : J’ai reçu tout pouvoir au ciel et sur la terre. Allez chez tous les peuples pour que les gens deviennent mes disciples. Baptisez-les au nom du Père, du Fils et de l’Esprit Saint. Apprenez-leur à obéir à tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. »

(Matthieu 28.18-20)

Quel est le but de la vie ? Quel est le sens de notre existence ? Dans le livre de l’Ecclésiaste, Salomon, un homme qui compte parmi les plus sages, essaie de découvrir le sens de la vie. A l’énumération de ses activités, il constate : « Tout est vanité et poursuite du vent ! » (Ecclésiaste 2.11, 23 et 26).

Personnellement, j’ai grandi tout près de l’océan. Je voulais voir la plage, mais ma mère n’a jamais voulu que je la voie, parce que le soleil rendait notre peau beaucoup plus sombre. Et peu de jolies filles en Inde souhaitent faire leur vie avec des hommes à la peau foncée. Pour nous à l’époque, être blancs, c’était magnifique. On mettait des manches longues. On portait des ombrelles. Quand on sortait, on mettait de la poudre blanche pour que notre peau reste bien claire.

Quand je suis parti pour l’Australie, ma mère n’était plus avec moi et j’ai décidé d’aller voir la plage. J’ai demandé à un ami de m’y amener. On parque la voiture. J’en sors et je me mets à courir jusqu’à la plage. Puis j’ai dit à mon ami :

—   Il y a quelque chose qui ne va pas ici.

—   Quoi donc ? a-t-il répondu.

—   Regarde. Il n’y a personne qui se tient debout. C’est comme si tout le monde était tombé et avait été couché sur le sol. Y a-t-il quelque chose qui ne va pas ? Y a-t-il quelque chose dans l’air ?

Mon ami m’a dit que tout était en ordre. Et il a ajouté :

—   Ils aimeraient simplement être comme toi !

Alors j’ai réalisé que, toute ma vie, j’avais essayé de vous ressembler et que vous, sur la plage, vous essayiez de me ressembler. Il y a là un exemple typique de notre course à la vanité !

Découvrir la mission de Dieu

Est-ce pour cette course que Dieu nous a laissés sur la terre ? Non. Si Dieu avait souhaité nous prendre au ciel, il aurait pu le faire à n’importe quel moment, mais il ne l’a pas fait. Parce qu’il a une mission pour nous. Avant de quitter ses disciples, dans l’évangile de Matthieu (28.18-20), Jésus nous donne une mission. Il nous dit : « Allez chez tous les peuples pour que les gens deviennent mes disciples... Apprenez-leur à obéir à tous les commandements que je vous ai donnés. »

Combien parmi nous sont-ils convaincus que c’est là notre mission ? Ne pensons-nous pas plutôt que c’est la tâche des missionnaires ? J’ai longtemps été reconnaissant d’être né en Inde, parce que je n’aurais jamais d’appel à devenir missionnaire. Tous les missionnaires ne sont-ils pas blancs ? En commençant à lire la Bible de manière plus intense, j’ai découvert que la mission n’est pas pour les missionnaires, mais pour tous les chrétiens, pour tous ceux qui acceptent Jésus comme le Seigneur de leur vie.

La question qui se pose alors, c’est : combien d’entre nous ont-ils accepté cette mission ? La mission est donnée, mais l’accepte-t-on ? Souvent les chrétiens sont là pour prier, pour chanter, pour louer, pour étudier la Bible, pour célébrer le Seigneur… Toutes ces choses sont bonnes, mais il faut prendre conscience que nous pourrons accomplir toutes ces activités au ciel. Il y a deux choses que nous ne pourrons pas faire dans l’éternité.

Les deux choses impossibles à faire au ciel

Nous ne pourrons pas nous adresser à quelqu’un qui ne connaît pas Jésus. Impossible de trouver une personne à laquelle dire : « Jésus t’aime. Jésus est mort pour toi. »

L’histoire de Lazare et de l’homme riche le montre bien (Luc 16.19-31). Même si on souhaitait revenir dans ce monde pour communiquer qu’il y un Dieu et que cela doit changer quelque chose dans le quotidien, on n’y parviendrait pas, parce qu’il n’y a pas de passages entre ces mondes. Mais, sur la terre actuellement, on peut le faire ! Partager la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ n’est donc pas un fardeau, c’est une opportunité. Il ne s’agit pas de faire de mon prochain un chrétien, mais de partager tout simplement combien Jésus l’aime. Accepter ou rejeter ce message, ça c’est son affaire, mais partager l’Evangile, ça, c’est notre affaire. Soyez donc encouragés à accepter la mission que Jésus nous donne de partager la bonne nouvelle de son amour, non seulement en Afrique, en Chine ou en Inde, mais partout où vous allez.

La deuxième chose que vous ne pourrez pas faire durant l’éternité, c’est aider les pauvres. Au ciel, vous ne trouverez aucun pauvre, aucune personne dans le besoin, à aider et à conforter. La Bible dit bien qu’il n’y aura plus de douleur, plus de peine, plus de souffrance. Il n’y aura plus que l’amour, la joie et la paix pour toujours. Aider quelqu’un qui en a besoin, aider un pauvre, c’est une joie, un privilège et une opportunité réservés à notre parcours sur terre.

Lorsque nous faisons cela ici, il s’agit de ne pas séparer le témoignage et l’aide concrète, parce que tous les deux font partie de la mission de Jésus. Partager l’amour de Jésus et aider les pauvres font partie de la même mission. Ne les séparez pas ! Faites-les ensemble avec joie !

Imiter Jésus

L’ordre de mission invite à faire des disciples. Ce n’est pas simplement prêcher à des disciples, c’est faire des disciples. C’est donc un effort auquel il s’agit de consentir. La meilleure manière de comprendre de quoi il s’agit, c’est de regarder Jésus. Comment a-t-il fait des disciples ? Il nous faut faire la même chose. Il nous a dit : « Imitez-moi ! » N’imitez pas les Américains ou les Indiens ! Imitez Jésus, parce qu’il nous a dit de faire cela !

Souvent lorsque nous parlons des disciples de Jésus, nous parlons des Douze. Il a effectivement formé douze disciples pour l’Eglise, mais il a aussi formé d’autres disciples pour le monde. Les deux groupes sont ses disciples. Dans Luc 6, il est dit que Jésus a appelé les Douze du cercle de ses disciples. Cela signifie qu’il avait beaucoup de disciples. De ce grand groupe, Jésus en a choisi douze. Toujours dans cet évangile au chapitre 10 (versets 1 et 17), nous voyons que Jésus a mis en place 70 disciples, qu’il les a envoyés et qu’ils sont revenus. Dans le livre des Actes, on voit qu’il y a 120 disciples… Où étaient tous ces disciples ? Ils étaient dans le monde. Ils n’étaient pas tous dans l’Eglise.

Où Dieu vous a-t-il appelé à être un disciple ? Dans l’Eglise ou dans le monde ? On ne doit pas honorer seulement ceux qui servent dans l’Eglise. Il faut aussi honorer ceux qui servent dans le monde : dans les affaires, dans la politique, dans l’éducation, dans les soins, dans l’art, dans la musique…

Jésus no 3 après Coca et McDo

Connaissez-vous la triste réalité ? Coca-Cola et McDonald’s ont mieux réussi que l’Eglise ! Ils ont rendu leur nom plus célèbre que celui de Jésus ou que celui de l’Eglise. N’est-ce pas triste ? Dans la connaissance des marques, Jésus arrive numéro 3. Comment le Père ressent-il cela, lui qui a donné sa vie pour le monde entier ? Dans la seconde épître à Timothée, il est dit que le désir de Dieu est que personne ne périsse et que tous soient sauvés (1Tm 2.4). Nous avons eu plus de 1900 ans pour faire connaître les entreprises du Seigneur, alors que McDo et Coca ont disposé de moins de 100 ans. Ils ont fait un meilleur travail en moins de 100 ans que nous en 2000 ans. Néanmoins, nous avons toujours davantage de gens qui se disent chrétiens, de bâtiments, de musique, de livres, de séminaires, de conférences… A tous points de vue, nous sommes davantage dotés que les ressources de ces deux entreprises mises ensemble. Quelle est la différence ? Ces deux entreprises ont un but précis. Ils se sont donné une mission. Nous pas ! Ils sont engagés dans leur mission. Nous pas ! Aujourd’hui, je vous mets au défi : ne vous inventez pas d’excuses ! Saisissez-vous de la mission de Jésus comme de votre raison de vivre et dites : « Je choisis d’être un disciple dans mon monde, quel qu’il soit ! »

Jossy Chacko

Notes
1 Jossy Chacko, Inouï ! Moudon, Empart, 2008, 230 p. Voir une présentation de cet ouvrage sur lafree.ch.
2 Cette transcription a été réalisée par Serge Carrel à partir de la prédication de Jossy Chacko diffusée sur Theotv dans le cadre des émissions Célébration le dimanche matin à 10h. Cette émission est disponible actuellement sur lafreetv.
  • Encadré 1:

    Un culte évangélique chaque dimanche à 10h sur Theotv

    Chaque dimanche, la chaîne chrétienne Theotv sur Maxtv diffuse un culte évangélique tourné en Suisse romande ou ailleurs. La prédication de Jossy Chacko a été filmée en juin dernier dans la Paroisse réformée de Corsier (VD).

    Theotv/Maxtv est disponible sur les bouquets de programmes TV proposés par SwisscomTV, Net+, UPC, Sunrise et d’autres sur l’ensemble de la Suisse.